Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 09:22
Pour son anniversaire, Mondes en Chantier vient de se manger le 21ème siècle en pleine face. Enfin, en tout cas, nous sommes désormais sur Facebook. C'est un début.

De nous deux, clairement, c'est David le roi du Facebook, le king du productivity killing et autres perdages de temps fun et hype. Il a déjà ouatemille amis qu'il ne connait pas et ce genre de trucs super. De mon côté, longtemps, je me suis levé de bonheur et ai considéré Facebook et son copain Twitter comme de sombres trucs sans intérêt. C'est un avis que je continue pour l'essentiel de partager avec moi-même mais, comme d'autres avant moi, j'ai fini par céder aux sirènes de la postmodernité et hop, me voici avec un profil Facebook. En fait, je me suis dit que je pouvais difficilement prétendre écrire pour TAZ et dans le même temps snober tel un vieux con drappé dans ma superbe ignorance cette avancée majeure de l'humanité qu'est Facebook.

Et puis même les Suisses y sont, alors...

Bon, bref, pour en revenir à MeC, David s'est donc fendu d'un groupe dédié à Mondes en Chantier. C'est là : http://www.facebook.com/group.php?gid=84532470807&ref=mf

Pour le moment, cela ne sert pas à grand chose mais si vous vous inscrivez en tant que membre du groupe, cela nous permettra de mieux cerner notre fidèle lectorat, celui qui passe régulièrement, jette un oeil aux articles mais, faute d'envie ou de temps, ne laisse pas de commentaire (oui, avoue : tu t'es reconnu là !). Il y a aussi des focntions de forum pour discuter de ce que voudriez lire dans MeC (ou pas) ou encore la possibilité de dire en un clic si vous avez aimé un article et ce genre de petites conneries.

Bref, rejoignez-nous dans le 21ème siècle !

Repost 0
Published by Narbeuh - dans Echangeurs
commenter cet article
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 17:57
Au moment où vous me lisez, je suis tranquille en week end les doigts de pied en éventail mais y en a qui, eux, bossent. Et bossent remarquablement bien. En effet, si tout va bien, la nouvelle version du GROG devrait être en ligne. Pour vérifier, c'est là : http://legrog.org/grog.php


Pour les distraits, rappelons que la célébrissime base de données rôlistique a connu d'importants problèmes, visiblement d'ordre juridique et relationnel (mais cela ne nous re-gar-deuh paaaas...) qui l'ont conduit à sérieusement réduire la voilure pendant de longs mois où seule une version partielle, de secours, de la base était accessible. Moi qui ai très souvent recours à ses services pour rédiger les articles du présent blog, je peux vous assurer que c'était là la perte d'un très précieux allié.

Donc, non seuelment le GROG est désormais de retour mais, qui plus est, les meilleurs officiers de la passerelle en ont profité pour tout revoir de fond en comble : design, consultation, intégration des commentaires et même des fiches d'ouvrage pour les contributeurs. Il y a aussi, apparemment, de nouvelles fonctions dont le module "collection" dont on peut déjà prédire le succès sur tous les geeks et autres adeptes des "pick up" de Facebook.



Si vous voulez vous autoformer à tout cela, le GROG a poussé l'excellence jusqu'à fournir une série d'articles très détaillés sur tout cela via son blog : http://www.legrog.org/   Attention, c'est du sévère ! Imprimé, ça me fait dans les 10 pages écrit serré.

Encore bravo et longue deuxième vie à cette remarquable initiative !
Repost 0
Published by Narbeuh - dans Echangeurs
commenter cet article
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 17:57

C'est avec un immense plaisir que j'ai consacré une partie de mon temps libre, ces derniers jours, à l'exploration des ruelles tortueuses et des canaux de la Venise du Settecento. En effet, le nouveau concours de scénario de mes camarades des Salons de la Cour d'Obéron m'a inspiré (les mots-clefs à insérer obligatoirement dans l'intrigue cette fois-ci : "épidémie" et "harcèlement") et j'ai donc à nouveau écrit un scénario pour Ombres & Lumières. La suite du précédent : "Un c(h)oeur plein d'illusions".


Comme je le disais déjà alors, ce jeu est une légende : c'est une idée bien précise poursuivie par Xaramis (dont vous pouvez parfois lire de temps à autre un commentaire sur ce blog) depuis quelques temps déjà mais qu'il n'a pas encore pu boucler. Donc, ne le cherchez pas, vous ne le trouverez pas. Il s'agit d'un jeu historique et réaliste (pas de fantastique, pas de superhéros...) se déroulant dans la seconde moitié du 18ème siècle. Le 1er contexte prévu pour le jeu (oui, le garçon est ambitieux) est l'incroyable Venise de ce temps. C'est un jeu que j'appelle de mes voeux : la période le mérite, Xaramis la connait avec passion et talent (la preuve absolue) et le système de jeu qu'il a esquissé pour son jeu promet d'être intéressant et de combler, pour moi en tout cas, un manque. Un système très simple mais réaliste, rigoureux et complet avec un soupçon de narrativisme.

 

Je vous copie ci-dessous le tout début de ce scénario. Si vous accrochez, n'hésitez pas à aller lire la suite sur le forum de la Cour.


 

Les principes délétères

Un scénario pour Ombres & Lumières

Résumé

Un jeune juif du Ghetto se laisse corrompre par un vieil acariâtre. Ce dernier l’incite à participer à une opération d’empoisonnement de son mortel ennemi. Le jeune juif échoue et se débarrasse maladroitement du poison dans un puits. A la suite de cela, plusieurs personnes sont prises d’un mal inconnu. Des rumeurs de peste parcourent la cité des Doges. D’aucuns soupçonnent les juifs d’avoir empoisonné les puits. Et si, pour une fois, cette rumeur nauséabonde était, d’une certaine façon, fondée ?

Conseils préalables

Ce scénario se déroule dans la Venise de la seconde moitié du 18ème siècle. Il est conçu pour correspondre au cadre et à l’esprit du jeu de Xaramis, Ombres & Lumières. En raison de l’indisponibilité momentanée de ce jeu  , ce scénario pourra être joué avec n’importe quel système light mais réaliste et quelques sources de renseignements sur la cité des Doges à cette époque.

La date précise du scénario n’est pas, dans l’absolu, très importante mais il est conseillé de le situer peu de temps après les années 1776-1778. Ou mieux, même, pendant ces années-là. En effet, ces quelques années voient à plusieurs reprises la révision de la Ricondotta, le texte juridique concédé par les Doges et qui définit le statut des juifs du Ghetto de Venise. Alors que la Sérénissime avait toujours eu la réputation de se montrer plutôt ouverte et tolérante vis à vis de ses juifs, ces révisions vont dans le sens d’une plus grande dureté. Ainsi, il n’est plus autorisé aux résidents juifs d’employer du personnel chrétien ou, surtout, pour ce qui va intéresser le thème de ce scénario, il leur est désormais fait interdiction de commercer les produits alimentaires. Cela laisse imaginer le climat de suspicion qui règne alors dans la Cité comme, il est vrai, sans doute, dans toute l’Europe.

Les personnages des joueurs peuvent avoir à peu près tous les profils possibles. Ils doivent toutefois tous être des proches d’un des protagonistes du scénario, Giuseppe Vicario. Celui-ci était déjà un PNJ central du précédent scénario « Un c(h)oeur plein d’illusions ». Idéalement, le présent scénario en sera la suite. Il reprend en effet un certain nombre d’éléments de celui-ci. Pour la chronologie, il peut être placé seulement quelques mois après ou, mieux, quelques années. Durant ce laps de temps, les PJs n’ont plus  eu beaucoup de nouvelles du bon luthier qui, terrassé par le chagrin, s’est de plus en plus enfermé dans son atelier.

Le cas de l’intégration des PJs dans le scénario sera spécifiquement traité dans le paragraphe « Entrée des artistes ».

Ouverture

Une large partie de l’intérêt de ce scénario repose sur l’ambiance bien plus que sur l’intrigue ou que sur les actions des personnages. Le MJ devra donc veiller à distiller, dès le début de la partie, cette ambiance spécifique.

Voici quelques points importants qu’il lui faudra mettre en avant au fil des déplacements et des rencontres des personnages :

· c’est la canicule ; le scénario se déroule durant une chaude fin d’été, l’air est étouffant et le vent venu de la lagune ne parvient pas à rafraîchir l’atmosphère. Les passants, comme les chats, cherchent l’ombre des calle les plus étroites. Les exhalaisons des canaux les moins bien curés commencent à être insupportables par endroits. Les réactions des habitants sont contrastées mais toujours surprenantes : certains semblent amorphes, comme terrassés par la chaleur écrasante, d’autres semblent à bout de patience, prêts à exploser, les nerfs chauffés à blanc.

· la ville souffre d’une inquiétante pénurie d’eau ; à Venise, l’approvisionnement en eau potable a toujours été un problème majeur. A fortiori au sortir d’une période de sécheresse intense comme c’est le cas au début de ce scénario. Les puits et citernes sont déjà en temps normal sous dimensionnés pour la population de la Cité mais là leur niveau baisse pendant qu’ils sont sollicités comme jamais par des habitants assoiffés. De nombreuses petites anecdotes pourront être mises en scène par le MJ dans ce sens : l’eau des PJs est rationnée dans les auberges ou osteria qu’ils fréquentent, un couple se dispute dans la rue à propos d’une cruche renversée, des matrones encombrées de cruches vides expriment leur mécontentement pendant qu’elles sont refoulées sans ménagement par des gardes qui viennent de faire fermer un puits à sec, des vendeurs d’eau venus de Mestre accostent le long des quais d’un petit canal pour vendre à prix d’or de l’eau fraîche venue de l’intérieur des terres…

· le climat est à l’antijudaïsme, voire à l’antisémitisme de plus en plus marqué au fil du scénario ; rappelons d’abord que la chose n’est pas si courante à Venise, ville ouverte à toutes les influences, notamment orientales et, en cela, naturellement portée vers la tolérance et le multiculturalisme. Tous les PJs, qu’ils soient vénitiens ou simples voyageurs savent cela et le MJ devra bien prendre garde de le leur rappeler. Comme on l’a vu plus haut, la situation s’est quelque peu dégradée récemment, sans doute alimentée par les aigreurs suscitées par le lent déclin de la ville. Toutefois, la tolérance ou, au pire, l’indifférence caractérise encore les relations les plus courantes entre Vénitiens chrétiens et juifs résidents dans le Ghetto. Or, en ce début de scénario, cela ne semble plus le cas et le MJ devra là aussi mettre en scène un certain nombre de petits évènements qui, mis bout à bout, informeront sans ambiguïté les PJs du climat exceptionnel du moment. Cela pourra bien sûr être des conversations acides, des quolibets ou des menaces proférés sur le passage d’un juif, de cruels jeux d’enfants ou, enfin, une agression physique qui se terminera sans trop de mal par l’intervention de passants modérés ou, mieux, des PJs.

La peste !?

Une fois l’ambiance installée, après que les joueurs aient fait quelque peu évoluer leurs personnages dans la Cité et les faire vaquer à leurs éventuelles occupations, le moment est venu pour le MJ de précipiter les évènements en les faisant assister fortuitement à une scène qui va les conduire à comprendre qu’il se passe des choses inhabituelles dans la Cité des Doges écrasée par le soleil.

Alors qu’ils traversent l’anecdotique campo delle gate (la place des chats…) pour se rendre chez une de leurs connaissances (ou chez un commerçant ou peu importe, à vrai dire…) dans une partie populaire du quartier de Castello (à l’est de la ville), l’attention des PJs est attirée par des cris venus d’une des maisons bordant la place. A sa fenêtre, une forte femme d’un âge déjà avancé crie après le pauvre bougre qui est sans doute son époux qui sort de la maison en titubant. Des quatre coins du campo, des rires et autres remarques amusées fusent déjà. Toutefois, tous s’arrêtent lorsque l’homme s’écroule sur le pavé, gémissant et se tordant de douleurs. La femme pousse un dernier cri strident avant de s’évanouir derrière ses persiennes.

Les PJs accourront sans doute pour venir en aide à l’homme. Ils ne sont pas les seuls et, très vite, une trentaine de voisins de tous âges et sexes sont agglutinés en plein soleil au milieu du campo. L’homme, âgé d’une quarantaine d’années mais émacié et le cheveu rare, en parait dix de plus. Il se tient les entrailles, gémit et bave abondamment. Il semble avoir du mal à respirer. Son teint est étonnamment pâle, faisant ressortir le bleu de ses veines. Il est très près de tomber inconscient. Un PJ médecin peinera à donner un diagnostic au premier coup d’œil. Il est par contre certain que l’homme est dans un état grave et que cela n’a, bien évidemment, rien à voir avec l’abus d’alcool.

Alors que les observateurs les plus raisonnables (au nombre desquels, sans doute, les PJs) mettent l’homme à l’ombre et tentent de lui trouver une eau fraîche et saine, que quelques matrones s’inquiètent de l’état de la femme, d’autres voisins, semblant avoir déjà enterré le pauvre malade, commencent à s’exciter, à parler haut et fort. S’ils s’intéressent à leurs gesticulations, les PJs peuvent noter dans le brouhaha incohérent la redondance de deux termes trop souvent associés au fil des siècles « peste » et « juifs ».

Au bout de quelques minutes, la garde de la Sérénissime arrive. On fait amener le mourant et disperser la foule. Celle-ci rechigne et quelques insultes fusent. La foule semble vraiment avoir quelque chose à reprocher aux autorités. Cela incite les gardes à faire preuve de zèle et ils se mettent à relever le nom des présents. A moins qu’ils se soient éclipsés dès leur arrivée, les PJs n’y coupent pas.

Si les PJs restent, ils constatent que, dès le départ de la garde, les conversations enflammées du voisinage repartent de plus belle. Ces gens simples sont angoissés et ne demandent pas mieux que de partager leurs inquiétudes avec d’autres Vénitiens. Il apparaît que suite à plusieurs cas de maladies inexpliquées, les gens du peuple commencent à évoquer l’apparition d’une possible peste (ou, tout du moins, une épidémie quelconque se cachant derrière ce nom générique et anxiogène). Comme il est notoire (les PJs pourront le savoir ou le vérifier aisément) que la peste n’a plus frappé de façon significative la Cité des Doges depuis 1630, cette soudaine épidémie inquiète : on s’interroge sur sa nature et sa provenance. En pareil cas, les regards soupçonneux se tournent vite vers les juifs. Comme ailleurs en Europe, une réputation calomnieuse en fait de possibles empoisonneurs de puits, de sources ou d’aliments. Enfin, la garde a été prise à parti car la populace estime globalement que la Sérénissime se montre trop laxiste vis à vis des juifs qui, « c’est bien connu » (et là, comme on l’a vu, un PJ renseigné se montrera plus nuancé), sont comme coqs en pâte à Venise.

En conclusion et à moins que les PJs aient pu, par leurs discours, apaiser les esprits, quelques jeunes excités s’en vont séance tenante vers le Ghetto pour aller voir « ce que les Juifs trament ». Le plus inquiétant est que certains s’équipent de bâtons et de pierres avant de se mettre en chemin.

 

(à suivre sur le forum de la Cour...)

 


L'intérêt de cet article de blog est aussi de vous livrer quelques bonus utiles, des illustrations et des liens vers de la doc en ligne.

 

En haut de cet article, vous avez pu admirer le fameux costume des Medici della peste dans un dessin d'époque de Giovanni Grevembroch. Du même artiste, voici, ci-dessous, un juif du Ghetto.

 


Faute, cette fois-ci, d'avoir le droit à des oeuvres de grands maîtres pour représenter les lieux de l'action, on se contentera de photographies modernes.

 

En ce qui concerne le Campo delle gate, je vous conseille de consulter cette page et ses 8 photos sur le site e-Venise. Pour le Ghetto, le même site propose plusieurs pages courtes mais précieuses. Voici également une vue générale du campo du Ghetto Nuovo qui permet de bien se représenter la hauteur des bâtiments qui s'y trouvent :

 

Comme la dernière fois, autre aide de jeu plus que conseillée : une solide carte de Venise de l'époque. Faîtes donc une recherche sur le site de la Library du Congrès. Vous trouverez une carte de 1729 donc là aussi un peu précoce mais remarquablement claire et précise.


Repost 0
Published by Narbeuh - dans Echangeurs
commenter cet article
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 17:39
La vie est pleine de ses petites coïncidences amusantes (ou pas, des fois...). Alors que je mettais la dernière main au site Aux Pays de Nulle Part tombait sur les téléscripteurs (autrement appelé "zeouaibe") de la petite communauté rôliste  une bien improbable nouvelle. Le jeu de rôles francophone sera désormais doté d'une collection (si tout va bien...) de livres de réflexion sur la pratique et la création de notre beau loisir. Incroyable. Voilà une perspective sur laquelle je n'aurais pas misé un centime d'euro chez les bookmakers. Moins que sur une réédition de Rêve de Dragon ou de Miles Christi. C'est dire.

L'exploit est dû à toute une myriade d'excellents auteurs dont on entend souvent parler en ce slignes : Yann et Christophe nous y entretiendrons de Crimes, Daniel Dugourd de Maléfices, Renaud Maroy de Pavillon Noir, Jean-Philippe Jaworski de Te Deum... et bien d'autres jeux (anciens, actuels ou même à venir come Warsaw et Tenga) seront également représentés par des interventions de leurs auteurs respectifs !

Ah ouais ? Ce sera donc du PDF ?

Non, non, du vrai livre en dur, 160 pages au format DVD avec une belle couverture à rabats.

Uh. Et ça doit être hors de pris alors ?

10 euros port compris. Il ne vous reste plus qu'à vous rendre de ce pas sur le site de l'éditeur qui lance cette formidable initiative, Pinkerton Press, d'y télécharger le bon de commande et de le renvoyer avec votre chèque. Et hop.

Apparemment, un n°2 sur le thème de l'horreur en jdr est déjà programmé pour plus tard. Il serait donc bien de participer à ce bel effort collectif.

Pour ma part, ce livre ne pouvait mieux tomber. J'ai commencé à réfléchir au délicat chapitre des "Conseils au Maistre" qui sera bien sûr inclus dans la version complète de Terra Incognita. J'ai déjà accumulé quelques pages de notes, par exemple sur la façon de doser fantastique et Histoire ou encore sur l'approche qu'il convient d'avoir des sujets "graves" qui peuvent être maltraités par l'uchronie (l'esclavage ou le sort des Protestants par exemple) mais j'ai peur d'oublier des choses ou d ene pas bien savoir les expliquer au lecteur. Il m'est avis que lire les expériences et les réflexions de tous ces auteurs de jeux historiques devrait être pour moi un précieux réservoir à idées.

Repost 0
Published by Narbeuh - dans Echangeurs
commenter cet article
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 11:52
Cher petit papa nowel (donc),

Pour la nouwel, je voudrais bien avoir, si c'était possible, une belle et grosse campagne inédite pour le jeu de rôles Rêve de Dragon que j'aime tant mais qui est tout mort depuis si longtemps. Si c'était pas trop te demander, gentil papa nowel, je voudrais bien qu'elle soit écrite par des auteurs connus (des gens comme Pierre Lejoyeux ou les gens du prozine L'Oiseau-Oracle qui étaient si biens à l'époque d'il y a longtemps) et pis ce serait bien aussi qu'elle soit bien mise en page et même illustrée (peut-être pas par Roland Barthélémy quand même, je ne crois pas avoir été assez sage... mais illustrée en couleurs et abondamment ce serait déjà bien).

Vala. Si tu pouvais me l'apporter sous mon sapin, je serais bien content mon papa nowel.



(...)


Ce message n'est pas une blague.

Je répète : ce message n'est pas une blague.


(...)


Enjoy : http://www.lachimereauxmillereves.com/0/frames.htm


C'est vraiment ça. Comme quand on était petit et que, en pyjama, on découvrait avec nos petites mains fébriles des cadeaux qu'on croyait encore inaccessibles quelques jours aupravant. Une campagne de près de 150 pages pour RDD. Maquettée avec soin, illustrée et écrite par des auteurs de talent. Pour tout dire, comme vous le verrez sur le site de la Chimère, elle devait être la 1ère campagne pour RDD/Oniros publiée en dehors de la plume de Maître Gerfaud (ça me revient vaguement cette histoire, je suis quasi sûr que la news était passée dans un Old Casus). Comme dans un rêve.

Bravo à tous les passionnés du petit monde rôliste qui permettent de rendre possible ce genre de choses !


Et joyeux Noël du coup !
Repost 0
Published by Narbeuh - dans Echangeurs
commenter cet article
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 17:02

Trop fort ! On devient tellement hype à Mondes en Chantier que l'on sera bientôt aussi insaisissable que, mettons, le temps qui passe ou à la rigueur qu'une petite souris blanche 'achement véloce. Après l'info à balles-deux sur un obscur jeu de plateau en anglais qui n'est pas même sorti, le scénario pour un jeu de rôles qui n'existe pas encore. Aha, le niveau s'élève, pas vrai ?


En effet, le nouveau concours de scénario de mes camarades des Salons de la Cour d'Obéron m'a inspiré et j'ai donc écrit un scénario pour Ombres & Lumières. Ce jeu est une légende : c'est une idée bien précise poursuivie par Xaramis (dont vous pouvez parfois lire de temps à autre un commentaire sur ce blog) depuis quelques temps déjà mais qu'il n'a pas encore pu boucler. Donc, ne le cherchez pas, vous ne le trouverez pas. Il s'agit d'un jeu historique et réaliste (pas de fantastique, pas de superhéros...) se déroulant dans la seconde moitié du 18ème siècle. Le 1er contexte prévu pour le jeu (oui, le garçon est ambitieux) est l'incroyable Venise de ce temps. C'est un jeu que j'appelle de mes voeux : la période le mérite, Xaramis la connait avec passion et talent (la preuve absolue) et le système de jeu qu'il a esquissé pour son jeu promet d'être intéressant et de combler, pour moi en tout cas, un manque. Un système très simple mais réaliste, rigoureux et complet avec un soupçon de narrativisme.


Je vous copie ci-dessous le tout début de ce scénario. Si vous accrochez, n'hésitez pas à aller lire la suite sur le forum de la Cour.


Un c(h)oeur plein d’illusions

Un scénario pour Ombres & Lumières

Résumé

Un jeune vénitien croit entendre à plusieurs reprises la voix de sa bien-aimée. Pourtant, celle-ci est sensée être morte et enterrée depuis des années. Désespéré, se croyant fou ou pire, possédé, le jeune homme met fin à ses jours. Les PJs, des amis de la famille, enquêtent discrètement.

Conseils préalables

Ce scénario se déroule dans la Venise de la seconde moitié du 18ème siècle. Il est conçu pour correspondre au cadre et à l’esprit du jeu de Xaramis, Ombres & Lumières. En raison de l’indisponibilité momentanée de ce jeu  , ce scénario pourra être joué avec n’importe quel système light mais réaliste et quelques sources de renseignements sur la cité des Doges à cette époque. Un peu de musique de Vivaldi (ou autres compositeurs vénitiens de cette époque mais Vivaldi ou Baldassare Galuppi sont particulièrement bien adaptés à cette histoire car ils ont été maîtres de chœur dans des ospedali) pourrait être un vrai plus pour l’ambiance.

La date précise du scénario n’est pas, dans l’absolu, très importante mais il est conseillé de le situer au milieu des années 1770. L’institution des ospedali dont il va être ici largement question est alors en pleine déliquescence financière et, désormais en faillite, passera avant la fin de la décennie sous contrôle de l’administration de la Sérénissime. Le grand besoin d’argent et le encore (relativement) faible contrôle de l’état, deux choses toutes deux fort utiles à ce scénario, sont donc à leur optimum à cette date.

Les personnages des joueurs peuvent avoir à peu près tous les profils possibles. Ils doivent toutefois tous être des proches d’un des protagonistes du scénario, Giuseppe Vicario. Celui-ci est un maître artisan : il gagne très bien sa vie mais n’est pas du même monde que les nobles ou grands argentiers. Toutefois, son art, la lutherie, peut à l’occasion le rapprocher de nobles éclairés et sensibles aux arts (des clients fidèles voire des admirateurs de sa manière). De même, Giuseppe est un homme affable et bon, authentiquement chrétien, et il est imaginable qu’il entretienne une relation d‘amitié avec des personnages miséreux… voire à la morale douteuse si leur fond est bon.

Un deuil secret

L’aventure commence donc dans l’entourage de Giuseppe. Le luthier, âgé d’une cinquantaine d’année, vient d’être frappé par un terrible coup du sort : son fils adoré, Cosimo, vient de mourir dans un accident aussi malheureux que courant. La veille, le jeune homme (âgé de 25 ans) est tombé de la gondole qu’il avait emprunté et a sombré dans les eaux sombres et fongueuses de la lagune. Son corps a été repêché sans vie. Les personnages auront à cœur de venir présenter leurs condoléances à leur ami.

Alors qu’ils sont tous réunis autour de lui (début de la séance, donc), celui-ci leur fait une révélation : son fils n’a pas été victime d’un accident… il s’est suicidé ! Giuseppe est bon catholique et a voulu éviter les complications : il s’est assuré de la collaboration du gondolier, Pietro, un bon garçon compréhensif et a imposé la thèse de l’accident. Bien que Cosimo n’ait laissé ni lettre, ni message d’aucune sorte, le suicide ne fait guère de doute : Pietro a vu Cosimo se lever sans un bruit, s’avancer puis se laisser couler dans l’eau froide comme une masse morte. Un autre barcarolo, à proximité, a confirmé (avec une jolie somme pour prix de son silence…) la version des faits livrée par Pietro.

Il n’y a donc pas de jeune homme en danger à sauver, il n’y a pas non plus de meurtrier à découvrir… Giuseppe serait simplement reconnaissant à ses amis s’ils pouvaient accomplir discrètement une tâche que lui même ne peut faire sans attirer les soupçons sur les circonstances de la mort de son fils : comprendre ce qui a pu pousser Cosimo au suicide ! Cela serait pour lui une grande consolation (ou pas, d’ailleurs…).


(à suivre)



L'intérêt de cet article de blog est aussi de vous livrer cette reproduction d'une toile de Canaletto ci-dessus. Elle représente le Rio dei Mendicanti au 18ème siècle (quelques décennies toutefois avant la date de ce scénario mais Venise est remarquable de constance). Tout à gauche, l'église à moitié coupée par le cadre est San Lazzaro et, donc, le bâtiment austère à côté est le couvent de l'ospedale dei Mendicanti. Avouez que cela fait une belle aide de jeu pour appuyer les descriptions du MJ, pas vrai ?


Autre aide de jeu plus que conseillée : une solide carte de Venise de l'époque. Faîtes donc une recherche sur le site de la Library du Congrès. Vous trouverez une carte de 1729 donc là aussi un peu précoce mais remarquablement claire et précise.


Bon, dis donc, tout ça m'a bien donné envie de pouvoir réellement jouer à Ombres & Lumières. Comptez sur moi pour casser les pieds de son hypothétique auteur dès que l'occasion se présentera ;-!


Repost 0
Published by Narbeuh - dans Echangeurs
commenter cet article
1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 06:37
Nos amis du Club Pythagore de Provins nous ont fait dernièrement parvenir le programe (fort alléchant !) et le bulletin d'inscription de leur prochaine manifestation : déjà la 21ème rencontres annuelles !!

A priori, David et moi serons de la partie. Si, chers lecteurs, vous vous y rendez aussi, n'hésitez pas à laisser un petit commentaire afin que l'on puisse s'y voir en vraie grandeur nature des pieds à la tête.

Le message :

"Les Samedi 6 & Dimanche 7 septembre 2008, à Provins (77) hôtel-dieu (au pied de la ville haute, près des souterrains) Accueil dès 11 heures le samedi. Possibilités d'hébergement gratuites.

Comme chaque année, voici le Bureau de nouveau sur la brèche pour vous proposer ses 21èmes Rencontres du Club PYTHAGORE que vous trouverez, nous l'espérons, toujours aussi conviviales !

• SI VOUS ÊTES UN HABITUÉ DE NOS RENCONTRES ANNUELLES, sachez que pour ce qui est du jeu, ce sera grosso modo comme d'habitude, mais qu'il y a cette année des CHANGEMENTS côté organisation. Aussi nous vous conseillons, même si vous êtes un habitué, de lire AU MOINS le début du texte figurant sur le site web, afin de connaître les nouvelles dispositions que les aménagements faits par la ville de Provins induisent pour l'organisation et la tenue de ces rencontres !...Ensuite, téléchargez directement le bulletin d'inscription au même endroit :
http://magiclucka.free.fr/r21.html

• SI VOUS NE SAVEZ PAS ENCORE COMMENT ÇA MARCHE CHEZ NOUS, lisez tout le texte sur le site, et si vous êtes décidé(e) à venir nous rejoindre, vous aurez une nouvelle possibilité, à la fin de votre lecture, de télécharger le Bulletin d'inscription…

A bientôt !"
Repost 0
Published by Narbeuh - dans Echangeurs
commenter cet article
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 14:10
Y a pas plus tard que quelques heures, j'étais là, tranquille, dans mon jardin au soleil en train de sirotter un espresso tout en feuilletant une bonne revue de jeux de rôles. Laquelle ? Jdr Mag ? Dragon rouge ? Non : Casus Belli. What else ?

Non, ce n'est pas de la provoc', je suis client et lecteur de nos deux nouveaux amis de la presse rôlistique, je n'en reviens pas, même, de me retrouver en plein mois de Juin avec deux reveues de jdr toutes fraiches sorties de l'imprimeur et une 3ème qui va bien finir par en trouver le chemin mais, voilà, c'est David qui doit vous parler de sa petite revue de presse, pas moi. Donc, patientons avec un bon vieux Old Casus.

C'est le n° 68 du printemps 1992 que je feuilletais donc tantôt. Ca ne nous rajeunit pas, bordel. Et ? Bah, c'était bon. Vraiment bon. Le plus impressionnant (je veux dire : outre la qualité des illustrations et la correction impeccable des textes) c'est le  "reportage imaginaire" consacré aux Voyages de l'astronome (qui continue dans le n°69).

Il s'agit d'une copieuse présentation de background vaguement medfan et très franchement multiclassé merveilleux onirique Alice aux Pays des Merveilles Dark Krystal Cyrano de Bergerac. Bref : c'est bieeeennnng. Et c'est même carrément hallucinant par rapport au tout-venant de la création rôlistique.
A noter qu'il s'agit là d'une oeuvre collective bénéficiant des signatures des solides plumes de l'époque dont Guiserix lui-même, évidemment Tristan Lhomme et même, last but not least, Denis Gerfaud himself. Et d'autres encore.


Et puis, pour ne rien gâcher, le tout est illustré d'oeuvres de Franck Dion, un graphiste très original qui expérimente très tôt les mélanges et bricolages graphiques, notamment (la marque de fabrique de Franck Dion) ceux plaçant des personnages en 2D (illu traditionnelle) dans un décor photographié d'une maquette en 3D. Superbe et incroyablement dépaysant.

Je vous conseille de prendre tout votre temps pour profiter du somptueux site web de ce talentueux Monsieur ; vous y trouverez les illus issues des Voyages de l'astronome et plein d'autres pépites. C'est là que ça se tient :
http://www.franckdion.net/
Repost 0
Published by Narbeuh - dans Echangeurs
commenter cet article
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 15:04

Mon « top five » de mes meilleurs jeux de rôles à moi que j’aime ? C'est la question posée par la sympathique communauté du forum rôliste Antonio Bay :
http://www.subasylum.com/Antoniobay. Je reprends ici mon post en espérant que cela donnera envie au lecteur de passage d'aller lui-même grossir les rangs de ce petit sondage.

Voilà une question difficile. Que prendre en compte ? Les 5 meilleurs livres de base ? Les 5 meilleurs gammes ? Ceux auxquels on a le plus joué en customisant à mort le moindre paragraphe des règles au point qu’il ne reste quasi rien du jeu originel? Ceux dont la lecture nous a le plus impressionné mais auquel on a finalement jamais joué par ce que finalement jouer des nonnes templières de l’espace ça n’a pas branché les copains ? Ceux dont on a collectionné avidement les suppléments les uns après les autres pour des raisons insondables et dont on regrettera amèrement l’ampleur de l’investissement quand l’âge de la retraite sera venu (vers 75 ans si j’ai bien suivi les récentes évolutions…) ? Faut-il privilégier les jeux rodés, testés et éprouvés au risque de passer définitivement pour un vieux con ? Faut-il privilégier les sorties récentes avec la crainte de porter le masque d’une groupie à deux balles sensible à la dernière hype quelle qu’elle soit ?

Bref, objectivement, autant ne pas répondre à cette vaine question.

Mais comme j’aime bien les petits défis débiles, je vais y répondre aussi sec ;- !

Comme pour les autres participants au sondage, la liste suivante est à prendre à l’instant T et sans ordre particulier :

Rêve de Dragon 

Celui-ci tient une place éminente puisqu’il répond à bien des critères : énormément joué, beaucoup maîtrisé, tout collectionné (sauf prix déraisonnables) et surtout, surtout, très impressionné à la lecture des livres de base de la seconde édition (qui est magnifique ce qui ne gâche rien) et de pas mal des scénarios de Denis Gerfaud. Cela reste pour moi un élément fondateur de mes goûts en matière d’imaginaire (à la fois réaliste et délirant, à la fois psychorigide et plein d’humour…) et, évidemment, de jeu de rôles. Les bémols : je n’adhère plus au système de jeu, dépassé à mon goût par les innovations façon Dying Earth. D’autre part, j’ai toujours été plus ou moins infoutu d’écrire la moindre ligne potable sur ce jeu. Gerfaud a une telle emprise sur sa création qu’on a définitivement du mal à s’y faire une place. 

Maléfices

Un jeu très important pour moi, les lecteurs de ce blog le savent bien. Découvert très précocement dans mon parcours, il m’a lui aussi forgé en termes de goûts rôlistiques. Ambiance, intérêt pour un fantastique affleurant renforcé par sa proximité avec la réalité (historique en l’occurrence), besoin d’avoir des scénarios copieux et très écrits, amour enthousiaste des aides de jeu et autres indices matériels… Grâce à la 3ème édition, je connais un heureux retour de flamme pour le Jeu qui sent le souffre même si je regrette que le jeu n’en ait pas profité pour plus évoluer dans son approche ludique, dans ses règles… La gamme Crimes, au ton différent mais au contexte similaire, m’apporte aussi un regain d’intérêt et un regard neuf pour ce type d’univers.

Guildes

Le jeu qui a fait wahoo. Dès le pitch, j’ai eu le coup de cœur. L’aventure avec un grand A, l’exploration, les grands espaces, des parallèles bienvenus avec notre Histoire, du mystère et de la magie… Devenu fanboy de base, j’ai tout collectionné, 1ère et seconde édition… mais au final, ça a fait psssshiiit. Des choix éditoriaux surprenants, un développement dans une direction à mon goût plus traditionnel medfan (complot des puissances, campagne linéaire…) que ce que j’espérais du pitch de départ… Bon, il est quand même dans le top car il m’en reste des bons souvenirs de lecture et l’espoir de relancer un jour une campagne qui, cette fois-ci, ira à son terme.

Cyberpunk 2020

Je hais ce jeu : background souvent ridicule, règles bof bof sans plus, illustrations à vomir, suppléments indigents une fois sur deux… Et pourtant il est facile dans mon top five. Mais il est con ce type ou quoi ? Assez pour avoir tout collectionné (ça en fait des conneries sur mes étagères, je vous jure… : à redécouvrir dans ces pages à l'occasion des épisodes du Cyberpunk Reload), pour y avoir beaucoup maîtrisé, beaucoup écrit… Rien à faire, j’aime le genre cyberpunk. En tant que MJ et en tant que scénariste, c’est le genre qui me convient le mieux. Les idées viennent toutes seules et l’ambiance s’installe facilement : le pied. Du coup, j’ai tout essayé : je déteste l’idée de base de Shadowrun malgré la qualité de ses suppléments, j’adore CyberAge mais celui-ci n’est pas complet, Transhuman Space est génial mais un peu lointain (et très en anglais)… donc, tant pis : Cyberpunk 2020.

Miles Christi

L’escroc de la bande. Je l’avoue : je n’y ai jamais joué. Passé complètement à côté lors de sa sortie, je ne l’ai récupéré qu’il y a quelques mois. La lecture du livre de base m’a bien impressionné et j’ai profité d’une aubaine pour compléter la (courte) collection. C’est intelligent sans être prise de tête, c’est de l’Histoire sans négliger l’imaginaire et la liberté de jouer, la création de perso est un petit bijou, le système original, c’est beau et bien présenté. Je suis sous le charme, c’est ma petite amourette platonique du moment.

Les Djibril Cissé et les Landreau de ma liste : Empire Galactique, Runequest/Herowars, James Bond 007, Dying Earth…

Non, je ne suis pas (que) un Vieux Con : j’aime aussi Hellywood, Exil, Kuro, Cthulhu, Esoterroristes… mais ces bluettes récentes ne peuvent pas (encore) rivaliser avec des vieilles compagnes affectueuses.

Repost 0
Published by Narbeuh - dans Echangeurs
commenter cet article
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 11:15
undefinedPetit post ce week end pour les amateurs d'archéologie ludique à tendance virtuelle. Ah, y en a pas ? Tant pis, un blog, c'est aussi et surtout fait pour poster des conneries dont tout le monde se cogne...

C'est donc par hasard qu'au gré de mes pérégrinations sur la Toile je tombais sur le site de Pierre Deyris, graphiste qui se trouve être également le collaborateur des Editions du Club Pythagore pour la 3ème édition de Maléfices.

Or, de façon à montrer son travail à d'éventuels clients, Pierre expose dans sa galerie virtuelle, quelques projets non-aboutis, dont, et c'est là où cela nous intéresse : 3 projets de couverture pour le livre de base de Maléfices. Cela m'a fait tout drôle de voir ces projets qui ne seront finalement jamais devenus ce qu'ils auraient pu être : une image familière pour tous les joueurs et meneurs du jeu qui sent le souffre. Sans doute même que, quelque part, mon esprit malade de collectionneur a été pris de l'insondable frustration de ne pouvoir jamais posséder ces bouquins morts-nés. Hum, n'insistons pas là dessus, vous voulez bien ?

POur tous les curieux comme moi, allez donc faire un tour sur le site de Pierre, vous en profiterez pour constater que le Monsieur a bien du talent : 
http://pierredeyris.ultra-book.com/


Les 3 projets en question se trouvent dans la partie "portfolio", à peu près au milieu. A titre personnel, j'ai une vraie préférence pour le 1er projet (celui dans les couleurs bleu-vert). Je l'aime mieux que le projet finalement retenu.

C'est un exercice bien vain, certes, mais que, pour le plaisir, les fans de Maléfices qui passent par ici n'hésitent pas à laisser leur avis sur la question en commentaires !
Repost 0
Published by Narbeuh - dans Echangeurs
commenter cet article

Mais C'est Qui Ces M.e.c. ?

  • : Mondes en chantier
  • Mondes en chantier
  • : Jeux de rôles et autres mondes en kit à monter chez soi par David et Narbeuh.
  • Contact

Notre page Facebook

 

d6-grand.jpg

Recherche

Téléchargements

Le garage où les M.e.C. rangent leurs fichiers PDF étant devenu un fameux bordel, en voici une nouvelle version plus mieux. Un clic et c'est parti !


http://img.over-blog.com/625x881/0/06/06/51/n-6/tangerine_quarantine.jpg
Du matos pour Hellywood préalablement publié dans les défunts Carnets de l'Assemblée : la description d'un rade comac et un scénario qui s'y déroule entièrement (ou presque).

http://img.over-blog.com/500x706/0/06/06/51/n-6/glas.jpg
Du matos pour Warsaw préalablement publié dans les défunts Carnets de l'Assemblée : une faction atypique accompagnée du scénario qui va bien.

http://img.over-blog.com/500x702/0/06/06/51/n-5/factions-warsaw-cover.jpgUne mini-aide de jeu pour Warsaw (la liste des factions).
http://img.over-blog.com/625x884/0/06/06/51/n-6/avocats-du-diable.jpg
Un scénario expérimental car bi-classé Te Deum pour un massacre et Hellywood (et ouais). Publié jadis dans les Carnets de l'Assemblée.
http://img.over-blog.com/150x206/0/06/06/51/n-4/verbatim-couv.jpg
Une contribution à l'ouvrage Jouer avec l'Histoire proposée par l'éphémère éditeur en bonus sur son site web. Sujet : le surnaturel dans les jeux historiques.

Mea Rouia, un gros scénario exotique
pour Maléfices avec les aides de jeu et les prétirés qui vont bien (voici aussi la couv' pour les plus bricolos d'entre vous)

Three Card Monte, un scénario sans fantastique pour Hellywood


Fleetwood & Studebaker, une aide de jeu sur les poursuites en voitures pour Hellywood


Deadline !, une variante des règles d'investigation pour le système Gumshoe


Aventures aux Pays de Nulle Part, un jeu hybride entre jeu de rôles sans MJ et de société dans l'univers du jdr Terra Incognita

Voyage, une tentative d'adaptation du système de Dying Earth à l'univers de Rêve de Dragon

Le site dédié à Terra Incognita

http://www.paysdenullepart.fr/wp-content/uploads/2012/03/TI-logo-950x631.png

Articles Récents

Le portail Di6dent

http://i49.servimg.com/u/f49/15/29/51/87/logo_211.jpg

 

Les news sur le prochain numéro du mook, les bonus web, l'abonnement au Fix, le forum, etc.

Téléchargez tout Empire Galactique !

Les fichiers de toute la gamme originale Empire Galactique se téléchargent librement et légalement sur le site http://empiregalactique.fr/ 

Un autre univers de créations

Quoi ? Tu es une fille ??

Bon, tu as sûrement dû t'égarer sur ce blog ^^

Je te conseille putôt de te rendre sur ce site de création de bijoux fait main.

http://atelier-creation-bijoux.fr/fr/

On reste en tout cas entre gens de bon goût.

capture-site-petit-copie-1.jpg

Liens