Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 13:52

Le Chroniqueur de la Presse rôliste est un être étrange dont la silhouette voutée rôde entre les linéaires de votre Maison de la Presse favorite. En permanence. C’est son unique but. C’est un rôdeur de niveau olympique qui a été sélectionné par sa Rédaction parce qu’il a réalisé les minima en compétition. C’est bien simple, en admettant que Patrick Hernandez ait un jour enregistré «Born to be a rôdeur » il aurait figuré sur la pochette de l’album. Lorsque vous venez à le croiser il rôde parfois depuis l’ouverture mais il sait gérer son effort et il serait capable au besoin de rôder comme ça jusqu’à la fermeture, avec des réserves de furtivité suffisantes pour un dernier tour de rôdage le dimanche matin en cas d’ouverture exceptionnelle.

Et si, comme s’en indignait il y a peu Narbeuh sur ce Blog, je me suis en quelque sorte accaparé tout ce qui concerne la critique de la Presse Rôlistique pour le compte des Mondes en Chantier, c’est justement parce que j’ai quelques antécédents en la matière. Je suis l’un d’entre eux. Pour preuve : je rôdais déjà à l’aube des années ’90, alors que certain(e)s parmi vous tétaient encore le lait maternel…

 

L’âge d’or du JdR

Quel est l’âge d’or de la science-fiction ? Quatorze ans, répondit un jour Isaac Asimov. On pourrait en dire quasiment autant du Jeu de Rôles, en rajoutant peut-être quatre années pour correspondre à ces vacances incroyablement longues qui suivent l’obtention du bac et qui précèdent la très lointaine rentrée universitaire. Si l’on prend en compte l’insouciance, l’énergie et l’incroyable temps libre (si précieux quand on y repense) dont on dispose à ce moment là, cela apparaît plus que justifié pour un loisir qui en est grand consommateur. Mais c’est aussi totalement faux si l’on considère que, pour notre passion comme pour beaucoup d’autres, il existe bien des périodes privilégiées qu’il est légitime de nommer âges d’or. Au pluriel car de tels moments de grâce ne sont pas uniques. Je pense à ça parce qu’un des fidèles lecteurs de ce blog nous a déposé voici quelques temps un commentaire enflammé disant en substance que cet âge d’or n’a peut-être pas encore eu lieu et qu’il commence aujourd’hui. En ce qui me concerne il a commencé il y a déjà belle lurette…

 

Souvenirs souvenirs !

C’est probablement parce que j’ai eu mon bac au début des années 90 que je signais, dans le mythique fanzine God Save Goblins (mis en page avec un Atari ST et imprimé avec une imprimante à aiguilles par Fred – salut Fred !), sous le pseudonyme de Cafard le gnob, la rubrique intitulée La bave au menton. J’y abordais par exemple la lecture des magazines à la plage ou la chronique de  leur mort annoncée. Comme vous le constaterez dans ce qui va suivre, outre que j’y faisais déjà sans vergogne des promesses que je n’avais nullement l’intention de tenir, on retrouve dans ces textes de nombreux éléments qui composaient le paysage quotidien de la fin des années ’80 (par exemple des écrans même pas plasma, reliques technologiques d’un proche passé dans un film d’anticipation qui aurait mal vieilli) : le Minitel, prodige technologique français promis à un brillant avenir, quelques échos de chansons de variété qui ne passent plus même sur Nostalgie, des éditeurs dont personne ne se souvient ou qui ont mal fini, des personnalités du microcosme rôlistique d’alors qui ne sont pas enterrées au Panthéon, la célèbre appellation de Gros bill (à raison d’au minimum une occurrence par article), et jusqu’à d’anciens pilotes de F1 qui n’ont pas pris le même virage. Parce que les blogs ça sert aussi (et surtout) à s’épancher sur sa vie et son œuvre tout en faisant œuvre d’édification, je reproduis ici ces précieux incunables.


Time Machine on !


Lire Graal à la plage (bahou bahou…)

N’allez pas croire que mon OPA destinée à prendre le contrôle de GSG m’ait monopolisé au point que je ne puisse pas, ce mois-ci encore, répandre ma prose corrosive un peu partout comme à mon habitude !

Vous étiez certainement très occupés à vous bronzer le nombril tout cet été et vous vous dîtes probablement que ça va vous servir d’excuse pour arriver peinards à la rentrée et tout vous faire raconter par ceux qui ont suivi ? Eh bien vous avez raison, et c’est moi qui m’en charge.

Voici donc quelques faits marquants des vacances d’été :

D’abord, la lecture par votre serviteur du Graal n°26, paru en juin mais arrivé chez mon buraliste en juillet – buraliste que j’ai bien entendu châtié comme il se devait, d’autant plus qu’il n’y était pour rien. Pas terrible le nouveau Graal. Au début on croirait un catalogue des productions Chaosium. Remarquez financièrement il vaut sans doute mieux faire ça avec Chaosium plutôt qu’avec les éditions Flamberge si on veut pouvoir se payer la couleur ! La suite n’est guère meilleure. Voici quelques exemples en vrac.

Les impros : (Extrait d’un scénario proposé) « Senna, la femme du sorcier, se croit seule et ôte ses vêtements devant les PJs. Elle entre dans son lit, nue et très désirable (faites enrager les PJs). L’amant de Senna (NDLR : Prost ?) la rejoint sous les draps, d’où quelques scènes d’un érotisme torride. Survient une bande de Gros Bills décidés à tout casser. Les Gros Bills tapent sur tout ce qui bouge, et même sur ce qui ne bouge pas… ».

Voilà un scénario qui me paraît bien alléchant, on en voudrait des subtils comme ça tous les jours tiens !

Le dossier sur les démons : un assemblage de bien jolies photos extraites de feuilletons Télé ou de films (Monstres et Merveilles entre autres) mais à par ça quel est le propos ? Un article aussi profond qu’un puits sans fond qui mène directement aux enfers…

Le clan de la caverne des trolls : Chaosium à toutes les sauces, il y en a même un qui a eu l’idée de nommer Greg Stafford « Grand Bienfaiteur de la race Troll ». Ca doit lui faire plaisir !

De l’inédit : un reportage sur Batman !

Un superbe scénario Cthulhu dont l’intrigue principale se déroule dans l’anus d’un monstre (Juju, si tu cherches encore l’inspiration pour ton scénar’ Cthulhu ne cherche plus, je t’envoie les photocop’ !).

Et le meilleur pour la fin : « Le billet tumeur » dudit Bouffon. Le brave garçon nous y explique que tous les organisateurs de GN sont des voleurs et qu’il se fait toujours avoir. A la Rédaction on pense que c’est seulement parce qu’il est un peu con. Il essaye ensuite de nous faire pleurer sur la dépouille d’un pauvre club, victime d’une OPA meurtrière, tout en se foutant quand même un peu de leur gueule parce qu’on ne la lui ferait pas. Très charitable. Pour finir il crache un peu sur Chroniques d’Outre Mondes, histoire de faire comme tout le monde. Attitude très courageuse mais qui n’était guère en vogue il n’y a ne serait-ce qu’un an ou deux… Pour finir, un point tout de même pour le Bouffon : c’est vrai que le Barbare fait pas mal semblant d’être méchant.

Je termine par la devise de Graal : « Graal change, Graal dérange ». Moi je voudrais surtout qu’il s’arrange parce que pour le moment c’est pas terrible. Ouf ça y est, j’ai souffert, mais je l’ai lu !

 

Le coup du lapin

Eh oui ! La revoilà, votre rubrique apériodique de critique sauvage. « Chouette », se disent les gros bills (ceux que je n’aime pas mais pour qui j’écris quand même). Mais attention, votre serviteur innove : en effet, dorénavant il ne donnera plus dans la destruction aveugle mais dans la critique constructive, bien qu’acerbe et sans concessions.

Et pour commencer, je voudrais vous parler d’un des ex-meilleurs journaux de jeu de rôles : Chroniques d’Outre Mondes. J’ai actuellement entre les mains le numéro 19. Il n’a vraiment rien d’intéressant si ce n’est une superbe couverture qui veut sans doute masquer le vide intérieur.

Mais que s’est-il passé me direz-vous. Pourquoi ce magazine qui était auparavant si intéressant est-il devenu tout-à-coup si dénué d’intérêt ? Eh bien pour une raison très simple : parce que la grande masse des rôlistes sont des gens très sages et très posés qui aiment bien l’aventure, mais seulement sur papier, et que le ton polémique de Chroniques dérangeait beaucoup. D’où une désaffection qui a contraint l’ancienne équipe de rédaction à céder leur journal à une société d’édition qui fait dans le minitel rose.

Et c’est là que les problèmes ont commencé : les nouveaux responsables nous ont sorti un numéro 16 « lapins » épais comme un sandwich SNCF, sans doute pour nous annoncer qu’ils s’apprêtaient à nous en poser un avec le numéro 17 avant de nous proposer un numéro 18 couvert de publicité pour leur minitel rose avec 7 mois de retard.

Vous je ne sais pas, mais moi ça me désole de voir Chroniques dans cet état. Surtout que leurs collègues de la presse rôliste ne semblent pas vouloir aider l’ancienne équipe à remettre leur magazine sur pieds. J’ai même cru entendre un certain Barbare plaisanter à propos de duels à mort qu’il n’aurait pas le droit d’organiser. On se demande d’ailleurs pour qui il parierait… Mais voilà que je recommence. Il vaut sans doute mieux que j’arrête là et que je crie simplement (mais ça vient du fond du cœur) « Doc Destroy, défends-toi, fous-y un coup d’calibre ! »


Time Machine off !


On s’était dit rendez-vous dans 20 ans

 

Voilà, si j’ai rouvert une fois de plus la malle aux souvenirs c’est que parmi d’autres fanzines - dont certains n’ont même jamais vu le jour, GSG est un des ancêtres de ce blog. Comme vous le rappelait notre ancien texte d’accueil, les conditions ont changé, la technologie a évolué, mais l’esprit reste le même !

Du coup, en admettant que vous soyez toujours là, je vais vous parler de Dragon Rouge 3, qui  vient de sortir. Il est toujours très orienté Donjon, avec son dossier consacré aux secrets des drakéides (ils pondraient des œufs…), son plan de jeu en poster central et son scénario inédit (« L’héritage du dragon » - probablement un œuf) mais la première partie news et événementiel permet une ouverture sur d’autres univers. L’article qui aborde le volet JdRs de Warhammer 40K participe à l’énorme teasing de ce jeu très attendu en version française. On y parle aussi entre autres du double retour du Grand Ancien (c’est la saison des tentacules ton oncle). On y croise un scénario Shaolin et Wudang et on y trouve une petite BD (toujours bien ça la petite BD dans un mag’ de JdRs, presque un passage obligé) et une aide de jeu sur l’utilisation de la musique pendant les parties (classique mais de bon aloi, pas la musique, l’article), plus un billet d’humeur un peu foireux sur le MJ maîtrisé par ses joueurs newbies (je crois que c’est à la Convention du Club Pythagore qu’on se faisait la remarque que les joueurs débutants sont souvent plus spontanés voir plus affutés que les vieux routiers).

 

Réincarnation

Tout cela a un étrange arrière goût pas dégueu de Old Casus… Des preuves de ce que j’avance ? Déjà une rapide analyse iconique nous permet de repérer 4 crapoux signés Guisserix. C’est un début. Ajoutons à cela une analyse sémantique un peu plus subtile qui recense pas mal d’intertitres dans la grande tradition et donc bien datés (« L’aventure c’est l’aventure » dans l’article sur Dungeons et Dragons, « La Loi, c’est moi ! » ou « Vers l’infini, et au-delà ! » dans celui sur Dark Heresy, « Quand on arrive en ville » dans le scénario L’héritage du Dragon). Décidément, nostalgie quand tu nous tiens.

 

Jusqu’ici ça va…

Oh sinon, tant que j’y suis, le White Dwarf numéro 174 d’octobre 2008 est sorti. Pile à la date prévue. Comme d’habitude. Je sais bien, vous allez me dire ça mon gars c’est pas une nouvelle, et franchement ça m’en touche une sans faire bouger l’autre. Probablement, mais je le mentionne quand même parce qu’après la stase du site Internet, les rumeurs de partout sur la mauvaise santé de GW et la nouvelle ENORME augmentation des prix (cette fois-ci vraiment, mais alors vraiment rédhibitoire, juré !) on pouvait légitimement se poser des questions. Attaquée de tous bords par des saloperies de petits bouts de plastoc prépeints à la truelle, la statue du Commander Space Marine serait-elle un colosse aux pieds d’argile ? La finance internationale aussi avait l’air solide et puis d’un coup pouf, fumble cacahuète, si je puis m’exprimer ainsi. C’est à ne plus croire en rien. Alors qui sait ?

Repost 0
Published by David - dans Presse rôliste
commenter cet article
12 septembre 2008 5 12 /09 /septembre /2008 09:56
Mais, mais... arrêtez maintenant : puisque on vous dit qu'on a pas le temps de tout lire !! On ne peut pas passer son temps à lire des magazines de jeux de rôles quand même. Y a aussi les manuels de jeux de rôles à lire. Et les suppléments. Et les inspis...

En effet, c'est fou, il en sort de partout. Alors que, personnellement, je n'ai pas tout, tout bien fini de mon exemplaire de Jdr Mag 2 (le copieux dossier Mondes des Ténèbres, pour moi, c'est comme un plat de fast food chinois : on sait que ça va être dur à digérer...) et que j'ai fait, pour le moment l'impasse sur Dragon Rouge 2, voilà-t-y pas que deux autres sorties sont annoncées. Puisque David s'est accaparé le droit de vous parler de la presse, je saute sur l'occasion pour vous glisser un mot sur ces magazines.

D'abord, nous aurons, fin Septembre, le n°3 de Jdr Mag. La couv' a l'air prometteuse et, à n'en pas douter, le contenu sera à la hauteur. Pourquoi cette certitude ? Les progrès enregistrés entre le 1 et le 2 sont proprement stupéfiants.

En fait, dans le but de ne pas dénigrer une courageuse et salutaire entreprise, je m'étais abstenu de dire ce que je pensais du 1. Mainntenant, je peux : c'était pas bon, les gars. Maquette moche, contenu disparate... et le système undésix. C'est quoi ce truc ? L'eau tiède et le fil à couper le beurre réunit dans un seul système de jeu de rôles. Wahou.


Tiens, rien à voir mais toute cette fine statistique me donne l'occasion de vous raconter le stratagème mis au point par David pour courtcircuiter toutes les vélléités des statisticiens pointilleux et autres matheux pénibles autour d'une table de jeu de rôles :

- matheux pénible : "Et bah dis donc David, ça te laisse pas des masses de chance de réussir ce jet."
- David : "Bah si : une sur deux."
- matheux pénible (manquant de s'étrangler) : "Quoi ?? Avec les scores de merde de ton perso : tu veux rire !"
- David : "Soit je rate, soit je réussis : une chance sur deux. C'est pas ça ?"
- matheux pénible : "Aaaaargh... splosh"

Avec ça, je vous le garantie : plus de discussions sur les mérites comparées du D20 et du 2D10 de toute la soirée ;-!

Bon, bref, fin de la parenthèse : très bon n°2 de Jdr Mag. Les seuls points à améliorer à mon goût : des critiques courtes plus conséquentes, moins de théorie fumeuse (l'article sur faut-il lancer ou non les dés m'a laissé un arrière-goût de n°1) et hop, on aura un super mag.

Et pis, début Octobre, on aura, si tout va bien, Black Box 4. BB3 était l'arlésienne, certes, mais que la bougresse était jolie. Et de la conversation avec ça !  Beaucoup de texte et ça, c'est cool : on n'est pas, nous autres rôlistes des kikoolol nourris au SMS, on aime lire du gros pavé. Un détail : j'ai aimé la reprise de l'idée de Old Casus de mettre la fiche d eperso en illu d'une critique de jeu mais, Monsieur Black Book, si elle pouvait être un tout petit peu plus grande et donc lisible, ce serait encore mieux !

Si on y ajoute le probable numéro 3 de Dragon Rouge (un peu plus de diversification, peut-être ?), les prozines Les Carnets de l'Assemblée n°3 (avec dedans un article sur Guildes de votre serviteur ), le Bob'zine n°1... on vit, contre toute attente et toute logique apparente, sans doute l'âge d'or de la presse rôliste. Pourvu que ça dure !!
Repost 0
Published by Narbeuh - dans Presse rôliste
commenter cet article
31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 08:09
Ô Ravage, ô désespoir, ô jeunisme ennemi, n’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?

Avertissement au lecteur :
Que les choses soient claires : le premier qui prononce ici le nom de
Black Box uniquement pour faire rire à bon compte et de façon franchement mesquine ses petits camarades* se verra poliment mais fermement reconduit vers la sortie parce que ce n’est pas le style de la maison. Non Môsieur, pas du tout ! Non non.

Mémoire d’outre-tombe

Commençons cette petite revue des magazines du trimestre écoulé consacrés de près ou de loin à nos loisirs (le Jeu de Rôles, les figurines, le jeu de plateau, le lancé de couteaux dans le dos) par déplorer le changement de formule de Ravage. Cela s’est produit au numéro 46 (pendant que vous ne regardiez pas on en est déjà au numéro 48) et c’est minable. Pas sur le fond, rassurez-vous, tous les bons trucs que ça contenait avant sont toujours là et c’est l’essentiel, mais sur la forme : plus petit format, des cadeaux marketing à deux balles (pour le numéro 47 un cadeau qui fera date : une « lithographie Mark of Chaos exclusive ! » qui me fait franchement penser à une publicité pour une banque avec des jumelles en plastique), et le symbole du changement : le Sergent Killgore, dessiné par Louis, qui est la nouvelle mascotte du magazine. La description du personnage proposée par le mag’ parle d’elle-même, voyez plutôt :
« Killgore est velu (même s'il est chauve), Killgore est brutal, Killgore se rit de l'adversité et foule des ses rangers cloutées les restes de ses ennemis, Killgore boit sa bière dans le crâne de ses victimes, Killgore crache du plomb et rote du napalm, Killgore utilise des dés en adamantium et quand il les lance, c'est souvent dans la g...** , Killgore n'a pleuré qu'une seule fois dans sa vie, c'était le jour ou le Seigneur de Guerre Yagla Dunst lui a cassé Nounours, son porte-clé fétiche quelques secondes avant de mourir dans d'atroces souffrances, Killgore ne triche pas, il est victorieux, Si Killgore savait lire, il lirait Ravages... ».

Oh la la ! Que dire d’autre ? Peut-être que cela pourra, question rodomontade puérile, rappeler aux vétérans un certain Docteur dans les antédiluviens Chroniques d’Outre Mondes, et le plus drôle reste que - la concurrence se faisant rude dans le secteur porteur de la figurine – un autre titre très similaire question contenu vient de paraître dont la mascotte (une Bellaminette de l’espace) marque à la culotte (culotte c’est le mot clé) et ringardise instantanément le bon sergent. Le pire, c’est qu’à en croire leur éditorial du numéro 47, ils sont contents de leur coup. Pitoyable***.
Et  pourtant ils n’ont vraiment pas besoin de ça ! Voyez le numéro 48 : ce sont 100 pages de bonnes choses, des articles pointus et agréables à lire, des infos de partout, que du bonheur****. Les gars, recentrez-vous sur les fondamentaux !

NB : les hors-série sur les figurines de concours restent anecdotiques, sauf si vous êtes dans la partie et vraiment un gros maniaque comme moi.

Il en sort de partout !

Ce serait d’autant plus souhaitable que la concurrence se fait soudain rude dans le secteur du petit bounome. Prenons par exemple ce numéro 1 avec un Space Marine déchainé sur la couvrante : ce nouveau titre bimestriel, publié par Play Factory, porte le nom évocateur de Codex Interdit. Evocateur de l’univers GW si vous suivez, fine inspiration alors que débarque la nouvelle mouture de WH40K. 82 pages plutôt de bonne tenue, plein d’articles fort sympathiques, avec une tronche (une mise en page, un style et un je ne sais quoi) qui m’évoque irrésistiblement le Backstab de la fin des années 90’. Mais qui n’aurait parlé que de figurines alors.

Mais la référence en la matière reste bien entendu la revue consacrée exclusivement au zobbi : White Dwarf, qui en est en ce mois d’août ensoleillé à son numéro 172 (ça laisse rêveur) consacré en grande partie à la sortie des nouveaux et très moches Elfes Noirs, avec une gamme qui a été très attendue et finalement on se demande bien pourquoi puisqu’elle est très ratée, à l’exception peut-être du gars avec les gros couteaux et le masque de poulpe qui me le fait bien. Il semblerait qu’on se dirige vers des figurines sans personnalité et plutôt en plastoc pour le gros de la prod’, et quelques belles figs pour la vente par correspondance (Champion de l’Empire, Capitaine pirate de Sartosa…) – je sens que je vais détester ça. Sinon dans le même numéro il y a des choses en rapport (de bataille) avec la nouvelle version de WH40K et un article sur la fabrication de décors  « Mordor » pour le Seigneur des Anneaux. C’est tout à fait recyclable pour des décors Hell Dorado et je m’en vais essayer bientôt quelques unes de ces techniques.

Par ailleurs, pour les gens sérieux et les vieux grognards sachez quand même que le numéro 83 de la respectable revue Figurines est en kiosque, et contrairement à ce que vous pourriez penser si vous êtes plein d’a priori, elle n’est pas réservée à ceux qui votent pêche nature et traditions. Les figueux « historiques » ont vraiment beaucoup à apprendre aux « fantaisistes », et réciproquement ; la tendance à la mixité étant d’ailleurs bien amorcée dans les concours depuis deux ou trois ans, et d’ailleurs pour preuve ce numéro 83 vous propose (ainsi qu’aux figuéristes historiques qui voudraient s’encanailler) page 14 pour la première fois un échantillon des figurines futuristes et fantastiques proposées actuellement par les différentes marques qui en font ! Et tout se passe bien à condition d’avoir les cheveux coupés courts et de saluer le drapeau, ce qui est quand même la moindre des choses, couilles de loups !

Bon, si vous êtes un poil moins martial et autant joueur que peintre n’oubliez pas Vae victis 80 plus le hors série armées miniatures. C’est une valeur sûre avec laquelle on passe toujours un bon moment.

Rôle ma poule !

Après une période de disette lors de laquelle il fallait fureter à droite et à gauche dans les revues consacrées à l’imaginaire du genre Khimaira – qui, soit dit en passant fête actuellement ses dix ans (déjà) avec un numéro 15 (nouvelle série) qui traite de la Fantasy urbaine et propose une interview de Mickael Moorcock – pour se mettre quelque chose sous la dent, c’est soudainement l’affluence !

Parmi ceux qui s’avancent voici venir un nouveau bimestriel : Dragon Rouge, le magazine qui va accompagner la nouvelle version de DD. Ce sera franchement orienté vers les univers du jeu de Gary Gygax, avec des plans de tavernes ou de donj’ dedans, des fiches de perso et tout et tout, mais pas que. On trouve par exemple dans ces 82 (tient … ah bah oui c’est publié par Play Factory) premières pages un bon « panorama du jeu de rôle » destiné au débutant. Et des nouvelles de Polaris***** ! Au moment où j’écris ces lignes le numéro 2 est disponible et c’est dans la même veine.

Moins orienté DD mais quand même bien intéressé par la question, voici que s’avance à son tour pour entrer dans l’arène, le premier numéro de Jeux de Rôle Mag’. Sur la couverture où une grande barbare blonde à forte poitrine s’apprête à affronter une bande de nains en casques à pointe on nous promet « inclus : un jeu de rôle complet ». Il s’appelle Undésix, le JdR qui se joue avec un dé à six faces, et pourra à l’extrême limite servir à faire rigoler vos petits cousins 5 minutes s’ils arrivent à rester assis tout ce temps sans se battre. Mais pour le reste c’est plutôt intéressant, avec notamment  une interview de D. Guiserix (qui n’est pas l’auteur d’Undésix) : « oh grand maître, quelle est donc cette secte très étrange ? » qui a pris le maquis depuis belle lurette et qu’on était réduits à retrouver de temps en temps au hasard d’une rencontre dans les pages de tel ou tel magazine, un dossier qui passe en revue les différents JdRs qui ont marqué notre loisir, et bien sûr des critiques de jeux (Kuro, Cadwallon, Capharnaüm, Humanydyne, etc.) dont je dois dire que j’ai apprécié le ton et la franchise. On est loin du ton neutre bon des critiques auxquelles on était habitué à l’époque des grands anciens lorsque dire du mal d’un jeu de rôle c’était dire du mal du jeu de rôle, et critiquer un éditeur c’était mordre la main qui vous nourrit. Cette liberté de parole est particulièrement notable dans la critique de Capharnaüm – je béni régulièrement le  Studio Deadcrows et le Septième Cercle, j’aime ce jeu et je crois que c’était le meilleur de 2007, mais j’adhère à tous les bémols et reproches que lui adresse Cédric B. Et en lisant cette double-page très évocatrice je me suis dit que ce gars là était en train de nous casser la baraque (ich, ich) puisque c’est exactement le genre de critique que vous auriez déjà dû lire sur ce blog si je n’étais pas si fainéant du clavier. Quand la presse pro commence à faire le boulot des blogs, où va-t-on, je vous le demande ?

Allo Papa Tango Charlie : Back to Front

Qu’est-ce que comment que quoi ? Qu’entends-je ? Qu’ouïe-je, basculez-les dans la dimension parallèle et toutes ces sortes de choses ; vais-je être obligé de m’expulser moi-même ? Voici que l’incroyable se produit au moment où on l’attendait plus !

Clairement à la période la plus défavorable, surgissant au cœur de l’été du triangle des bermudas, alors que les quelques rôlistes qui existent encore sont loin de chez eux, de leurs repères, de leur loisir et de leurs Maisons de la Presse, voici que revient d’entre les morts, après deux ans d’absence (bien plus fort que Lazare) Black Box 3 ! Mais oui, vous ne rêvez pas, comme la couverture vous l’indique sans équivoque, quelques goules ludophiles sont allées le remonter du fond du puits où il pourrissait lentement pour le livrer à notre appétit jamais rassasié de nouvelles revues et d’infos fraiches. L’éditorial revendique la parenté avec Casus Belli et je dois dire que c’est de bonne tenue, avec peut-être quelques infos et critiques un peu défraichies mais dans l’ensemble ça vaut l’investissement. Allez, soyons même militants, achetons-en tous 4 ou 5 pour les distribuer autour de nous sinon il va replonger illico presto dans le coma. Vous pourrez y lire des choses sur les publications D20, sur le Star Wars Old School, sur le roleplay en combat (euh… baston !?!), et même en apprendre plus sur le nouveau Polaris en croisant vos doigts de pieds palmés pour ne pas rencontrer l’Homme-Triton de la pub lors de vos vacances à la mer. Dans tout ça je voulais mettre particulièrement un coup de projecteur sur Oblis, le pays des brumes,  un setup pour « tout jeu médiéval fantastique » comme on dit, et qui est certainement appelé à prendre sa place au panthéon des univers de JdR étant donné sa qualité, pour peu que la deuxième et la troisième partie puissent être publiées dans les numéros suivants, bien entendu…

Epaisse et très éclectique, je ne pouvais pas manquer de vous signaler la luxueuse revue Amusement qui, sous un titre qui risque d’évoquer pour beaucoup les jeux d’enfants s’adresse pourtant directement aux adultes et se révèle une lecture très agréable, d’autant plus que le numéro 1 propose une immanquable interview du maître du Cyberpunk, William Gibson. Il y indique qu’il s’est lancé dans une entreprise déconstructiviste de cette vision de l’avenir, et nous en reparlerons dans nos articles sur TAZ, notre jeu Cyberpunk en gestation. Il y a de tout dans cette publication : des articles sur la tendance à exploiter les bugs dans les jeux vidéo, sur l’art graphique et le Locative Art en relation avec ces mêmes jeux vidéo, des choses sur les univers imaginaires, sur les jeux massivement multijoueurs et persistants, etc. De tout sauf du JdR. Bon sang d’arrosoir Juju, mais qu’est-ce qu’on attend pour leur en proposer ?

A l’antipode de cette publication destinée aux adultes (en tout bien tout honneur), une pub sur la quatrième de couv’ du numéro 2 de Dragon Rouge nous signale aussi l’arrivée imminente d’une publication de Milan jeunesse destinée aux enfants : Chaudron Magique, « le magazine fantasy de 8 à 1000 ans ». Une sorte de pré-initiation aux univers imaginaires, et pourquoi pas aux JdR (Contes de fées, Grimm, que sais-je).

Et pour faire bonne mesure, dans un autre rayon, je vous indique les Cahiers de Science et Vie consacrés à « La sorcellerie et les sciences occultes, du Moyen Age à la Renaissance », qui ne saurait vous laisser indifférent si je vous connais bien.

Ceux qui vont mourir te saluent


Qui se souvient encore du magazine Magnus (bon titre ça, qui évoque la puissance et se termine comme Casus) en kiosques en l’an de grâce 2005, me disais-je à moi-même il y a quelques jours alors que j’en trouvais tout à fait par hasard un vieil exemplaire couvert de la poussière du temps et qui avait échappé au retour à l’envoyeur qui sait comment dans une petite Maison de la Presse du fin fond du Roussillon. Alors même s’il y a actuellement pléthore, ne nous emballons pas (surtout sous cellophane, merci pour ceux qui aiment feuilleter en kiosque) : nous verrons à la rentrée, et plus sûrement encore début 2009 lesquels de ces titres auront survécu. L’hiver est terrible pour les petits oiseaux…

* : pour tirer en quelque sorte la couverture à lui. La couverture, mphpfff !, …
** : la tradition de l’initiale suivie de trois petits points pour ne pas écrire un gros mot remonte au minimum à la P… respectueuse de Sartre. Comme quoi on a beau être des pauvres T… de Geeks, on a quand même des Lettres.
*** : pour que le lecteur comprenne mieux quel genre d’individu grincheux et rétrograde rédige ces lignes il faut qu’il sache que le susdit a déjà résilié son abonnement à Bo Doï qu’il lisait fidèlement depuis le numéro « 0 » après que ce magazine de BD ait tenté lui-aussi le coup de la nouvelle formule, maquette ratée, couverture à gerber, et tutti quanti. Par contre il conseille le numéro actuellement en kiosque de DBD qui propose une interview de Pierre Dubois.
**** : Mention « franchement limite » quand même pour la pub de Hell Dorado de la page 2 du numéro 48 : «  Oubliez les balles à blanc, faites parler la poudre noire ! ». Autant j’aime bien quand l’équipe du jeu charrie la concurrence, autant là – même si j’apprécie l’humour noir à mes heures – je dis carton jaune.
***** : Eh, les gars, pour Polaris le jeu de mots de la couv’ il était Trademark, envoyez la monnaie. Fallait me demander je vous en aurais soufflé d’autres. Tiens, par exemple : « Polaris : De Profundis » et hop, vous attiriez illico les joueurs de Maléfices…
Repost 0
Published by David - dans Presse rôliste
commenter cet article
6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 18:54
Comme les patates de l'île de Ré, comme les pitis choux-fleurs tout croquants du littoral breton... bref, comme les doux légumes primeurs de nos belles contrées agricoles, le magazine de jeux de rôles francophone semble se refaire une santé avec les premiers redoux du Printemps. Ca tombe joliment bien : on va enfin avoir quelque chose de sympa à feuilleter sur les terrasses des cafés !

Comme nous le savions déjà en avant-première grâce à la diligence de nos agents de renseignements helvètes (les meilleurs étant ceux qui arrivent à faire croire qu'ils sont biclassés bataves ;-!)... Black Box 3 est (enfin !!) bien parti pour paraître au début du (joli) mois de Mai.


Je vous mets une copie de la couv' en illu et, si vous voulez plus de renseignements ou harceler de vannes de mauvais goût la rédaction, vous irez de préférence ici :
http://www.black-book-editions.fr/

Si vous aviez été de ces fâcheux qui n'avaient pas participé à l'effort de guerre en achetant un (ou plusieurs...) exemplaires des n°1 et 2 de cette excellente (comme quoi les théories sur la concurrence...) revue de jdr, vous verrez que Black Book, l'ambitieux éditeur (jetez un oeil à leur actuel planning sur leur site...) a le très bon goût de proposer gracieusement des PDF réalisés à partir des articles de ces deux anciens numéros.

Comme on le sait, un bonheur ne venant jamais seul, il apparaît de plus en plus probable qu'un autre magazine de jdr paraisse dans les mêmes eaux. Sobrement intitulé Jdr Magazine, cette tentative émane d'une bande de passionnés bénévoles et non d'un éditeur de jeu de rôles. C'est une bonne chose : on peut imaginer une approche et un esprit différent. En tout cas, c'est souhaitable. Il va sans dire que je serai aussi du nombre de leurs lecteurs pour leurs premiers numéros. Un pour les terrasses, un pour la plage. J'ai pris le rythme avec Casus/Graal puis Casus/Backstab ;-!

En attendant, si vous voulez suivre l'aventure de Jdr Magazine, visitez leur blog :
http://jdr-mag.over-blog.com/

Bon, j'ai aussi dans ma main les preuves des réflexions préliminaires de pas moins de deux autres projets encore informels de magazines autour de notre loisir préféré mais comme vraiment ce ne serait pas très, très raisonnable, nous n'en dirons rien. Pour le moment. En effet, si, par malheur, aucun des deux magazines prêts à être lancés ou relancés (BB et Jdr-mag) ne devait survivre, il ne nous resterait plus que les rumeurs pour nous consoler...

Repost 0
Published by Narbeuh - dans Presse rôliste
commenter cet article
20 décembre 2007 4 20 /12 /décembre /2007 16:35
Hey, jeune ami rôliste, tu ne te sens pas capable d'attendre sereinement le 28 (ou le 29...) Décembre pour avoir le plaisir de bouquiner  enfin un magazine de jdeu de rôles ?

Bah, déjà, t'es comme moi. Pauv' geek, va !

Mais bon, Onc' Narbeuh est bienveillant avec ceux qui prennent comme lui le mauvais chemin de l'immaturité permanente, il a des solutions, pour vous les djeunes. Assieds toi, reprends un carambar et écoute cette belle histoire.

couv-n1-carnetsassembl--e.jpgIl existe quelque part une contrée ignorée de tous les buralistes, jamais explorée même par les tenanciers de relais et autres maisons de la presse.

Ce beau pays vierge se révèle à toi avec la formule magique que, bonne âme, je consens à te communiquer ici sur Mondes en Chantier : Internet + impression numérique + ton bon vieux facteur (bon, OK, et quelques sou-sous aussi...).

Avec ça, tu as le chemin pour arriver jusqu'aux Carnets de l'Assemblée. La sympathique assoc' nordiste publie en effet le premier numéro de son zine (après un coup d'essai sous forme de n°0).  70 pages bourrées de news, critiques, aides de jeu, scénarios... le tout bien mis en page, très correctement illustré, en partie en couleurs, en partie en noir et blanc. Bref, un vrai magazine.

Pour 2,5 euros, on peut avoir le zine en PDF mais là on se retrouve avec les insurmontables problèmes du PDF dont on vous serine ici-même à la moindre occasion. Pour 6 euros (et 1.5 euros de frais de port), on peut aussi recevoir le zine très bien imprimé sur un papier au grain agréable dans sa boîte aux lettres.

6 + 1.5 = 7.5 euros. Franchement, pour un zine spécialisé, ce n'est pas du vol (voir le prix de New Casus et BB). Ouais l'aut', mais il fait que 70 pages ton pauv' zine ! Bah, si tu préfères, tu lis TéléZ, c'est moins cher, hein ? Mais ça parle aussi vachement moins de jdr quand même... Et puis les gars qui font ça, ils t'arnaquent tellement qu'ils gagnent évidemment pas un centime sur le truc et envisagent même de ne pas pouvoir longtemps tenir le coup/coût de l'impression papier.

En tout cas, à Mondes en Chantier, on soutient ce genre d'inititiative courageuse et on va donc essayer de réserver de temps à autre un ou deux gros articles au zine. Si même avec ça, vous n'achetez pas, c'est vraiment que vous n'avez aucun goût ;-!

Ah au fait, vous avez vu la couv' du n°1 : dossier Belle Epoque avec critiques et scénarios pour Maléfices et Crimes. Nous sommes faits pour nous entendre nous autres !

Pour le sommaire et le bond e commande, c'est par là que ça se tient : http://www.lassemblee.org/
Repost 0
Published by Narbeuh - dans Presse rôliste
commenter cet article
1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 15:46
panda.gifOui, je sais. Je ne devrais plus y croire. Même en parler ce n'est pas très, très raisonnable. Mais c'est comme ça, je sais pas, moi, c'est mon âme d'enfant naïf qui s'éveille en ce mois de Décembre. Allez, diantre, fi, que diable, je me lance : yessssss, i want to believe !!

Hein ? ah non, pas du tout, je ne parle pas d'un immigré scandinave ayant tendance à l'obésité et qui a un goût de chiotte pour s'habiller ! Vous n'y êtes pas : moi, je parle de Black Box 3.

Donc voilà : Black Book Editions annonce la parution du 3ème numéro de son bimest... euh... de son magazine consacré aux jeux de rôles pour le 28 ou le 29 Décembre (selon qu'il y ait ou non du verglas sur les routes, sans doute...). Hein ? Roooooh comment vous êtes ! Décembre 2007 bien sûr !!

J'ai envie de dire, cette fois-ci, c'est la bonne. En effet, BBE donne tellement de détails alors qu'on ne leur demandait plus rien qu'il n'y a que deux possibilités : soit le zine est écrit, maquetté et le chèque pour l'imprimeur est signé, soit ils adorent vraiment se faire vanner !

Ce numéro 3 devrait être précédé d'un numéro fantôme en PDF gratuit dans lequel seraient compilés les articles écrits depuis perpète mais qui sentent un peu le faisan maintenant. Le numéro papier serait alors un mélange de vieux articles bonifiés en fût de chêne (notamment l'interview d'A. Astier) et d'articles récents sur l'actualité des jdr. Miam, miam et re-miam.

BBE va même jusqu'à s'engager à faire paraître Black Box pendant encore au moins 3 numéros (en gros jusqu'à mi-2008) avant de tirer des conclusions sur l'état du marché. Rôlistes, c'est le moment de vous compter ! Quant à moi, je suis si sevré de presse rôliste que j'envisage sérieusement d'en acheter deux exemplaires par numéro. C'est grave, docteur ?
Repost 0
Published by Narbeuh - dans Presse rôliste
commenter cet article
18 juillet 2007 3 18 /07 /juillet /2007 11:14
Alors que, homme de peu de foi, je pensais le projet un peu enterré, voici qu'on nous annonce la prochaine sortie du n°2 du webzine de la Cour d'Obéron, Les Songes d'Obéron. En plus, l'annonce est graphiquement splendide, la voilà :




Aaah, voilà l'occasion rêvée de poster mon petit message à propos... du n°1 !

Pour mémoire, les Songes sont donc le webzine entièrement gratuit rédigé, illustré et maquetté par la communauté active du site et forum de la Cour. Chaque numéro est thématique (aventures maritimes pour le 1,  fées et chevaliers, donc, pour ce second numéro).  Chaque numéro est constitué d'articles sur les jeux de rôles ou sur ce qui peut les inspirer (livres, bd, films, histoire...) en fonction du thème retenu.

Le numéro 1 que je viens de lire est sorti, me semble-t-il, il y a au moins un an. Non pas que je sois si lent à la lecture mais ce sont, pour moi, toutes les contraintes du support PDF : trouver un ami (que je ne nommerai pas...) sans foi ni loi prêt à piller les ressources informatiques de son entreprise pour me l'imprimer en laser recto-verso puis trouver un moment propice à la lecture de ces feuilles volantes. Ouf.
 
Donc, au bian et en un mot : bravo ! En l'absence de magazines de jdr à lire pendant les vacances, je me suis retourné avec bonheur vers le n°1 des Songes d'Obéron. Franchement, je n'ai pas vu la différence.
 
Je ne peux citer tout ce qui m'a plu mais je tiens à mettre deux membres de l'équipe en avant :
 - bravo à Xaramis pour le pavé sur Pavillon Noir (interview + critique)

- bravo à Moustrap pour sa mise en page sobre et élégante, très professionnelle mais bravo surtout, à mon goût personnel, pour l'adorable couverture de ce n°1, simple mais pleine de charme et de poésie

Bravo donc à ces deux là et bien sûr à tout le reste de l'équipe bénévole !

Vivement ce n°2... comptez sur mon avis dans un an :-(((

Un ch'ti lien qui va bien pour finir : http://couroberon.free.fr/

Repost 0
Published by Narbeuh - dans Presse rôliste
commenter cet article
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 09:29
Alors qu'on est plusieurs à se trouver minables, suite à l'article de David, d'aller systématiquement tirer la langue comme des chiens assoiffés devant des rayonnages de magazines désespérément vides de jdr... tatata ! ... il semble bien que l'espoir soit à nouveau à l'ordre du jour.

Siiiiiii ! Bon, chat échaudé tout ça, hein ? Mais quand on veut croire, tout est possible comme disait en son temps le philosophe Fox Mulder.

Donc voilà : d'après Raphaël, le big boss de Black Book, qui s'est gentiment exprimé sur plusieurs forums rôlistes malgré le nombre de râleurs anormalement élevé qui s'y trouve, il semble que l'on puisse à nouveau aller baver devant les rayonnages de nos maisons de la presse avec, cette fois-ci, un réel espoir d'y trouver une belle surprise dans les prochains jours (ou semaines...).

Personnellement, cela me fait tout frétiller d'impatience, signe supplémentaire d'un vrai manque. En plus, des deux magazines morts-vivants, c'est mon préféré des deux, Black Box donc, qui semble parti pour survivre. Et puis, on nous promet toujours un numéro énorme (148 pages pour le même prix) afin de compenser le gros décalage d'actualité. Chouette et re-chouette !

Evidemment, passée cette minute d'excitation adolescente, il faut aussi examiner les chiffres fournis par Raphaël avec lucidité. Les deux premiers numéros de Black Box se sont écoulés à moins de 5 000 exemplaires. Le seuil de rentabilité pour qu'un magazine tourne tout seul, et puisse payer ses salariés, c'est... 20 000. Gargl.

Vous allez me dire : oui mais avec la fin de Casus, BB va se goinfrer sur le cadavre et atteindre son seuil. Mouaif. Il paraît que le dernier Casus s'est vendu à... 2500 exemplaires. Alors, si on enlève ceux qui sont fidèles à Casus jusqu'à la mort, ceux qui sont définitivement dégoûtés du jdr et ceux qui, comme moi ou David, achetaient de toute façon les deux... le surplus de ventes risque d'être plus que réduit.

A moins d'une prise de conscience des rôlistes sur l'état de leur hobby et sur la nécessité de soutenir l'effort de guerre, le seuil sera plus que difficile à atteindre.

En attendant, même si ça doit être un chant du cygne, que celui-ci soit beau et, surtout, qu'on en profite au maximum. Avant de se mettre à Ping Pong magazine.

Repost 0
Published by Narbeuh - dans Presse rôliste
commenter cet article
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 14:21

Le numéro 39 de la nouvelle série de Casus Belli était le dernier, et c’est fort logiquement que le numéro 40 ne lui a pas succédé à sa place habituelle sur le linéaire de votre libraire ou buraliste habituel. Je ne sais pas si vous ça vous en touche une sans faire bouger l’autre, mais moi j’ai beau essayer de regarder ailleurs en passant devant ce magazine qui n’est pas là, rien à faire, le manque est là.

Alors oui, je sais, il y en a encore qui vont dire bon, un article de plus pour nous briser le moral au niveau des genoux, une lamentation supplémentaire sur le bon temps qu’est mort et qui reviendra, tout ça…

Pourtant c’est plus grave qu’un vieux coup de nostalgie, notre jeunesse qui fout le camp, c’est le Calgon madame Denis ! Plus de Casus, puisque c’était le dernier vrai magazine pro de JdRs, ça veut dire plus de support de presse pour les nouveautés JdRs, ça veut dire que des jeux aussi méritants et importants que Maléfices ou Crimes (…« restez à l’écoute, les critiques arrivent sur Mondes en Chantier »…) sortent dans le brouillard (ce qui va bien avec l’ambiance mais moins bien avec le chiffre de ventes) avec comme seul relais les sites Internet (on va bien voir en test réel si ça suffit, je doute) et comme seul espoir que les étagères des (rares) boutiques où ils sont présents suffisent à supporter toutes leurs qualités.

Alors, avant de changer de musique et que notre loisir se casse définitivement la figure dans les escalier, une dernière marche funèbre : (tous avec moi les gars) « reviens Guiserix reviens, et ben pourquoi, parce que Casus il a besoin de toi ! »

Ou de n’importe quelle bonne volonté d’ailleurs, mais faut faire quelque chose là, il y a urgence. Brasser de l’air sur les forums c’est bien, mais il y a une vie en dehors du Net ! Et je vous dis ça sur un blog.
Repost 0
Published by David - dans Presse rôliste
commenter cet article
6 janvier 2007 6 06 /01 /janvier /2007 11:47

Aaahh, les fêtes de fin d'année, c'est aussi l'occasion de se rappeler de comment c'était que quand on était petit, pas vrai ? Donc, ce faisant, je me replongeais pas plus tard que hier soir dans un vieux numéro de Graal retrouvé par hasard chez mes parents.

Vous ne connaissez pas Graal ? C'était une revue du temps béni où il y avait au moins 4 magazines de jdr en même temps, vers les années 1988-89. Elle se distinguait par sa périodicité mensuelle, elle avait Serge Olivier comme redac' chef (futur ex-Old Casus) et parlait aussi de wargames comme c'était la mode à l'époque. Que dire d'autre ? Ah oui : c'était horriblement laid. Enfin surtout : c'EST horriblement laid. Le look fanzine noir et blanc mal illustré et agrafé pouvait à la rigueur passer pour un magazine de la fin des 80's mais là aujourd'hui, la révolution infographiste est passée par là et ce serait à peine tolérable pour un fanzine. C'est bien l'archéologie ; ça permet aussi de relativiser ce qu'on a gagné et/ou perdu de nos jours dans le milieu du jdr.

En tout cas, dans ce numéro de Graal exhumé de mon ancienne chambre d'adolescent, il y a une critique de Multimondes. Bah oui, je vous avais prévenu : ça ne nous rajeunit pas des masses, tout ça... De quoi ? Vous ne connaissez pas non plus Multimondes ? Bon, OK : c'est un jdr français de SF de la fin des années 80 (forcément...) qui proposait d'explorer le système solaire dans une SF relativement "low tech" qui se distinguait ainsi de sa rivale, Empire Galactique. Le jeu avait aussi pour caractéristique d'être le second projet de la petite équipe à l'origine de Maléfices, avec notamment Michel Gaudo. Mais surtout, ce jeu est devenu une légende du jdr français en tant que fiasco éditorial, éreinté par la critique et, bien que paru chez un éditeur à l'époque en pointe (Oriflam), cas rare de jeu n'ayant pas même eu le droit d'avoir un écran de jeu publié, encore moins un premier supplément. Bref, le bide stellaire.

Donc, comme un gros vautour malhonnête, je m'apprêtais à digérer mon foie gras en me délectant d'une critique acerbe sur ce qui est unanimement considéré comme une bouse (vous pouvez lire la critique de Casus sur le GROG, d'ailleurs). Alors, oui, bien sûr, cette critique parue dans Graal est vacharde et très négative... mais, ce qui me laisse finalement le plus sceptique dans tout ça, c'est la critique elle-même ! Le ton, les arguments... tout me semble horriblement daté.

Quelques exemples :

- la création de personnages ; très spécifique dans Multimondes, elle se fait sous forme de test psychologique à choix multiples... et ce au grand dam du critique de Graal qui y voit une pure perte de temps et regrette même les bons vieux tirages de caractéristiques aux dés. Qui tire encore aujourd'hui les caracs des persos aux dés ?? Perte de temps que de répondre à quelques questions afin de créer la psychologie de son personnage ?? Heureusement que ce critique n'a pas aujourd'hui à nous parler de, mettons... Te Deum !

- les références littéraires ; le critique reproche à Multimondes d'être surtout une compilation de références littéraires SF. Ah ? Parce qu'il en est parfois autrement ? N'est-ce pas aussi ce qu'est Empire Galactique (bon, OK, moins le Triche-Lumière) ? Et surtout, n'y allait-il pas avoir, peu de temps après cette critique, une adaptation particulièrement réussie de Star Wars ou de courants littéraires comme le Cyberpunk ??

- d'ailleurs, à propos de Cyberpunk, le critique reproche enfin au jeu d'employer des concepts incompréhensibles par le commun des mortels comme... le Cyberespace ! Avec cette phrase mémorable où le critique de Graal demande, sur le ton de celui à qui on ne l'a fait pas : "dis, monsieur Gaudotek, dessine moi un Cyberespace..." Bah oui, c'est déjà la Toile dans EG et dans très peu de temps la Matrice des jeux Cyber...

Bref : un jeu peut vieillir, c'est sûr, mais la critique d'un jeu, tout autant. Sur ce, je vous laisse méditer : O tempora, o mores...

 

Repost 0
Published by Narbeuh - dans Presse rôliste
commenter cet article

Mais C'est Qui Ces M.e.c. ?

  • : Mondes en chantier
  • Mondes en chantier
  • : Jeux de rôles et autres mondes en kit à monter chez soi par David et Narbeuh.
  • Contact

Notre page Facebook

 

d6-grand.jpg

Recherche

Téléchargements

Le garage où les M.e.C. rangent leurs fichiers PDF étant devenu un fameux bordel, en voici une nouvelle version plus mieux. Un clic et c'est parti !


http://img.over-blog.com/625x881/0/06/06/51/n-6/tangerine_quarantine.jpg
Du matos pour Hellywood préalablement publié dans les défunts Carnets de l'Assemblée : la description d'un rade comac et un scénario qui s'y déroule entièrement (ou presque).

http://img.over-blog.com/500x706/0/06/06/51/n-6/glas.jpg
Du matos pour Warsaw préalablement publié dans les défunts Carnets de l'Assemblée : une faction atypique accompagnée du scénario qui va bien.

http://img.over-blog.com/500x702/0/06/06/51/n-5/factions-warsaw-cover.jpgUne mini-aide de jeu pour Warsaw (la liste des factions).
http://img.over-blog.com/625x884/0/06/06/51/n-6/avocats-du-diable.jpg
Un scénario expérimental car bi-classé Te Deum pour un massacre et Hellywood (et ouais). Publié jadis dans les Carnets de l'Assemblée.
http://img.over-blog.com/150x206/0/06/06/51/n-4/verbatim-couv.jpg
Une contribution à l'ouvrage Jouer avec l'Histoire proposée par l'éphémère éditeur en bonus sur son site web. Sujet : le surnaturel dans les jeux historiques.

Mea Rouia, un gros scénario exotique
pour Maléfices avec les aides de jeu et les prétirés qui vont bien (voici aussi la couv' pour les plus bricolos d'entre vous)

Three Card Monte, un scénario sans fantastique pour Hellywood


Fleetwood & Studebaker, une aide de jeu sur les poursuites en voitures pour Hellywood


Deadline !, une variante des règles d'investigation pour le système Gumshoe


Aventures aux Pays de Nulle Part, un jeu hybride entre jeu de rôles sans MJ et de société dans l'univers du jdr Terra Incognita

Voyage, une tentative d'adaptation du système de Dying Earth à l'univers de Rêve de Dragon

Le site dédié à Terra Incognita

http://www.paysdenullepart.fr/wp-content/uploads/2012/03/TI-logo-950x631.png

Articles Récents

Le portail Di6dent

http://i49.servimg.com/u/f49/15/29/51/87/logo_211.jpg

 

Les news sur le prochain numéro du mook, les bonus web, l'abonnement au Fix, le forum, etc.

Téléchargez tout Empire Galactique !

Les fichiers de toute la gamme originale Empire Galactique se téléchargent librement et légalement sur le site http://empiregalactique.fr/ 

Un autre univers de créations

Quoi ? Tu es une fille ??

Bon, tu as sûrement dû t'égarer sur ce blog ^^

Je te conseille putôt de te rendre sur ce site de création de bijoux fait main.

http://atelier-creation-bijoux.fr/fr/

On reste en tout cas entre gens de bon goût.

capture-site-petit-copie-1.jpg

Liens