Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mars 2006 2 07 /03 /mars /2006 16:39

"Ah ouais, easy, c'est des moulages des masques du Seigneur des Anneaux !"

Bah non, nigaud : ce sont des oeuvres du sculpteur tout ce qu'il y a de plus franco-français Jean-Joseph Carriès. 

"Ah bon... bah il est vachement inspiré le keum quand même..."

Encore faux, mon benêt : elles sont datées de 1890. Pleine époque Maléfices (oui, le geek a toujours besoin d'une référence rôlistique pour situer...) !

Il y a quelques jours, je redécouvrais avec grand plaisir le musée du petit Palais à Paris, magnifiquement restauré et là, paf, je tombe sur tout un ensemble d'oeuvres de ce Carriès dont je n'avais jamais entendu parler. Pas très, très connu le gars quand même car voici la seule info sur lui trouvée sur Internet (Musée d'Orsay) :
 
Sculpteur du fameux Faune et créateur de Masques d'horreur d'inspiration japonaise, Jean-Joseph Carriès (1855-1894) fut l'un des adeptes les plus convaincus et inventifs de la polychromie, usant de patines singulières comme du grès émaillé avec la même liberté. Celui qui se voulait le Velasquez de la sculpture a inscrit dans l'histoire du symbolisme sa verve toute picaresque.

En tout cas, outre le fait que c'est superbe en soi, ça donne aussi furieusement envie à mon âme de Maléficieux d'imaginer pourquoi et comment ce brave sculpteur de la Belle Epoque s'est mis à réaliser des oeuvres aussi étrangement fantastiques. A suivre...

 

Repost 0
Published by Narbeuh - dans Quel chantier !
commenter cet article
4 mars 2006 6 04 /03 /mars /2006 12:25

(...) Et tout cela nous amène à l'époque moderne. Le Temple du jeu avait laissé sa
place à « Mythes et Légendes », boutique prometteuse, souvent très
fréquentée et assez bien fournie, du moins à ses débuts. Mais l'oil était
dans la tombe, le vers dans la pomme, et il y avait quelque chose de pourri
au royaume du Danemark. Après une longue agonie, plombé par une tentative
échouée pour s'installer sur Angers, saigné à blanc par des fabriqants de
figs toujours plus professionnels (et donc chers et exigeants et durs en
affaires) et achevé par la disparition progressive du genre de rôliste qui
achète toutes les nouveautés qui lui tombent sous la main, son patron mit
récemment la clef sous la porte pour aller se faire moine trappiste.
D'autres
disent aussi qu'ayant du sang d'elfe, il s'est rendu aux Havres gris pour se
retirer à l'ouest, au-delà de la mer.

Peu après l'arrivée dans le paysage ludique rennais de Mythes et Légendes,
L'Amusance
changeait de gérants et connu une nouvelle donne : tous les jeux de rôles
passèrent sous cellophane, et pour feuilleter quoi que ce soit il fallait
demander à déballer remballer. Incompréhensible.

C'est grosso modo à cette époque là aussi que s'ouvrirent les « Portes
d'Avalon
». Ses gérants avaient un plan génial et bien arrêté : ils allaient casser
la baraque et faire fortune dans le domaine des armes en latex pour GNistes,
tout en attendant le client en se faisant de petites parties de JdR avec
leurs potes dans un petit local un peu en sous-sol dans la boutique. Allez
savoir ce qui a cloché ? C'est toujours le problème avec les plans bien
huilés, le moindre petit grain de sable peut les faire capoter. Et les
Portes d'Avalon lentement se sont refermées.

A l'origine un magasin de jeux pour enfants dans lequel on pouvait aussi
trouver des jeux de société d'origine Allemande, La Courte-échelle est venue
il y a peu se mêler à la danse. Une première extension leur a permis de
proposer des figurines et des décors, ainsi que quelques JdRs. Et, il y a
peu, une nouvelle extension située assez près des anciennes Portes d'Avalon
(pourvu que ça ne leur porte pas la poisse) s'est spécialisée dans le
domaine des jeux de société, jeux de plateau, jeux avec figurines. Et
paradoxalement, c'est elle qui porte encore le flambeau des JdRs sur Rennes,
avec un rayon certes minimaliste, mais bien tenu à jour par un bon
connaisseur.

Car, dans le même temps, l'Amusance en est à sa saison trois. Les acteurs se
sont progressivement renouvelés, et on n'en trouve plus aucun de la première
saison, comme souvent pour les séries à succès. Du coup, forcément, ça n'a
plus la même saveur : ça ressemble à un magasin de JdRs, mais ce n'en est
plus un, et si on peut toutefois - en cherchant vraiment bien - en trouver
encore quelques uns, il faut pour cela se mettre à quatre pattes entre deux
rayons, pour ainsi dire le nez dans la poussière, et encore ne sont-ce que
des miettes (principalement Donjonesque) qu'il reste à récolter. En revanche
c'est devenu un remarquable magasin de figurines, de jeux de société
apéritifs et de jouets à collectionner.

C'est donc sur une note très sombre en ce qui concerne l'avenir du JdR à
Rennes que s'achève cette petite rétrospective de 25 ans de petit commerce.
C'est désolant, mais c'est ainsi. Heureusement qu'il reste encore, ailleurs,
quelques magnifiques boutiques à l'ancienne, et que le E-commerce d'occas'
permet de nombreuses bonnes affaires, mais le coup d'oil dans le rétro reste
nostalgique. C'était mieux avant. Les jours fastes s'en vont, et je demeure.
On devrait pas vieillir.

Repost 0
Published by David - dans Quel chantier !
commenter cet article
3 mars 2006 5 03 /03 /mars /2006 14:17

Je souhaiterais ici évoquer le souvenir des jours passés. On connaît
l'aphorisme de Jean Cocteau : qu'on peigne un paysage ou une nature morte, on fait
toujours son propre portrait. Vais-je tracer le mien ? Ce n'est pas
impossible. Je voudrais surtout cerner celui des lieux qui ont traversé ma
vie de rôliste. Il y aurait sans doute une étude sociologique d'importance à
mener sur les multiples clubs de JdR de la ville où j'ai grandi (Rennes),
mais c'est des dealers de rêve que je vais parler maintenant. La folie des
cartes à collectionner est passée, puis ce furent les figurines à
collectionner, et nous vivons aujourd'hui un deuxième âge d'or de la
figurine. Mais le JdR lui se meurt lentement. Et avec lui de nombreuses
boutiques disparaissent.

Au commencement était « L'épée d'Elendil ». Premier
jeu de rôle acquis avec mes sous à moi (Hawkmoon) et premiers dés qu'on
achète par poignée, comme de petits bonbons en bocaux avec leurs couleurs
acidulées. Première carte de fidélité aussi, au visuel « trop classe ».

Puis ce fut la découverte de « L'Amusance », une « Amusance » première
époque alors relais jeu Descartes, que les moins de 20 ans ne peuvent pas
connaître. De grands rayons bourrés à craquer de tout ce qui se faisait
alors,
y compris de nombreux titres en anglais, et derrière le comptoir, bien
incapables de dire ce qu'il y avait dedans (les bouquins, pas le comptoir,
suivez un peu !), deux figures mythique autant qu'en complet décalage avec
leur clientèle, pépé et mémé l'Amusance.

Quelques temps après l'Aventura fit une irruption aussi flamboyante que
brève dans mon paysage ludique. On se souviendra simplement de son vendeur polymorphe fort habile à adapter ses propres goûts ludiques à ceux de sa clientèle?

Ensuite, longtemps après, vinrent « Chimère » et « Le temple du jeu ». Le
concept de Chimère (une sorte de café avec une cafetière, des tables ou tu
peux jouer et en rayons des jeux que tu peux feuilleter à loisir voir
emprunter pour un moment n'était sans doute pas très au point
commercialement parlant. Son gérant s'en aperçut un peu tard.

Le Temple du jeu s'annonçait nettement mieux. Souvent ouvert en soirée,
assez bien achalandé, et avec la mourmillante Sarah aux commandes, il avait
tout pour réussir. Et, de fait, ce fut un des hauts lieux de mes années
d'étudiant.
Un jour pourtant, un changement de propriétaires eu raison de la bonne
volonté de Sarah, et le Temple retira ses billes de Rennes.

Alors vint « Camisole ». Installé dans des conditions minimalistes dans un
local très anciens et très à l'écart de l'ultra-centre, quelques esprits
libres y trouvèrent asile, mais l'expérience fut de courte durée.

Encore plus furtive fut l'apparition du « Gobelet », qui ressemblait à une
boutique de jeux vidéo et avait l'air d'être fermé dès le départ. Le Gob
laid (jeu de mots et de bon aloi). Ouais. Bon vraiment rien à en dire.

Et tout cela nous amène à l'époque moderne (à suivre)...

Repost 0
Published by David - dans Quel chantier !
commenter cet article
1 mars 2006 3 01 /03 /mars /2006 10:55
Black Box n° 2 : yaduàlire !

Enfin !!! Après avoir patienté près d’un mois suite à l’annonce un peu prématurée du sommaire et un ennui d’imprimeur, nous voici enfin en possession du n° 2 du si prometteur Black Box. Alors, qu’en penser ? Feu de paille ou futur classique ? A mon goût, indiscutablement la deuxième réponse ! Black Box est désormais ma nouvelle revue de référence : celle qu’on attend avec impatience pour savoir ce que tel jeu espéré a dans le ventre ou encore quelles bonnes surprises on pourra prochainement découvrir dans nos boutiques (si elles existent toujours comme on le verra dans un prochain article de Mondes en Chantier :-((( …).

Alors pourquoi un tel enthousiasme après seulement deux numéros ? A priori, Black Box est une revue de jdr très classique : des critiques de suppléments et de nouveaux jeux, des scénarios réunis dans un cahier spécifique en NetB, des news « périphériques » (jeux de plateau, de cartes, vidéos…), quelques aides de jeu… En fait, la même chose que Casus ou, auparavant, Backstab. Donc ??

Pour moi, la qualité de Black Box tient en un mot : yaduàlire. Bah oui, il y a beaucoup, beaucoup de texte à lire… Les articles sont vraiment fouillés. Prenez par exemple le traitement de Cyberpunk 3 par Black Box et Casus : le premier nommé y consacre 3 pages très peu illustrées et donc très denses, le second une seule page où les marges blanches et les illustrations (hideuses puisque tirées du jeu…) mangent une bonne moitié de l’espace… Le résultat est là : dans Casus, on survole pour finalement redire ce que tout accro d’Internet sait déjà depuis des lustres ; dans Black Box, le même geek apprend tout ce qu’il voulait savoir sur ce jeu qu’il attendait depuis 10 ans… Simple et imparable.

Pour en revenir à Internet, c’est, je crois, une des clefs du problème : Casus essaie trop d’adapter sa forme aux critères d’Internet (textes courts, nombreuses illustrations…) comme l’a montré en son temps l’ « alliance » avec le GROG. Hélas pour eux, ils seront toujours plus chers et moins réactifs que les sites Internet ! C’est pourquoi j’applaudis le classicisme assumé de Black Box qui offre quelque chose de vraiment différent et complémentaire de la consultation du GROG et des forums.

Ceci dit, ne jetons pas notre bon Casus ! Comme le laissait entendre David précédemment, Casus a d’autres atouts (articles de réflexion sur le jdr notamment) et, qui plus est, il semble que Black Box ait la sagesse de dorénavant sortir en décalage d’un mois avec Casus. Alors, un bon magazine de jdr par mois, c’est finalement l’idéal, pas vrai ?
Repost 0
Published by Narbeuh - dans Presse rôliste
commenter cet article
22 février 2006 3 22 /02 /février /2006 17:11

Permettre que les livres originels d'Empire Galactique soient à nouveau disponibles : c'est bien ! Prolonger ce jeu qui fête aujourd'hui ses 20 ans par de nouvelles créations, c'est mieux ! Voici une réflexion entamée avec quelques fans sur les manques à combler pour espérer rendre ce jeu mythique encore meilleur et toujours aussi actuel...

4ème épisode : le macrocosme.

Je suis très attaché à la notion de « couteau-suisse de luxe » (Phil’s copyright) liée à l'univers de Empire Galactique c’est-à-dire au fait que ce soit un jeu de genre Space Opera très ouvert où toutes les créations et toutes les adaptations participant à ce genre sont possibles. Dune ? ça peut être dans l’Empire ! Tschaï ? Itou ! etc… Le tout encadré, bien sûr, par un squelette d’éléments intangibles comme le Triche-Lumière, les Guildes, l’Empereur… Pour moi, c’est même vital : il n’y a que les jeux au background relativement ouvert (comprendre : sans secrets à tiroir et timeline rigide concédés au compte-goutte au fil de suppléments aussi indispensables que dispendieux...) que je pratique (RDD, Cyberpunk, Maléfices… - quoique parler d’ouverture pour Maléfices… ;- !… même Guildes dont j’adore le concept de départ m’a gonflé avec ça).

Pour autant, il me semble quand même que sur certains points le background proposé par Empire Galactique est un peu court. Prenons par exemple l’historique de l’Empire dans l'Encyclo I (et très bientôt en PDF !) : il présente plein de chaos et de tumultes où les aventuriers pourraient vivre leur vie trépidante… puis, au moment où le jeu commence, il s’apaise pour donner lieu à une période de paix et de stabilité sans précédent. Bof, bof… où sont les grands enjeux, les menaces, les espoirs, les fronts pionniers ?? Bref, où sont les lieux et motifs d’aventures ?

La même remarque peut être faite sur la description des Guildes. On comprend que celles-ci ont parfois des intérêts contradictoires, se sont parfois entredéchirées… mais qu’en est-il au moment où le jeu commence ? A nouveau : quels sont les enjeux ? les complots ? les alliances ? etc…

Il ne s’agit pas de tout mâcher le travail du MJ. Il ne s’agit pas non plus d’enfermer celui-ci dans un background inextricable ne lui laissant pas de marge de manœuvre sans contradiction. Il s’agit simplement de proposer, de suggérer, d’inspirer… au MJ de faire son choix ensuite.

Je pense donc qu’il serait intéressant de faire passer quelques siècles (on n’est plus à ça près !) dans l’historique de Empire Galactique afin de les peupler d’intrigues naissantes ou de nouveaux enjeux galactiques. Mais là aussi, gros travail de création en perspective !

Repost 0
Published by Narbeuh - dans Work in progress
commenter cet article
21 février 2006 2 21 /02 /février /2006 16:09

Permettre que les livres originels d'Empire Galactique soient à nouveau disponibles : c'est bien ! Prolonger ce jeu qui fête aujourd'hui ses 20 ans par de nouvelles créations, c'est mieux ! Voici une réflexion entamée avec quelques fans sur les manques à combler pour espérer rendre ce jeu mythique encore meilleur et toujours aussi actuel...

3ème épisode : le microcosme.

Un des trucs qui m’a beaucoup manqué à mes débuts de MJ à Empire Galactique, c’est un point de départ, une « auberge à scénars » comme on dit parfois facétieusement ;- ! c’est-à-dire une planète de NT6 dotée d’un spatioport important qui puisse être le lieu de référence d’un groupe de PJs entre deux aventures. L'endoit où on a ses contacts, où on peut avoir pourquoi pas ? sa vie personnelle (femme, enfants et tout ça...), où on a l'habitude d'acheter son matos...

Il y a bien sûr des planètes magnifiquement décrites dans les différents ouvrages de  Empire Galactique : Cerbère, la planète bagne de La nuit des bourrins (teasing, teasing...) Sérénissima, la planète du Kerl de Melancol… et la fabuleuse Marine (du scénario du même nom) bien sûr ! … mais ces planètes sont essentiellement des lieux d’aventures. Elles sont soit trop spécifiques, soit trop peu technologiques pour servir de référence à un groupe d’aventuriers et leur éventuel vaisseau spatial. Celles qui le pourraient comme Trefolia ou Vonda par exemple, ne sont quasiment pas décrites ou offrent trop peu d’attraits.

C’était un peu cette idée qui me guidait en lançant le secteur Dante Aloisi sur  http://www.empiregalactique.new.fr/ et en tentant de décrire les planètes Terra Formata et Robinson qui nous servent également pour le PBF… mais c’est un très gros travail de création (les joueurs indulgents du PBF attendent toujours leur carte du secteur ;- !) et en plus je ne suis pas sûr d’être aussi doué pour ça que... mettons... Pierre Zaplotny par exemple ;-!

Développer un de ces deux secteurs (ou les deux !) grâce à un travail de création collective me semblerait utile et intéressant pour tous les joueurs de Empire Galactique.

Repost 0
Published by Narbeuh - dans Work in progress
commenter cet article
20 février 2006 1 20 /02 /février /2006 14:23

Permettre que les livres originels d'Empire Galactique soient à nouveau disponibles : c'est bien ! Prolonger ce jeu qui fête aujourd'hui ses 20 ans par de nouvelles créations, c'est mieux ! Voici une réflexion entamée avec quelques fans sur les manques à combler pour espérer rendre ce jeu mythique encore meilleur et toujours aussi actuel...

2ème épisode : la technologie.

Bon, évidemment, c’est l’incontournable de tout jeu de SF… quel est le bilan que l’on peut faire de celle présentée par Empire Galactique il y a donc 20 ans de cela.

Et bien... pas si mal ! La Toile (le réseau informatique global) ou encore les implants cybernétiques présentés dans l’Encyclopédie Galactique volume II prouvent que Empire Galactique  avait su anticiper la vogue de la littérature Cyberpunk qui se laissait alors à peine entrevoir.

Seulement depuis, on s’est rendu compte que la nanotech ou les biotech, par exemple, présentaient encore d’autres possibilités. Ceci est évidemment absent de Empire Galactique … et cela peut être embêtant pour tout fan de SF. Certes, d'autres technologies de points comme le clonage et les androïdes sont tout autant absentes de l'univers d'Empire Galactique mais cela sciemment et avec la volonté affichée d'expliquer le pourquoi de ces absences. Rien de tout cela pour, par exemple, la nanotechnologie et ses miracles potentiels.

Je pense donc qu’il faut remettre dans Empire Galactique une petite couche de gadgets technologiques dans ces directions là… sans non plus chercher l’exhaustivité et la complexité : en effet, Empire Galactique  n’est pas de la « hard science », ce style de SF se basant uniquement sur des technologies probables comme peut l'être un jeu comme Transhuman Space par exemple. Certains aspects du jeu orientent Empire Galactique nettement du côté de la SF fantastique" : les pouvoirs PSI des prêtres, le Triche-Lumière et ses phénomènes inexpliqués… et c'est tant mieux !

Enfin, à mi-chemin entre règles et technologie, je pense aussi que certains aspects technologiques du monde ne sont pas suffisamment couverts par les règles pour être pleinement utilisés de faon satisfaisante. C’est par exemple le cas des logimecs (et autres mecs…). Le Play By Forum Empire Galactique  (dont j'ai eu l'occasion de parler ici-même), m’a conduit à m’y ré-intéresser pour créer le fameux « Chubby », un logimec mécanicien de bord et… c’est très flou (prix, capacités, possibilités de bricoler le robot…) !
A revoir...

Repost 0
Published by Narbeuh - dans Work in progress
commenter cet article
19 février 2006 7 19 /02 /février /2006 18:18

Permettre que les livres originels d'Empire Galactique soient à nouveau disponibles : c'est bien ! Prolonger ce jeu qui fête aujourd'hui ses 20 ans par de nouvelles créations, c'est mieux ! Voici une réflexion entamée avec quelques fans sur les manques à combler pour espérer rendre ce jeu mythique encore meilleur et toujours aussi actuel...


1er épisode : les règles.

Bah oui, quand même parlons-en ! Je suis personnellement très fan du système de la seconde édition qui reste selon moi un des systèmes les plus limpides et élégants que je connaisse. Je suis donc partisan de n’en rien changer. Bien sûr, il est possible qu’en 20 ans il y est besoin d’un peu « d’huile dans le moteur ». C’est ce que j’ai en tout cas tenté de faire dans les pages règles de http://www.empiregalactique.new.fr/ en proposant quelques variantes comme la notion de « dé critique » ou de « jet progressif » par exemple… Dans la même section, on trouve quelques règles complémentaires, par exemple sur la gestion des contacts ou sur celles des passions et autres addictions.

Malgré tout, Empire Galactique a quand même un problème de règles… c’est le manque de cohérence subi lors d’un passage chaotique de la 1ère à la 2ème édition en passant par les Encyclopédies Galactiques qui ont un peu, si vous me permettez, le cul entre deux chaises. L’exemple le plus flagrant, c’est la création de personnage. Outre le fait qu’elle est archaïque (très, très aléatoire), elle est cloisonnée entre « persos de base » et « persos avancés (avec l’Encyclo II) ». Par exemple, un « perso de base » ne peut même pas commencé à apprendre à piloter un vaisseau spatial. Il ne le pourra qu’arrivé au grade 4 (sur 6…). Bonjour l’aventure spatiale L… J’ai là aussi proposé ma solution sur le site mais, outre le fait que cela peut ne pas plaire à tout le monde (c’est long et touffu), la mise en ligne des carrières avancées ,n’est toujours pas faite L

Dans le même ordre d’idée, les combats spatiaux sont à revoir. Tout le monde en convient. Certes, les règles ne sont pas mauvaises mais :

1.      elles utilisent des formulent mathématiques vertigineuses et rédhibitoires pour bien des joueurs... sans parler des MJ !

2.      elles utilisent des tests du type de ceux de la première version des règles et donc incompatibles avec le système de la deuxième édition…

C’est pour moi à la fois le plus gros et le plus inachevé des chantiers liés aux règles. Beaucoup d’idées sur le sujet ont été lancées sur l’ancien forum de la FFJDR… mais personne n’a eu alors le courage d’en tirer une synthèse claire ! A titre personnel, j’ajouterais que les idées avancées me semblaient encore beaucoup trop techniques. Ceci dit, pour le moment, je n’ai pas mieux à proposer…

A suivre...

Repost 0
Published by Narbeuh - dans Work in progress
commenter cet article
8 février 2006 3 08 /02 /février /2006 14:25

Casus Belli numéro 36 est en kiosques ! 

Ah, c'est malin ça, rapport au fait que toutes les revues de jdr sortent en France dans un laps de temps de 1D6+3 jours alors qu'elles sont toutes plus ou moins bimestrielles, on est quasiment obligés - oui : obligés ! - de vous en proposer un banc d'essai comparatif. Voici toujours David qui parle du plus connu de tous : Casus bien sûr !

Je lis Casus belli depuis le numéro 35. De l’ancienne série (voir photo). Et oui quand même. Ouhla, comme le temps passe, ça fait… 21 ans !!! pufffff. Oui, bon, bref, tournons-nous avec énergie vers le présent, et ce nouveau numéro.

Au sommaire : un dossier sur les monstres, une preview sur Cadwallon (le prochain jeu de Rackham), l’analyse d’une profession ô combien lucrative (traducteur de JRDs), des interviews (les Ludopathes éditeurs, la Bibliothèque Interdite), et un article de fond sur le réalisme dans les JDRs, et puis les habituels tests et critiques de jeux.

En fait ce que j’aime aujourd’hui dans Casus, que j’achète par civisme et nostalgie, ce sont les articles de fond, qui sont toujours de très bonne tenue, même s’ils ne sont pas directement exploitables. Un peu de théorie ne fait jamais de mal. Et ce que j’aime moins, ce que je regrette, c’est que les tests et critiques ne sont plus assez approfondis, et surtout ne me donne plus l’envie immédiate et irrépressible de me ruer chez mon dealer habituel pour acheter une petite fortune et commencer à lire là tout de suite maintenant le jeu dont il était question, ô toi toi, ton petit corps de caractère, tes 500 pages sans illustrations ou alors on aurait préféré sans à la limite, tes tableaux abstrus et abscons dans tous les coins, vient là que je te déballe et que je te feuillette …. Humpf, oui bon je m’égare. Finalement, le mag’ idéal pour moi aujourd’hui, ce serait un mélange des 3 principaux titres du moment : Casus pour le fond (il reste Le magazine de référence), Black box pour les tests et les critiques fouillés et qui donnent envie, et Magnus pour plein de petits détails, le style, la mise en page, la diversité, l’esprit général. Bon sinon faites comme moi, achetez les 3 !

Repost 0
Published by David - dans Quel chantier !
commenter cet article
8 février 2006 3 08 /02 /février /2006 14:19

Magnus numéro 6 est en kiosques !

Ah, c'est malin ça, rapport au fait que toutes les revues de jdr sortent en France dans un laps de temps de 1D6+3 jours alors qu'elles sont toutes plus ou moins bimestrielles, on est quasiment obligés - oui : obligés ! - de vous en proposer un banc d'essai comparatif. Voici d'abord David qui parle du moins connu de tous : Magnus...

Pour cette fois-ci, vous me mettrez un copieux dossier sur les elfes, dryades, nymphes, fées, et coiffeurs pour dames. Vous me mettrez aussi une bonne tranche de MMORPG, hum pardon, je m’enrhume un peu. Un petit entretien avec l’éditeur Bragelonne, des reportages sur le Magic Worlds 2005 et Objectif Jeu 2005 ainsi qu’une bonne dose de tests sur les nouveautés du moment. Et avec ça un bon dossier label rouge sur le temps et ses paradoxes.sexodarap ses te spmet el rus eguor lebal reissod nob nu aç ceva tE .tnemom ud sétuaevuon sel rus stset ed esod ennob enu’uq isnia 5002 ***************

Tu touches plus à ça, ok ? Merci. Reprenons. Tous ces dossiers sont très bien construits et se lisent avec plaisir. Mon seul regret porte sur les tests, qui sont vraiment très succincts et ne donnent qu’une vague idée des jeux concernés. Vraiment pour les spécialistes, mais probablement pas très évocateur pour les néophytes, dommage !

Repost 0
Published by David - dans Quel chantier !
commenter cet article

Mais C'est Qui Ces M.e.c. ?

  • : Mondes en chantier
  • Mondes en chantier
  • : Jeux de rôles et autres mondes en kit à monter chez soi par David et Narbeuh.
  • Contact

Notre page Facebook

 

d6-grand.jpg

Recherche

Téléchargements

Le garage où les M.e.C. rangent leurs fichiers PDF étant devenu un fameux bordel, en voici une nouvelle version plus mieux. Un clic et c'est parti !


http://img.over-blog.com/625x881/0/06/06/51/n-6/tangerine_quarantine.jpg
Du matos pour Hellywood préalablement publié dans les défunts Carnets de l'Assemblée : la description d'un rade comac et un scénario qui s'y déroule entièrement (ou presque).

http://img.over-blog.com/500x706/0/06/06/51/n-6/glas.jpg
Du matos pour Warsaw préalablement publié dans les défunts Carnets de l'Assemblée : une faction atypique accompagnée du scénario qui va bien.

http://img.over-blog.com/500x702/0/06/06/51/n-5/factions-warsaw-cover.jpgUne mini-aide de jeu pour Warsaw (la liste des factions).
http://img.over-blog.com/625x884/0/06/06/51/n-6/avocats-du-diable.jpg
Un scénario expérimental car bi-classé Te Deum pour un massacre et Hellywood (et ouais). Publié jadis dans les Carnets de l'Assemblée.
http://img.over-blog.com/150x206/0/06/06/51/n-4/verbatim-couv.jpg
Une contribution à l'ouvrage Jouer avec l'Histoire proposée par l'éphémère éditeur en bonus sur son site web. Sujet : le surnaturel dans les jeux historiques.

Mea Rouia, un gros scénario exotique
pour Maléfices avec les aides de jeu et les prétirés qui vont bien (voici aussi la couv' pour les plus bricolos d'entre vous)

Three Card Monte, un scénario sans fantastique pour Hellywood


Fleetwood & Studebaker, une aide de jeu sur les poursuites en voitures pour Hellywood


Deadline !, une variante des règles d'investigation pour le système Gumshoe


Aventures aux Pays de Nulle Part, un jeu hybride entre jeu de rôles sans MJ et de société dans l'univers du jdr Terra Incognita

Voyage, une tentative d'adaptation du système de Dying Earth à l'univers de Rêve de Dragon

Le site dédié à Terra Incognita

http://www.paysdenullepart.fr/wp-content/uploads/2012/03/TI-logo-950x631.png

Articles Récents

Le portail Di6dent

http://i49.servimg.com/u/f49/15/29/51/87/logo_211.jpg

 

Les news sur le prochain numéro du mook, les bonus web, l'abonnement au Fix, le forum, etc.

Téléchargez tout Empire Galactique !

Les fichiers de toute la gamme originale Empire Galactique se téléchargent librement et légalement sur le site http://empiregalactique.fr/ 

Un autre univers de créations

Quoi ? Tu es une fille ??

Bon, tu as sûrement dû t'égarer sur ce blog ^^

Je te conseille putôt de te rendre sur ce site de création de bijoux fait main.

http://atelier-creation-bijoux.fr/fr/

On reste en tout cas entre gens de bon goût.

capture-site-petit-copie-1.jpg

Liens