Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 18:11

Il parait que la rentrée va être prolixe en sorties JdR. Miam, tant mieux, l'insatiable acheteur compulsif que je suis ne peut que se réjouir. Mais ce n'est jamais assez, on le sait bien : à peine les nouveautés annoncées, je me prends déjà à rêver de ce que pourrait déposer sur le sable la prochaine vague...

 

Rêvons un peu. Si le génie de la lampe me donnait 5 voeux ludiques, je voudrais :

 

- Une nouvelle édition de Rêve de Dragon. Nous voyons revenir régulièrement les grands anciens, on nous annonce d'ailleurs le retour d'INS/MV après celui de Bloodlust. Alors souhaitons un peu de rêve parmi ces mondes de brutes : quel plaisir ce serait de trouver sur l'étagère la troisième édition (ou la quatrième ?) de celui qui a été (est est encore selon certains) le joyau des JdRs français !

 

reve-de-dragon.jpg

 

- L'été c'est aussi du temps libre pour peindre des petits bonhommes ou regarder des DVD. Du coup, combo : je me prends à rêver qu'avec l'hiver pourrait venir aussi un jeu de combat avec figurines dans l'univers de GoT. Un bon gros jeu de combats de masse qui pourrait porter ombrage à warhammer ? Ou bien un jeu d'escarmouche façon Hell Dorado ? 

 

--KGrHqEOKjEE9yhU1D2DBPhJbp3cqw--60_35.jpg

 

 

Puisqu'on en est à parler de figurines, la version JdR d'Hell Dorado, le jeu d'escarmouche créé par Croc et Geoffrey Picard, ce ne serait pas de refus non plus. Je ne sais pas vous mais moi j'ai dans l'idée que cet univers, sorte de cross over sous acide entre Te Deum et Hellywood a un sacré potentiel ludique. 

 

hell_dorado.jpg 

Et sinon je prendrais bien un petit medfan bien classique. Mais un grand cru classé alors. A force, c'est vrai qu'il est peu d'espaces spatiaux-temporels un peu connus qui n'aient pas été abordés par un jdr. Néanmoins un jdr qui permette de jouer dans l'univers de la Belgariade et de la Mallorée de Eddings, ça pourrait le faire. 

 

CARTE-belgariade-maloree-1.JPG

 

 

Et enfin, mais là c'est peut-être délirer un peu trop du slip quand même, le retour de Super Gang, de Full Metal Planete et d'autres jeux Ludodélire si possible, ferait mon bonheur (peut-être moins celui des spéculateurs du net en revanche...) parce que même si de nombreuses années ont passé et même si - en tant que platotologues avertis - nous nous intellectualisons tous trop, c'était quand même vachement bien !

 

full_metal_planet.jpg

 

 

 

Souhaitons que ce soit une prophétie autoréalisatrice! Mais et vous, quels seraient vos souhaits les plus fous ? Allez-y, faites-nous en part dans les commentaires : Mondes en Chantier a le bras long et des pouvoirs occultes insoupçonnés, alors qui sait si un jour... ?!? 

Repost 0
Published by David@lpha - dans Quel chantier !
commenter cet article
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 11:07

(aka Le jour où j'ai sauvé le JdR - le grand Final Apocalyptique)

 

 

Nous avons retrouvé notre conférencier en fuite exactement à l'endroit et à l'heure qu'il avait annoncés. Il s'agitait beaucoup, parlait fort, entouré par plusieurs gars en T-shirts noirs siglés GREAR (Gang de Rôlistes Extraordinaires Armés et Révolutionnaires) à l'air patibulaire qui lui assuraient un périmètre de sécurité. Il y avait aussi Willy qui portait le même T-shirt mais a priori pas d'oreillette. En revanche ce dernier actionnait les mains à applaudir d'une casquette Goofy en tirant frénétiquement sur un cordon passant sous son menton. Il semblait prendre très au sérieux les propos du conférencier en fuite...

 

525571_561470380531656_1266951054_n.jpg

 

Reste cool, sac à merde !

 

Le Président in partibus de la FFJdR semblait possédé, les yeux fiévreux (vraisemblablement la fièvre du jeu), il parlait vite. "La journée d'hier a été intéressante, mais aujourd'hui, les choses ont pris une mauvaise tournure. Des rumeurs circulent comme quoi il y aurait eu un incendie et une émeute à la fin de la conférence hier soir. Des voyous post-adolescents ont perdu les pédales et mis le feu à mon vestiaire, quelques instants seulement après que Stéphane et Julien ait été rapatriés en limousine sur Paris. L'événement a été un énorme succès, m'a-t-on dit, mais beaucoup de gens en ont gardé des cicatrices et de drôles de traces..." Il prenait à témoin les vétérans qui l'entouraient : "Regardez ces hommes disait-il, eux ce sont des vrais durs, ils se sont bien battus, la Nation a cru en eux, mais voyez ce que ce milieu a fait d'eux : des loques humaines ! Il n'y en a pas un qui n'ait pas laissé une partie de lui-même sur le théâtre des opérations rôlistiques (certains même des parties intimes), pas un qui n'ait eu le droit à son Backstab, pas un qui n'ait fini hagard, un matin, au bord du caniveau ! Mes enfants, mes enfants, lorsque tout sera accompli, vous resterez éternels dans la mémoire des joueurs !"

     

la-207e-20compagnie.jpg 

 

Pour l'honneur des rôlistes, une dernière bordée !

 

Garçons ! Haranguait-il, clochards magnifiques au dernier stade de la déliquescence qui comme les éléphants vous rassemblez pour une dernière charge avant de mourir, ce qui vous manque clairement c'est un chef pour vous guider ! Si vous en avez assez de croupir dans la misère, suivez-moi ! Suivez-moi et, dans peu de temps, vous ne serez plus vêtus de ces shorts informes et de ces tee-shirts de geeks mâles-odorants, mais de pantalons de flanelle et de chemises de soie, de costards Armani et de cravates Kenzo. Je passerai à votre cou des chaînes en or, et nous ripaillerons ensemble des mets les plus délicats, au coeur même des meilleurs restaurants. Mais pour cela il nous faudra accepter de tout perdre, de tout détruire et de tout reconstruire. La fin d'une époque, en somme".

 

482237 10200340262683711 2038467269 n 

 

C'est la fin d'une époque : on va tous crever

 

"Oui, mon message c'est l'apocalypse, la fin du JdR en bandes organisées comme on a pu le connaître. 5 mecs barbus et un Meujeu autour d'une table, c'est terminato les potos ! Désormais, on ne veut plus communiquer « sur commande » dans des cadres rituels et imposés, on veut parler quand on veut, comme on veut, au moment où on en éprouve le désir, on veut le pouvoir. Et du coup la figure tutélaire du Parain Meujeu est progressivement en passe d'être gommée du paysage rôlistique : les pieds coulés dans le béton et hop, bain de minuit dans le port... C'est le désespoir et la ruine ; oh non pas la ruine de la sociabilité, mais l'avènement d'un temps nouveau, la génération spontanée d'un espace interhumain annexé par les désirs d’indépendance. Nous ne jouerons plus jamais de la même façon : poussant comme un chardon sur les ruines de nos souvenirs notre relationnel ludique se reconstituera sur de nouvelles bases conformes aux aspirations individualistes. Ce qui séduit  le néophyte désormais c’est d’entrer en relation tout en restant libre d’échanger rapidement et sans cérémonial avec d'autres inconnus autour de la table, de multiplier et renouveler fréquemment les expériences ludiques plutôt que de battre la Campagne, peut-être même de jouer par technologie interposée. J'vais vous dire le fond de ma pensée les potos : le JdR analogique a un pied dans la tombe..."

 

 apocalypse_vasnetsov.jpg 

 

Jusqu'ici ça va...

 

"Ca va péter, la fracture est de plus en plus large au sein de notre communauté et le déficit de la communication intersubjective nous asphyxie aussi sûrement que l'eau noirâtre du port ou les flatulences du Panda : un peu partout, les râlistes se plaignent de pas être compris ou écoutés, de ne pas pouvoir s’exprimer. Leucémisation des relations sociales, difficulté à se comprendre, sentiment que les gens ne parlent que d’eux-mêmes et ne s’écoutent pas : les Pro et même les Ampro, ces supplétifs indigènes, s'arrachent les cheveux. C'est l'impasse relationnelle, la définitive voie sans issue, une crise communicationnelle sans pareille. L’échange « formel » stéréotypé, conventionnel, est de moins en moins satisfaisant, on veut du roleplay total, une communication libre, sincère, personnelle, on veut en même temps du renouvellement dans les expériences de jeu. Allez, regardez-vous, voyez où vous en êtes. Est-ce que vous trouvez ça normal ? car enfin, comment se fait-il que nous éprouvions des difficultés quasi insurmontables pour simplement nous retrouver autour d'une table pour une bonne petite partie de JdR by the book ? Nous sommes malades. Non, nous ne souffrons pas seulement du rythme et de l’organisation de la vie moderne, nous sommes affligés de notre appétit insatiable d’accomplissement privé, de communication, d’exigence sans fin que nous avons vis-à-vis des produits et des sujets. Alors sommes-nous maudits ? Tout n'est peut-être pas perdu, mais il ne nous reste que peu de temps, aussi écoutez-moi, compagnons d'infortune..." 

 

argent-geronimo.jpg

 

Rien ne semblait pouvoir tarir le flux de la pythie rôliste. Il nous aurait sans aucun doute, d'un moment à l'autre, livré la quintessence de cette magistrale vision, mais soudain il y eu comme de l'électricité dans l'air. Quelque chose était en train de se passer. Quelque chose arrivait. L'un des T-shirts noirs, soudain tendu, lui toucha l'épaule en déclarant suffisamment fort pour que je parvienne à l'entendre :

- " Monsieur, on nous signale l'arrivée sur le parking de l'équipe des Spaces Cowboys. Il faut partir maintenant".

 

FIN ?

Repost 0
Published by David@lpha - dans Quel chantier !
commenter cet article
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 13:53

Nous autres les personnages de JdR, et particulièrement ceux d'entre nous qui sévissent dans des univers Medfan (mais ça peut aussi se trouver sur de lointaines planètes), rien ne nous arrête, et surtout pas la barrière de la langue que nous sautons allègrement. Nous nous balladons dans des contrées exotiques peuplées de tribues chamarées avec chacune leur idiome, et ce n'est pas ce qui nous empêche de tailler une bavette et la route...   

 

 

No comprendo

Sans même parler de magie ou de pouvoirs télékinésiques, certains jeux règlent la question en inventant la langue du voyage, le commun, etc. Mais lorsque ce n'est pas le cas, si le MJ ne ferme pas les yeux sur ce point de détail, la situation peut vite se compliquer. Comme dans la vraie vie en quelque sorte. Bien entendu il est toujours possible d'utiliser quelque artifice dans le scénario, comme par exemple un voyage en bateau qui aura permis d'apprendre la langue de ces îles lointaines auprès des membres de l'équipage qui en sont providentiellement originaires, ou dans le background, tel ce grand-père ultramarin dont on n'avait pas parlé jusqu'à présent mais qui n'a pas manqué d'inculquer à son futur explorateur de petit fils les rudiments de plusieurs langues indigènes... Mais si le MJ est un puriste ou s'il a épuisé tous ses expédients lors des épisodes précédents, il lui reste un joker, assez incroyable et pourtant vrai : la xenoglosie !

La xenoglossie

On peut en effet parler, comprendre, écrire des langages qu’on n’a jamais appris. Cela parait à première vue improbable et qui n'en a pas rêvé en travaillant sur une version ou un thème latin ? Et pourtant, ce phénomène a existé, existe même...

Deux hommes étaient assis en tailleur, se faisant face, sur des tapis somptueux et brodés, parmi de multicolores coussins, dans une petite pièce sombre aux murs faits de mosaïques.

Les yeux bleus de l’un plongé dans les yeux bruns de l’autre, ils se fixent l’un et l’autre avec insistance. A proximité un interprète traduit lentement les phrases que les deux curieux interlocuteurs échangent. Le plus jeune des deux,Wellesley Tudor Poleest anglais. Ce jeune industriel est arrivé jusque dans cette petite maison des faubourgs d’Alexandrie, guidé par sa prédilection pour le baroque, le merveilleux. Et justement se tient devant lui un homme qu’il recherche depuis des semaines et qu’il vient de réussir à rencontrer : c’est le prophète persan Abdu'l Baha Abbas. C’est un homme recherché par les autorités, mais qui a groupé autour de lui un nombre important de disciples le vénérant comme un guérisseur et un prophète. Entre les deux hommes, si dissemblables, la conversation n’est pas chose facile, car abass ne parle pas anglais et l’anglais ne connait pas un traitre mot de persan. Bien entendu, l’interprète fait le maximum, mais il est évident qu’il peine grandement à essayer de traduire les propos philosophique dont le sens lui échappe complètement. Les nuances, n’en parlons pas...

Une heure environ après, apparaît dans la pièce l’un des disciples d’Abbas, le nouveau venu s’adresse à l’interprète qui, se levant aussitôt, après avoir prononcé quelques paroles d’excuses, quitte la pièce, laissant les deux étrangers seuls, face à face.

La conversation aurait dû s’arrêter là. Mais, curieusement, Tudor Pole, qui n’a pas cessé de fixer le regard du prophète, s’aperçoit, non sans la surprise qu’on imagine, qu’il comprend Abbas, lequel a continué de parler avec le plus grand naturel. Il le comprend même de façon plus parfaite, plus clair, cent fois mieux pense-t-il même, qu’au travers des phrases de l’interprète. Pourtant, le jeune anglais n’est pas au bout de ses surprises, car, quelques minutes plus tard, il s’entend répondre aux prophètes en persan ! Or, l’instant d’avant encore, cette langue lui était totalement inconnue ; il l’emploie maintenant avec la plus grande aisance. Dans une totale maîtrise, de part et d’autre, par conséquent, cette curieuse conversation continua pendant une heure. Et c’est ainsi que mieux qu’il n’aurait jamais pu le rêver, Tudor Pole obtint du prophète persan toutes les précisions possibles sur sa philosophie, sa vie personnelle et le petit groupe qu'il avait constitué. Puis il prit congé, non sans l’avoir remercié dans les formules de politesse les plus policées et les plus précieuses, raffinées, dont est riche la langue persane, à condition bien sûr, de la posséder à fond. Il quitta la pièce et faisant signe à un disciple du prophète, il voulut lui demander de lui procurer un taxi. A son propre étonnement, en ouvrant la bouche pour s’exprimer, il s’aperçut que ces merveilleuses et subites connaissances en persan avait complètement disparu !

On n'est jamais aussi bien traduit que par soi-même 

Ce phénomène n’est pas aussi extraordinaire qu’on serait tenté de le penser d’emblée. Bien des occidentaux ont en effet vécu des expériences à peu près semblables avec des gourous ou des yogis. Tous n’ont pas réussi à parler une langue inconnue et généralement complexe, mais, fréquemment, ils ont compris clairement, durant quelques instants privilégiés. Après des études poussées, on pense qu’ils se trouvaient alors dans un état de transe proche de celui auquel parviennent les grands médiums, et que leur esprit communiquait alors, en direct, avec celui de leurs interlocuteurs, sans passer par le truchement des mots. Mais par contre, les spécialistes de la parapsychologie expliquent beaucoup moins facilement qu’un médium arrive, comme Tudor Pole, à s’exprimer dans une langue inconnue de lui, de façon parfaite. Il n’a cependant pas été le seul et partage avec le Docteur et un certain nombre d’autres sujets exceptionnels dans l'Histoire ce don extraordinaire de parler ou d'écrire les langues étrangères sans les connaître, ce don que, précisément, les savants ont baptisé xenoglossie.

Les cas célèbres

Edgard Cayce, le fameux médium américain qui, sans être médecin, pouvait diagnostiquer de façon infaillible n’importe quelle maladie, pouvaient ainsi s’adresser à tous ses malades dans leur langue nationale, aussi peu usitée qu’elle fut sur le territoire des Etats-Unis. On cite aussi le cas d’un médium d’Amérique latine qui, ne connaissant que le portugais, parvenait cependant au cours de ces instants privilégiés de la communication à parler l’anglais ou l’italien. Et d'autres exemples récents existent. Alors à l'occasion de votre prochaine création de perso, pensez à miser sur un don au moins aussi crucial que l'ambidextrie : la xenoglossie !

 

 

chantierdédérapage

Repost 0
Published by David@lpha - dans Quel chantier !
commenter cet article
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 13:21

Allo, t'es rôliste et t'as pas de dés ? Non mais allo quoi ! C'est comme si je te disais t'es sur Facebook et t'aimes pas perdre ton temps...

 

Jamais un coup de dés n'abolira le jeu de rôles

Iso et moi, quand on n'a rien de spécial à faire on invente des trucs qui ne servent à rien. Tel ce nouveau groupe qui fait fureur : J'aime mes dés. Où il est question de prendre en photo vos dés dans votre main et de les commenter. Depuis son lancement il y a quelques jours c'est la folie, tout le gratin du JdR français s'y retrouve.

 

    200807191332

 

Scriiipt a relayé l'événement, http://scriiipt.com/2013/04/jaime-mes-des-et-vous/ et c'est donc logiquement au Mondes en Chantier de prendre le relai. Viendez tous, mais dress code obligatoire : vos dés, votre main. Tout autre contenu sera impitoyablement refoulé.

   

d20%20-%20photo

 

J'aime mes dés : totalement inutile, donc absolument indispensable !

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by David@lpha - dans Quel chantier !
commenter cet article
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 22:27

Toujours plus haut, toujours plus loin, toujours plus fort ! Le blog de référence des JdRs s'apprête à franchir une nouvelle étape dans son irrésistible marche en avant pour encore mieux vous satisfaire...

 

Ululue avec les loups

Il faut vivre avec son temps : on avait pensé un bref instant vous demander des pouicos mais finalement on s'est dit ca va faire trop JdP, alors soyons fous, faisons donc comme tout le monde (ou presque), faisons un ulule !

 

Aussitôt dit aussitôt fait, et c'est déjà un succès : le ulule est en ligne depuis ce matin et nous avons atteint 890% de financement (alors qu'il reste trois mois à courir...) avec d'ores et déjà la somme de 88900 euros recueillis !

 

illustration-isf-imp-t-sur-la-fortune_890250.jpg

 

Nous ne pouvons que nous réjouir pour tous les braves et généreux donnateurs qui se verrons un des ces jours (peut-être assez lointain...) les heureux récipiants d'air d'un tournevis de sécurité "Mondes en Chantier", d'un tube de colle blanche et d'un CD gravé bourré à craquer de trois pistes enregistrées pour l'occasion par les MeCs (nous gardons le suspens pour le moment mais il y a fort à parier que l'une des trois sera une reprise de Tata Yoyo).

 

Vers l'infini et oh non de d'là !

Bien entendu un tel démarrage permet les espoirs les plus fous. Si la barre des 100 000 patates venait à être franchie nous n'hésiterions pas à relancer d'un paquet de curly dédicacé, et même, même... d'un nouveau logo !

Et nous faisons un rêve, oui un merveilleux rêve : que tous les financeurs compulsifs se donnent enfin la main pour qu'un beau jour, à la fin de cette campagne, deux hommes de bonne volonté (oui oui, vos serviteurs) - qui ne redoutent pas les zeugma abusés - puissent se payer de longues, très longues vacances au soleil une fois le palier ultime (le million, le million !) franchi, afin d'avoir enfin le temps de jouer à la cool au soleil les doigts de pieds en éventail et en tête une pensée pour vous bien entendu, tous les scénarios, toutes les campagnes qui dorment sur leurs étagères !

 

plage-de-reve.jpg

 

 

Repost 0
Published by Narbeuh & David@lpha - dans Quel chantier !
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 18:30

Je ne sais pas vous mais moi, ça y est, je suis tout excité.

 

Naaaan, je ne vous parle pas de ça : le printemps n'est pas encore là, loin s'en faut. Par contre, c'est la montée de sève dans les boutiques, le bourgeonnage chez les éditeurs, la moisson dans nos porte-monnaies... bref, il en sort de partout !

 

Je me prépare à faire une série de raids méthodiques sur plusieurs boutiques de jdr de France alors je profite de ce blog pour faire ma shopping list.

 

ep-cover.jpg

D'abord, je vais craquer pour Eclipse Phase en français. Le jeu transhumaniste me fait de l'oeil depuis... oh... fin 2008 : http://mondesenchantier.over-blog.com/article-26037831.html Depuis, je l'ai parcouru en PDF et en angliche mais bon... disons que je me préservais pour la VF de BBE. J'ai choppé 3 niveaux d'expérience en Sagesse et hop, ayé, je m'apprête à tenir le Précieux entre mes mains. Bon, ça, c'est si j'arrive à franchir la barrière psychologique. Ayant suffisamment de jeux pour jouer jusqu'à la maison de retaite et peu de temps/goût pour lire des pavés, j'ai lamentablement échoué à acheter (les cadeaux ou services presse ne comptent pas, hein...) une briquette de jdr à 50 euros depuis... pffffiou... je ne m'en rappelle même pas, en fait :-/

 

wastburg.jpg

Du coup, les chances de craquer pour Wastburg sont proches de 100 % : XII Singes, petit format, prix raisonnable (quoi qu'en disent... scrogneugneu... ne pas s'énerver, ne pas s'énerver...), Cédric Ferrand, med fan urbain, système apparemment simplo-narrativiste... voilà, c'est ça : 100 % :-)

http://les12singes.com/sousrubrique.php3?id_rubrique=74

 

IMAElevationsite.png

 

Tant que j'y suis, s'il est sorti (il est annoncé pour début mars), je prendrai aussi Imagia, l'étonnant jeu de cartes narrativiste des XII Singes. Il contient, paraît-il, des références à Terra Incognita : Voyages aux Pays de Nulle Part quant à son utilisation. D'où un article sur le site web de la gamme : http://www.paysdenullepart.fr/une-sortie-surprise-pour-entre-autres-terra-incognita/

 

http://www.les12singes.com/sousrubrique.php3?id_rubrique=75

278_Savage_Worlds.jpg

A propos de tirs groupés par éditeur et à propos aussi (un peu...) de TI, il est possible que je me procure également la VF de Savage Worlds (à nouveau chez BBE). Je ne connais pas ce sytème de jeu et je n'en ai guère l'usage mais il paraît qu'il offre des similitudes avec celui que j'ai inventé (le coup de l'eau tiède ?) pour Terra Incognita. Tiens, le coup de l'échelle de dés différents, déjà. Bah, du coup, il y a peut-être de bonnes idées à piocher dedans.

 

polter.jpg

N'oublions pas ce bon vieux Ludo et sa Boîte à Heuhh. Une fois d eplus, je ne suis pas sûr d'être en phase avec les thèmes développés par les jeux qu'il édite mais j'apprécie les efforts faits pour sortir des sentiers battus, y compris dans le format. Ainsi, dans Poltergeists, rien que le format tout mimi en pochette avec livrets A6 et son tout petit prix (10 euros)... bah, hop, c'est vendu.

 

http://www.bah-editions.fr/pages/Poltergheists-8367504.html

 

ecran-tenga-1024x389.jpg

 

Tiens, il en reste un peu, je vous le mets aussi ? Bah oui, depuis el temps (niark, niark), j'avais fini par oublier qu'on attendait l'écran pour Tenga avec son livret qui a l'air de répondre à la question que je soulevais dans ma critique du jeu de Brand sur MeC (http://mondesenchantier.over-blog.com/article-tenga-compte-rendu-de-lecture-71546197.html) : comment qu'on fait pour adapter les scénarios aux spécificités du groupe créé collectivement par les PJ ? J'ai hâte de lire ça, du coup.

 

Bon, il me reste une question pour vous, amis lecteurs : j'oublie quelque chose de valab' dans ma liste ?

 

Repost 0
Published by Narbeuh - dans Quel chantier !
commenter cet article
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 13:40

En tout cas, c'est ce qu'on pourrait croire en passant chez le marchand de journaux. Non, hélas, il n'y a toujours pas de reniassance de la presse rôliste en kiosques mais ce mois-ci pas moins de deux mags "sérieux" (comprendre : pas du genre à mettre des trolls et des barbares en couverture) parlent de jdr. Oui, oui, de jdr avec des dés, du papier, du crayon et tout. NOTRE jdr. Dingue.

 

Du coup, revue de presse.

 

chronicart.jpg

 

On commence par Chronicart, un mag culturel pointu à faire passer les Inrocks pour du vilain mainstream. Le mag pose LA question : le jdr est-il définitvement un loisir de ringards ou bien est-il si underground qu'il en est devenu branché ? Eh, ça ferait un bon théma de Di6dent ça, non ? D'autant plus que, il faut bien l'avouer, Chronicart ne répond pas vraiment à l'ambitieuse question posée avec un "dossier" des plus modestes : 4 pages dont une entière occupée par... une photo avec des dés bizarres.

 

SAM_7539--Copier-.JPG

L'auteur laisse toutefois entendre que selon lui le jdr a de sérieux atouts pour répondre aux critères du loisir cool et sous-estimé : c'est convivial, ça fait marcher l'imaginaire comme rien d'autre, ce n'est pas si différent des multiples jeux de société modernes que désormais tout le monde connaît (genre les Loups Garous et tout ça), etc.

 

L'article en lui-même est très bien renseigné, peut-être même trop. Je suis un peu sceptique sur les chances d'intéresser un lecteur lambda, même de Chronicart, avec un article d'une page où on trouve sans guère de définition les mots-clefs : one shot, MJ tournant, narrativisme, rétroclones, etc. Même pour un article de Di6dent, ça ferait un peu indigeste, je pense.

 

Le "dossier" enchaîne avec un deuxième article bien plus à même AMHA d'intéresser le curieux de passage : la niche économique du jdr. Quand on y pense, c'est vrai qu'on a sans doute des choses à dire là-dessus : souscriptions, rançons, PDF et surtout, plus récemment, crowfunding (Ulule et co). L'article est une très bonne synthèse sur le sujet, agréablement lisible même par un rôliste expérimenté. Et en plus, l'auteur a le bon goût de rappeler que Di6dent a été le pionnier en la matière. Et toc !

 

Enfin, le "dossier" se termine par deux focus : un encadré présentant des jeux récents à conseiller à ceux qui vont s'y mettre ou s'y remettre (très bonne idée, bien renseigné également... juste une faute de goût : pas de Terra Incognita ?? ^^) et un autre sur... Di6dent. Smaaaaart :-)

 

SAM_7540--Copier-.JPG

Pour tout savoir sur le mag', c'est par là : http://www.chronicart.com/

 

inrocks-2.jpg

 

Et ouais. Les copains à Audrey Pulvar s'y mettent aussi sous la forme d'un numéro spécial Fantasy dans les Inrocks 2. Bien sûr lié à la sortie du Hobbit sur les écrans dans quelques semaines. Or, à la lecture de ce très bon numéro (vraiment), on est surpris de constater que le jdr est présent... dans presque tous les articles et dans presque toutes les interviews !

 

SAM_7542--Copier-.JPG

Déjà, le jdr a le droit à un article à lui, anglé sur Donjons & Dragons : passé, présent, avenir, concurrence (Pathfinder). Classique mais bien fait, notamment pour le curieux d'occasion. On retrouve des évocations du jdr papier dans les articles de fond (sur l'histoire de la fantasy, sur les jeux vidéo, sur la série de BD Donjon, sur les BD de fanatsy en général...). De même, les ITW de Anne Besson (la fantasy en général), de Vincent Ferré (l'influence de Tolkien sur la fantasy) et bien sûr de Stéphane Marsan, aujourd'hui chez Bragelonne mais ancien pilier de Multisim. A ce titre, on notera à la fois les louanges tressées au jdr comme école de la fantasy francophone actuelle et le satisfecit pro domo  au moment de citer des exemples de jdr ayant fondé cette école : Agone, Nephilim et Guildes. Ami lecteur, sauras-tu retrouver le point commun entre ces trois jdr ? ^^

 

SAM_7543--Copier-.JPG

Moins positive est la sélection de produits de la fin du mag' : le jdr y est réduit à la portion congrue. Perdu au milieu des "autres jeux", bien loin de la place consacrée aux jeux vidéo, il n'est représenté que par des références dramatiquement obsolètes comme Stormbringer ou, pire... JRTM :-( Pas de Mournblade ou de L'anneau unique, vraiment ?

 

Bon, à ce mini-bémol près, c'est du tout bon et c'est enthousiasmant de voir le jdr intéresser les médias nationaux sans sensationnel ni rien.

 

En bonus, je termine par ce lien vers un article tout récent du site pour jeunes filles, Madmoizelle :

http://www.madmoizelle.com/jeux-de-role-temoignage-134496#sthash.CppPN27V.dpbs

 

Zeitgeist ?

Repost 0
Published by Narbeuh - dans Quel chantier !
commenter cet article
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 10:43

Ca avait vraiment failli déraper, nous étions passés à rien d’un drame de l’incommunicabilité ontologique. Mais ma petite indélicatesse déboucha contre tout attente sur un projet fédérateur (le premier rôle d’une Fédé n’est-ce pas de fédérer ?) dont le nom ne peut pas être révélé pour le moment – certains n’attendant que cela – mais dont le potentiel est si vaste qu’il nous est impossible de définir les fins. Tout ce dont nous pouvons parler pour le moment c’est du « potentiel », des « objectifs », de la possibilité d’un « effet de levier » massif et de l’idée parfaitement raisonnable que toute masse ou bloc qui peut parler au nom de 100 000 (cent mille) rôlistes – ou en tout cas d’un nombre suffisant pour qu’il n’y ait pas de doute qu’ils ne pourront pas tous tenir en même temps dans un garage – émergera (par définition mathématique) comme une force primordiale dans le paysage ludique francophone.

King of the hill

C’était un petit peu chaud mais ça a marché. Ce fut l’une des plus importantes réunions à propos de JdR à laquelle j’ai assisté. J’avais le Vent en poupe, bien sûr. J’étais parvenu à exercer une domination sur la scène rôliste nationale. J’avais raison depuis si longtemps que personne ne m’a contesté. Ça pouvait catapulter Jeremy sur le devant de la scène. La Fédé était une force, et je comptais bien m’en servir.

 

Nous avons en tout cas discuté des candidats potentiels pour la prochaine élection, bien sûr. Guillaume n’a pas été mentionné. Mais en substance c’était plutôt : rien à foutre de ces histoires de candidats, nous sommes ici pour mettre au point la manière de redevenir des winners. Nous savions que la fédération avait désespérément besoin de changer de cap, et pour y parvenir elle devait être refaçonnée. Il nous fallait changer de méthode. Surmonter les haines de factions.

 

Nous avons réellement guéri les blessures des embrouilles passées. Il est difficile de comprendre pourquoi nous ne sommes pas sortis de là avec une plate-forme de travail. Je n’ai pas beaucoup suivi cet aspect-là des choses. Mon rôle était que ça se produise et c’est ce que j’ai fait.

jetdundesix

 

 

Déclaration d’ouverture : David@lpha

Rencontre d’organisation de la Fédération Francophone de Jeux de Rôles

Ceci est un premier jet, une tentative de dernière minute pour touiller un vague préambule, en quelque sorte, s’agissant d’une question évidente : qu’est-ce que nous foutons ici au cœur du Loir-et-cher, dans un recoin de l’hôtel des Jardins de Beauval, à moins de 100 mètre du zoo, par un week-end pluvieux de novembre ? Partageant l’hôtel avec un tournoi de bridge – à un moment où le reste du pays a les yeux rivés sur l’Amérique, la Chine et la Grèce, à un moment où toute l’Europe semble prête à sombrer dans un chaos à long terme, féroce et moche, qui menace, pratiquement tous les jours, de proliférer au-delà de tout ce que nous pouvons dire où même penser ici, dans ce sanctuaire régressif, dont les seules recommandations sont deux pandas géants et un resto-routier qui sert des salades de régime.

En effet… c’est là une question valable, et au cours des quarante-huit heures qui viennent, nous n’aurons pas beaucoup plus à faire que d’essayer d’y répondre… A moins, simplement, de nous accrocher mordicus au bar de la Réception en essayant d’oublier tout le truc. Le bar est ouvert toute la nuit, sans compter le stand de ball-trap local, si bien que toute personne n’ayant pas envie de se mêler de l’avenir du JdR dispose d’une grande diversité d’options pour profiter de ces heures brutales et solitaires jusqu’à ce que nous puissions tous nous enfuir pour retrouver nos diverses sinécures dans ces havres de Vraie Vie où nous sommes connus sous nos identités réelles…

 

200807191332

 

A suivre...

Repost 0
Published by David@lpha - dans Quel chantier !
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 16:39
J’avais établi la liste ultime des suspects habituels et je voulais un lieu pour les rassembler tous et dans un pacte les lier. J’avais choisi l’endroit où vivent les pandas. Mais je n'avais jamais pensé que la plus grande rencontre française des rôlistes de tous les temps pourrait se finir en véritable bain de sang !
 
Orchestrales manœuvres in ze dark
Gardez à l’esprit que c’était une réunion de stratégie, et bien plus que ça encore. Elle avait pour objectif de produire une plate-forme, et un livre. Je tenais à ce que chacun apporte un texte à la rencontre. L’idée était de publier, d’obtenir que Fabien s’en charge.
J’étais l’organisateur. Je suis allé là-bas et j’ai fait les réservations au nom du Fan Club de Justin Bieber. J’ai dit que nous étions un groupe de gaglus passionnés qui se réunissaient chaque année. Plutôt qu’au Grand hôtel de Saint-Aignan, j’ai réservé à l’hôtel des Jardins de Beauval, en face du zoo. Un peu plus guindé. Je pensais aussi qu’il fallait tenir nos troupes à distance du Casino de Blois, sinon les enfoirés joueraient toute la nuit. Ce sont des joueurs de nature.
Vous ici ? Je vous croyais au zoo…
Mais je savais qu’ils aimeraient Beauval. Peu importe ce qu’ils pensaient au départ, ça leur plairait. Et tout le monde a aimé… Tous ceux qui avaient été invités sont venus : Aurélie, Erwan, Charlotte, Ludo.
Lui et moi avons été les premiers à arriver. Il est venu en vélo. Pour se rendre à Beauval, il a dû faire cinq arrêts, de Toulouse à Cahors, puis Brive, puis Limoges, puis Buzançais. Tout du long il n’a jamais dépassé les 20 kilomètres/h, et à l’arrivée il m’a dit : « il y a trois sortes de gens : ceux qui savent compter, et les autres ». Je lui ai répondu ce qu’il y a de bien avec toi Ludo, c’est qu’on délire.
Sur ces belles paroles lui et moi avons passé la nuit à Beauval avant que les autres n’arrivent. J’ai été là près d’une semaine. J’avais réservé toutes les chambres, une salle de conférence, tout. Je voulais m’occuper de ça jusqu’à l’ouverture, présider la première séance, puis céder la parole à Didier et aux autres. Nous étions encore furax de ne pas avoir eu de salon du jeu cette année-là. Ce n’était pas un temps heureux. Nous étions sur la brèche.
Mais c’était grisant.
     
pictionary-melty-211x300.jpg
 
Un barbu c’est un barbu mais trois barbus c’est des rôlistes
Je me suis éclipsé un moment après avoir présidé la séance d’ouverture. J’ai été heureux de passer la main à Didier, bien que j’aurais probablement dû rester pour présider tout le truc, et foncer dans le tas jusqu’au bout.
Mais le premier soir je suis tombé dans une embuscade et – oh mon Dieu – je me suis enfui avec LG, Loulou et madame T. jusqu’à une aire d’autoroute où je savais qu’il y avait un routier géant. On avait entrepris de jouer au Pictionary toute la nuit lorsqu’une serveuse est venue prendre les commandes. Elle a voulu nous conseiller des p’tites salades de crudités toutes pitoyables avec presque rien dedans et pas de sauces. A ce moment-là je l’ai regardé bien droit dans les yeux afin qu’elle comprenne à quel point elle avait mal jaugé la situation et je lui ai dit : « On est dans un pays libre madame, des gens peuvent manger ça si ils veulent, mais nous on est des gros bâtards de rôlistes barbus qui buvons du Diet Coke, des cafés-crème froids avec plein de sucre et engloutissons des paquets de Curly format familial comme qui rigole ». Pendant que je disais ça ses pieds se sont mis en mouvement tous seuls pour ménager sa distance de fuite, sa lèvre inférieure a légèrement tremblé, elle a marqué un temps d’hésitation, le crayon sur le calepin, et elle a répondu : « Même la Dame ? »
   
hache-600-g-1554156-copie-1.jpg
"Sans armes, nous ne changerons rien" (Rambo IV)...
J’étais furax contre les autres. Ils étaient trop querelleurs, et j’aspirais à une petite pause. Alors j’ai pété les plombs et je suis allé  chez Mr. Bricolage, où j’ai acheté 16 haches, ces gros trucs avec la lame peinte en rouge. Je les ai rapportées et j’en ai donné une à chacun des plus vindicatifs en leur disant : d’accord, si vous autres enfoirés voulez-vous engueuler, servez-vous de ça !
N. et Romain ont été furieux pendant une vingtaine de minutes quand je suis revenu, mais pas davantage. Ils comprenaient. C’était une légère défaillance, mais j’y avais droit… En tout cas, ils se sont assis dans la salle avec ces gros trucs en mains. Ca a aidé, ça a fait sortir l’agressivité, et les gens ont ri. Si quelqu’un avait quitté les lieux furax ça aurait tout fichu par terre...
A suivre
Repost 0
Published by David@lpha - dans Quel chantier !
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 15:12

J'ai vu tant de choses que vous, rôlistes, ne pourriez croire. De grandes campagnes légendaires, des magazines vendus à des dizaines de milliers d’exemplaires. J'ai vu des rayons de JdR fabuleux, des étagères entières briller de toutes leurs nouveautés dans la lumière de boutiques mythiques. Tous ces moments se perdront dans l'oubli, comme les larmes dans la pluie... Il est temps de mourir.

     

Mourir ? Plutôt crever !

Mourir ? Non pas maintenant, pas comme ça, ce serait trop con ! Il fallait vraiment faire quelque chose, et personne d’autre que moi n’étais mieux placé pour le faire… Bien entendu la façon la plus simple de procéder aurait été de prendre le contrôle de la FFJdR. J'ai balancé un moment pour savoir si oui ou non il fallait que je me présente. J'aurais pu si Fabien n'avait pas décidé de le faire. Il n'avait pas encore annoncé la nouvelle quand j'ai commencé à y songer. Gardez à l'esprit que j'étais mortellement sérieux à propos du JdR. En tout cas j'ai décidé de ne pas me présenter, mais je voulais toujours faire quelque chose. Et après avoir discuté avec K*, j'ai parlé à Stéphane, Julien, j'ai rencontré beaucoup de gens du microcosme. J'avais vu ce qui était arrivé à l'ancien président et à ses playmobils, je connaissais tous les acteurs. J'avais compilé une liste des plus importants, indexé, noté les alliances. Je me disais que si nous pouvions rassembler les meilleurs du hobby, ensemble nous pourrions commencer à créer une machine de guerre capable de nous ramener sur le devant de la scène. En un mot, pensais-je, si je voulais être élu président la prochaine fois, qui voudrais-je avec moi ?

 

Pandi panda, petit ourson de Chine…

Et c'est ainsi, chose assez stupéfiante, que j'ai persuadé Didier de réunir une rencontre secrète. Mon idée était de préparer un programme, une plate-forme pour reconquérir notre notoriété perdue, de rassembler une masse critique de talents, d'apaiser les divisions. Il fallait des fonds, un gros éditeur ayant pignon sur rue a accepté de financer tout le truc. J’ai choisi Beauval comme lieu de rendez-vous parce que c’était si loin de tout que l’endroit serait sûr. C’était le lieu le plus improbable auquel j’aie pu penser. Je me disais que si tout cela venait à se savoir, si les membres de ce groupe été vus ensemble, ce serait raté. Il fallait que ça reste aussi secret que possible. Ce ne pouvait être à Nantes, ce ne pouvait être à Lyon, ce ne pouvait évidemment pas être à Paris, donc j’ai choisi Beauval. J’aimais le zoo de Beauval, avec les deux pandas géants. J’avais pour lui une sorte d’attachement romantique.



Six mois se sont écoulés depuis l’installation à Beauval des pandas géants Huan Huan et Yuan Zi. Des flocons de neige de l’hiver aux premiers jours de juillet, ils n’ont cessé de vivre des jours tranquilles dans la partie chinoise du ZooParc, où viennent à présent les rencontrer les vacanciers de l’été. Mœurs, activités, alimentation… Quoi de neuf “Sur les hauteurs de Chine”

panda-prisoner.jpg 

Le conclave 

     

Il me fallait mettre sur pied la rencontre avant que nous ne parlions à qui que ce soit. Stéphane savait plus ou moins ce que j’avais en tête, et il m’a aidé à discuter avec Sébastien. Mais je n’osais pas contacter trop de gens, parce que les invitations elles-mêmes devaient rester secrètes. Nous ne pouvions inviter beaucoup de monde. Nous n’avions que quelques mois, j’ai dû opérer les réductions finales. Le clan des narrativistes et le clan des rétrocloneurs avaient combattu férocement l’un contre l’autre depuis plusieurs années, et j’entreprenais de guérir les blessures.

 

  42799827.gif

 

Why Am I Mr. Pink?

J’ai commencé avec ma liste… tous les gens que j’avais choisis comme étant les meilleurs des projets auxquels j’avais participé. Je l’ai réduite à 20 personnes, puis j’ai discuté avec chacune en lui demandant cinq noms de gens qu’elle jugeait être les meilleurs. J’ai fait une fiche pour chacun, combien de fois ils étaient cités. Ce fut incroyablement difficile de réduire la liste. ML., par exemple, n’y figurait pas… elle était une sorte de second choix, comme Franck, Yann et Laurent. Il nous fallait choisir parmi les vrais rôlistes cérébraux, les organisateurs et les tacticiens, les accros des chiffres… nous ne pouvions simplement pas choisir tout le monde, et plusieurs d’entre eux finirent bel et bien par l’apprendre – Aurélie, JPP, ce qui fut tout à fait douloureux pour moi. Une vraie galère. Nous avions discuté au départ de la présence de quelques journalistes ayant juré le secret, Thibault, Julien, mais nous voulions que cela reste strict. Il n’y a jamais eu la moindre allusion à la chose dans les médias...

 

A suivre...

 

* : Pour préserver l'anonymat des personnes citées tous les prénoms ont été changés, sauf ceux qui ne l'ont pas été pour brouiller les pistes. Concernant les pseudo, seule une lettre a été retenue alléatoirement selon un codage 12bits.

 

Repost 0
Published by David@lpha - dans Quel chantier !
commenter cet article

Mais C'est Qui Ces M.e.c. ?

  • : Mondes en chantier
  • Mondes en chantier
  • : Jeux de rôles et autres mondes en kit à monter chez soi par David et Narbeuh.
  • Contact

Notre page Facebook

 

d6-grand.jpg

Recherche

Téléchargements

Le garage où les M.e.C. rangent leurs fichiers PDF étant devenu un fameux bordel, en voici une nouvelle version plus mieux. Un clic et c'est parti !


http://img.over-blog.com/625x881/0/06/06/51/n-6/tangerine_quarantine.jpg
Du matos pour Hellywood préalablement publié dans les défunts Carnets de l'Assemblée : la description d'un rade comac et un scénario qui s'y déroule entièrement (ou presque).

http://img.over-blog.com/500x706/0/06/06/51/n-6/glas.jpg
Du matos pour Warsaw préalablement publié dans les défunts Carnets de l'Assemblée : une faction atypique accompagnée du scénario qui va bien.

http://img.over-blog.com/500x702/0/06/06/51/n-5/factions-warsaw-cover.jpgUne mini-aide de jeu pour Warsaw (la liste des factions).
http://img.over-blog.com/625x884/0/06/06/51/n-6/avocats-du-diable.jpg
Un scénario expérimental car bi-classé Te Deum pour un massacre et Hellywood (et ouais). Publié jadis dans les Carnets de l'Assemblée.
http://img.over-blog.com/150x206/0/06/06/51/n-4/verbatim-couv.jpg
Une contribution à l'ouvrage Jouer avec l'Histoire proposée par l'éphémère éditeur en bonus sur son site web. Sujet : le surnaturel dans les jeux historiques.

Mea Rouia, un gros scénario exotique
pour Maléfices avec les aides de jeu et les prétirés qui vont bien (voici aussi la couv' pour les plus bricolos d'entre vous)

Three Card Monte, un scénario sans fantastique pour Hellywood


Fleetwood & Studebaker, une aide de jeu sur les poursuites en voitures pour Hellywood


Deadline !, une variante des règles d'investigation pour le système Gumshoe


Aventures aux Pays de Nulle Part, un jeu hybride entre jeu de rôles sans MJ et de société dans l'univers du jdr Terra Incognita

Voyage, une tentative d'adaptation du système de Dying Earth à l'univers de Rêve de Dragon

Le site dédié à Terra Incognita

http://www.paysdenullepart.fr/wp-content/uploads/2012/03/TI-logo-950x631.png

Articles Récents

Le portail Di6dent

http://i49.servimg.com/u/f49/15/29/51/87/logo_211.jpg

 

Les news sur le prochain numéro du mook, les bonus web, l'abonnement au Fix, le forum, etc.

Téléchargez tout Empire Galactique !

Les fichiers de toute la gamme originale Empire Galactique se téléchargent librement et légalement sur le site http://empiregalactique.fr/ 

Un autre univers de créations

Quoi ? Tu es une fille ??

Bon, tu as sûrement dû t'égarer sur ce blog ^^

Je te conseille putôt de te rendre sur ce site de création de bijoux fait main.

http://atelier-creation-bijoux.fr/fr/

On reste en tout cas entre gens de bon goût.

capture-site-petit-copie-1.jpg

Liens