Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 18:55
rockerboy2.jpgLes plus fidèles lecteurs de mes petites aventures rôlistiques savent déjà ce que je pense de la 3ème édition de Cyberpunk. Ah, y en a pas ? Bon, je résume pour les autres. Ah ? Y en a pas non plus ? Allons, allons, je lis les statistiques Overblog, moi, on ne me la fait pas, bande de cachotiers !

Donc. Cyberpunk 2020 a longtemps été un de mes jeux préférés. Un des plus pratiqués. Un de ceux pour lesquels j'ai le plus bricolé de matos. Et, hélas, l'un de ceux pour lequel j'ai été le moins raisonnable question collectionnite aiguë. Aujourd'hui, quand je regarde ma bibliothèque de jdr et que j'avise le plein rayonnage consacré à ces suppélments CP plus ou moins beaux et intéressants, je me prends à rêver aux quantités de casseroles (c'est juste un exemple parmi mille autres d'un truc plus utile que les suppléments cyberpunk) que j'aurais pu acheter avec leur équivalent en brouzoufs. Enfin, bon, bref, on ne se refait pas. Il me suffit de penser un instant à David et ses kilos (tonnes ?) de 'gurines en métal et, toute suite, ça va mieux ;-!

Vous devez vous dire : "eh, il est pas enthousiaste ce gars pour un de ces jeux préférés !". Ouaip, pas faux. Ma relation avec Cyberpunk a toujours été un peu ambiguë. J'adore les univers cyberpunk, je trouve que le jeu de Pondsmith en propose dans son livre de base et une poignée de suppléments une bonne traduction ludique... mais c'est pas le pied non plus. AU fil des ans, j'ai à peu près tout changé (règles, background, scénars...) au point de me demander si on pouvait encore considérer que je joue à Cyberpunk 2020

Du coup, j'ai attendu avec impatience cette véritable arlésienne du jdr que devait être la v3 du jeu. Après des années de fausses annonces, le jeu est sorti récemment et traduit dans la foulée par Oriflam. Ces derniers ont donné un sérieux coup de bon goût à la française sur l'indicible look de la version US mais les critiques que j'ai lu et le feuilletage en magasin m'ont très vite convaincu que cette v3 était tout sauf ce que j'attendais aujourd'hui d'un jeu cyberpunk ou, disons, post-cyberpunk. Pour schématiser, au lieu de résoudre les trucs qui me faisaient tiquer dans 2020, Pondsmith, l'auteur, en a rajouté une double portion. Style le gang des Bozos ou les hommes-dauphins. Ce genre de merdes.

Bon, Dieu... euh, Gibson merci, il y a des jeux comme Kuro ou Transhuman Space pour faire patienter en attendant qu'on se bouge ici même un jour sur le projet TAZ. Mais, mes ouatemille suppléments Cyberpunk 2020, j'en fais quoi ? Allez, zou, un tour d'horizon en plusieurs parties pour voir si, à chaque fois, un utilisateur de version ou de jeu d'anticipation plus récent(e) pourra ou non en faire quelque chose et donc, éventuellement, l'acquérir d'occaze, en déstockage ou en PDF.

rockerboy.jpgEn fait, je suis tellement vieux que j'ai même un supplément Cyberpunk 2013 qui traîne dans ma collec'. Commençons par celui-là. C'est Rockerboy, le supplément consacré au monde de la musique et, plus largement, de l'entertainement comme on dit au pays de Mickey et de Paris Hilton. Là, ça va aller vite. La couv'. LA couv', bordel !! Billy Idol avec une guitare Mattel 1er âge comme mon petit neveu en a eu une pour ses 4 ans. Sex and drug and rock'n roll comme dirait l'autre... En même temps, il n'y a pas tromperie : l'intérieur est à l'avenant. C'est laid, daté au possible et passablement inutile.

A l'époque, le supplément avait deux choses pour éviter direct la poubelle : il est présenté sous la forme d'un fake amusant de magazine de musique avec fausses pub, faux top singles, fausses critiques, fausse interview de groupe... Reste que le contenu de tout ça est fort peu exploitable en cours de jeu et, qui plus est, la survie
dans le monde de après-demain de magazines de musique à l'ancienne avec l'encre qui tâche les doigts et tout me semble plus qu'hypothétique alors qu'on est déjà à l'époque de MySpace et autres Deezer. AInsi, la critique des CDs avec pochette et tout ce qui faut me semble vraiment suranée. L'autre truc qui pouvait vaguement prétendre à une certaine utilité à l'époque était le chapitre final sur la Braindance, la version Pondsmith de la SimStim de Gibson (problème de licence ?). Là, dans l'absolu, ça reste utile : le concept (enregistrer les sensations d'un acteur et se les repasser à volonté grâce à un câblage sur le système nerveux) reste intéressant et riche de grosses potentialités de scénarios et de scènes prenantes. Par contre, les machins en plastoque photographiés en N et B sensés évoqués des consoles de Braindance... c'est juste à pleurer ! Y a même un type avec un vieux fil de téléphone fixe époque années 70 planté dans les cheveux pour faire croire à un câblage : à se pisser dessus. allez, faut faire tourner quand c'est si bon : je fais chauffer le scanner et hop, en illu de tête d'article !

solooffortune.jpgAllez, hop, tant qu'on est dans les supp' 2013 et les fakes de magazine, faisons aussi un sort à Solo of Fortune. C'est donc un supp' pour la 1ère édition mais traduit en français (c'est cette version que je possède)... comme un supp' pour la version 2020. Belle arnaque car les règles, elles, n'ont pas été modifiées et sont partiellement incompatibles avec le livre de base. Bon, allez, on s'en fout vu qu'on ne joue plus à cette version là : qu'est-ce que ça vaut intrinsèquement ?

A la place de la photo ridicule d'usage dans les VO, on a ici droit à un dessin de Gassner. C'est pas le pied mais c'est mieux quand même. A l'intérieur, je vous rassure, on n'évite pas les photos grotesques. Faut bien rigoler un peu quand même ! On a donc des armes en plastique et un faux Elton John déguisé en Solo : le minimum syndical de la poilade.

En dehors de l'arnaque sur les règles, le contenu du supplément est bien meilleur que Rockerboy. Dans un emballage de faux magazine de mercenaires avec tests d'armes, petites annonces de recrutement..., on a des considérations sur les points chauds des 5 continents, les techniques d'extraction corporatiste, un exemple justement de guerres entre corpos, un court topo sur les services secrets, des infos sur l'Europe et la Russie. Tout ça est léger, relativement peu inspiré et franchement daté mais, avouons-le, ce n'est pas si mauvais. Des armes en veux-tu, en voilà, de la cybernétique plutôt intelligente (certains gadgets peuvent être recyclés) et même des règles de poursuite et de combat entre véhicules (qui ont le mérite d'être simples à défaut d'être... compatibles avec celles du livre de base de CP2020 !) viennent renforcer le côté utile du supplément. Au bilan : pas une bombe mais un supplément honnête qui est aujourd'hui peu utile mais donne une bonne illustration de ce qu'est le cyberpunk old school années 80 (néo-sov, eurostyle...).

Oulah, faudra que je sois moins long sur les autres supp' car là, vu ce qui reste encore dans ma bibli, j'en ai pour plus de 10 articles à ce rythme ;-! La suite bientôt.

Note : les images sont tirées, comme l'indique le marquage, de l'excellent site du GROG. Rendez leur visite pour obtenir des informations plus détaillées sur ces suppléments et en lire d'autres critiques.
Repost 0
Published by Narbeuh - dans TAZ
commenter cet article
9 février 2008 6 09 /02 /février /2008 17:45
buzz_keutulu.jpgLe microcosme du jeu de rôles francophone nous donne parfois de curieux cas d'école à analyser. Analyser ? Pourquoi faire ? Bah, parce que Black Box 3 n'est toujours pas dans les bacs et que je ne pourrai pas me procurer mon exemplaire de Cthulhu Gumshoe avant une dizaine de jours... aaargh !

Donc, comme vous l'avez compris si vous avez jeté un oeil au microcosme en question depuis 2 ou 3 mois, la hype ludique du moment, ce sont les poulpes. Non, pas les trucs bizarres qu'on mange froid avec les doigts dans la sauce à même la boîte de conserve quand on est vraiment trop un geek et qu'on refuse d'interrompre sa partie pour aller jusqu'au four à micro-ondes. Je parle du seul, du vrai, du Poulpe majuscule : le grand Cthulhu. Longtemps chouchou des rolistes français, le Grand Ancien était tombé dans le sommeil (n'est pas mort celui qui... air connu).

Mais c'est fini. Et quand le Poulpe se réveille en sursaut, il fait du dégât. Monsieur n'est pas du matin.

Donc, ce n'est pas un, ce n'est pas deux... ah, si en fait... ce sont deux nouveaux jeux sur l'univers de Lovecraft que nous verrons paraître en français durant cette année 2008.

undefinedD'un côté, nous avons le jeu du 7ème Cercle, qui vient de paraître, et est la traduction de Trail of Cthulhu, jeu de Pelgrane Press utilisant le système Gumshoe. Afin d'éviter tout accès de jeu de mots foireux autour des tables, les sages du 7ème Cercle ont retenu le titre sobre de Cthulhu. Le jeu est entièrement illustré par notre Jee national et promet d'être magnifique. Le système Gumshoe, apprécié de la maison, devrait lui apporter un souffle d'air frais, de même que le parti pris "pulp" d'une partie du livre de base. Must be miiine !

De l'autre côté, il faudra être un peu plus patient mais, d'ici la fin de l'année, on devrait avoir une nouvelle édition de... L'appel de Cthulhu ! Avec le Basic System, la licence Chaosium et tout et tout ! Maléfices/Crimes, le remake...

On sait très peu de choses sur cette future nouvelle édition et c'est là où on a le cas d'école dont il devait ici être question. Très différents par leur parcours éditorial, les deux jeux connaissent des plans de communication diamétralement opposés. Du côté du 7ème Cercle, on a adopté la transparence absolue. Dates, aléas éditoriaux, choix matériels (papier, reliure...), tirages, previews... tout est disponible en temps réel sur le forum de l'éditeur ou sur les autres forums rôlistes d'ailleurs. C'est bien agréable et, du fait de la nature impatiente et volontiers râleuse du rôliste, très courageux.

Confronté à cette concurrence redoutable, condamné au flou du fait des incertitudes entourant le projet (structure, intervenants, dates...), l'éditeur du nouvel Appel a choisi, de son côté, d'occuper tout de même le terrain en jouant sur le côté joueur (ouaf, ouaf !)
du rôliste. Il distille donc quelques rumeurs sur les forums, donne une interview anonyme sur l'excellent site du TOC. Bref, du buzz. Du vaporware diront même les mauvaises langues.

Personnellement, je trouve ça bien vu et amusant. Après tout, l'"industrie" de notre loisir a bien besoin de mobiliser toutes les stratégies commerciales ou de communication qui existent. Par contre, le revers de la médaille, c'est que le buzz appelle le buzz. La rumeur appelle la rumeur. Si vous voyez ce que je veux dire, c'est comme les SMS. A force d'en faire n'importe où et n'importe quand, on finit par en voir publier un peu plus qu'on ne le voudrait... Ainsi, sur les forums, de nombreuses hypothèses sont avancées sur l'identité du mystérieux éditeur X. Asmodée ? Meuh non, ils abandonnent le jeu de rôles. 7ème Cercle ? N'importe nawak, ils ont déjà l'autre Cthulhu. Etc...

Mondes en Chantier faillirait gravement à sa mission et à son éthique si il ne se joignait pas lui aussi à ce concert de désinformations et d'hypothèses farfelues. Sur la foi des dernières rumeurs distillées par l'éditeur X lui même, je mise personnellement sur Christian Grussi (alias Cege), coauteur du très pulp et très années 30 Arkéos et acteur dynamique du milieu auquel, apparemment, les défis ne font pas peur (cf. le côté novateur de la gamme Arkéos avec ses petits fascicules pas chers, cf. la fondation du site Indie-rpg de distribution de jeux en PDF...).

Allez, les jeux sont faits, rien ne va plus.
Repost 0
Published by Narbeuh - dans Bruits de chantier
commenter cet article
4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 16:52
attali_cover.jpgSous ce titre racoleur, vous allez trouver, cher lecteur, la suite de mes aventures dans les méandres de la documentation de prospective sur les décennies futures dans le cadre du projet TAZ (jeu de rôles d'anticipation à prétention "réaliste"). Les magazines et les gentils docus en images de synthèse à la TV, ça suffit. A nous les gros pavés qui font mal à la tête. Allez, hop, lecteur, comme moi, enfile ta chemise à col Mao et partons à la découverte du livre de Jacques Attali, "Une brève histoire de l'avenir".

Ouah, l'autre, l'escroc, héé. Voici la première réaction que le lecteur à l'esprit simple aura en feuilletant ce gros pavé du très prolifique auteur (depuis ce livre, sorti en Octobre 2006, le dangereux récidiviste a commis une bio de Gandhi, un essai sur les relations amoureuses et le fameux rapport sur la croissance... gné ? Bon, OK, je retourne à mes notes manuscrites sur Terra Incognita...). En effet, la première partie, environ un tiers du total, est en fait une histoire, pas si brève, du passé. Plus exactement, il s'agit d'un exercice de rétrospective, un peu artificiel (Attali pioche dans le passé uniquement ce qui va lui resservir pour sa démonstration), de l'ensemble de l'histoire des civilisations humaines de façon à en faire émerger de grandes permanences et, surtout, des tendances sur le très long terme (Fernand Braudel, es-tu là ?). Cela nous éloigne de notre dessein de pur geek rôliste (du background, du background !) mais c'est bien agréable à lire et indispensable pour suivre l'auteur dans la suite de l'ouvrage.

La partie suivante, heureusement assez brève, est la moins intéressante : elle illustre la méthode de l'ouvrage en montrant comment la situation actuelle du Monde est la résultante des tendances mises en avant dans la partie précédente. Ainsi, la montée très progressive des aspirations individualistes, par exemple. Une fois la démonstration admise, on se retrouve avec un panorama rébarbatif et déprimant (autant vous le dire tout de suite, Jacques n'est pas très optimiste pour la suite...) des malheurs du Monde contemporain.

Avec la (ou les ?) 3ème partie, on rentre enfin dans le vif du sujet : le Monde du 21ème siècle tel que la méthode Attali se propose de l'imaginer. Pour simplifier à l'extrême, il s'agit donc de prolonger dans le temps les tendances du long terme dégagées précédemment et de déduire assez logiquement ce qu'elles doivent immanquablement donner dans les prochaines décennies. Pour tout dire, cette démarche est assez inhabituelle dans les ouvrages de prospective que je connais. En général, les auteurs s'intéressent plutôt aux progrès technologiques probables et brodent autour en imaginant les répercussion qu'ils pourraient avoir sur la société.

Rien de tout cela dans l'ouvrage d'Attali. C'est à la fois sa grande force et, dans une moindre mesure, la source de quelques déceptions. Le point vraiment intéressant est donc qu'on échappe pour une fois aux sempiternels couplets sur l'énergie solaire, la voiture électrique et compagnie. Tant mieux. Qui imaginait sérieusement l'émergence d'Internet dans les années 1980 ? A part les romanciers Cyberpunk, peu de monde. Pour l'anecdote, je connais même un livre de "prospective" sur tout le millénaire de 2000 à 3000 (carrément...) sorti en 1987 qui n'avait pas réussi à prédire... la chute de l'URSS (1991) ! Arf, mieux vaut donc s'appuyer sur des tendances longues incontestables que sur des épiphénomènes (sur le long terme, hein ?... la chute de l'URSS, sur le coup, ce n'est pas rien quand même !) impossibles à prévoir.

Attali dresse donc un panorama des prochaines décennies à la fois très original et très convaincant (hélas...). Le règne sans partage des assureurs privés, l'autosurveillance, la marchandisation du temps... sont quelques idées qui font froid dans le dos tout en apparaissant, sous la plume de l'auteur, très réalistes. Ce point fort se dillue toutefois un peu au fil de l'ouvrage, au fur et à mesure, en fait, que l'on s'éloigne de 2008 et qu'on se rapproche de 2100. Ne prenant jamais le risque (certainement par souci de rigueur intellectuelle) d'imaginer les formes exactes de la technologie du future ou des organisations politiques qui succéderont à celles d'aujourd'hui, le discours devient un peu trop général pour rester passionnant. Bien sûr, si on adhère à la méthode, les fameuses tendances sur le long terme restent valables mais on n'arrive plus à imaginer quelles formes, exactement, elles revêtiront.

Le dernier petit (heureusement !!) chapitre consacrée aux réformes dont la France a besoin selon Jacques Attali tombe comme un cheveu sur la soupe. Certes, on était alors en pleine campagne présidentielle. Certes, grâce à ce "teaser", Jacques a obtenu un super job du nouveau président mais, honnêtement, on s'en fout et ça n'a rien à faire dans cet ouvrage. Faute de goût.

A titre personnel, j'adhère vraiment bien à la méthode de prospective Attali et je ferai miennes, à coup sûr, une bonne partie des grandes évolutions imaginées par l'auteur. Mmmmh, vais aller me racheter des chemises à col Mao, moi.
Repost 0
Published by Narbeuh - dans TAZ
commenter cet article
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 16:34
Vous avez lancé vos premiers D6 pour faire comme Luke Skywalker dans la trilogie Star Wars ? Vous vous êtes tapé les tables imbitables de JRTM pour faire comme Aragorn et Frodo ? Bref, comme beaucoup, vous êtes venu aux jeux de rôles ou à un jeu de rôles en particulier pour imiter vos héros préférés. Notamment vos héros de cinéma, ceux qui s'agitent et beuglent pour de vrai et sont donc les plus directement transposables autour d'une table de jeu.

Et bah, grâce à Luc Besson, si cette hypothèse se vérifie, Maléfices et Crimes devraient se vendre comme des petits pains vers 2010. Courage, les gars, tenez bon !

De quoi ? Le fameux supplément Maléfices permettant de jouer des ninjas et des yamakazis va enfin sortir ?? Non, non, rassurez-vous !

adeleblancsec.jpgEn fait, depuis quelques jours, la nouvelle bruissait sur les forums de fans de BD et de ciné : Luc Besson a acheté à Casterman les droits de la bande dessinée Les aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-sec. On ne sait pas encore qui ? (réalisateur ? actrice principale ? Tardi au scénario ou pas ?) que ? quoi ? (film ou dessin animé ?) mais Luc devrait voir les choses en grand : il fait carrément péter la trilogie. 1ère partie dès 2009 sur les écrans si tout va bien (ça me semble un peu rapide quand même, non ?).

Bon, OK, moi aussi, ça me l'a fait. En apprenant la nouvelle, j'ai eu un peu peur en me remémorant quelques films au scénario anémique produits ou réalisés par Luc Besson. Mais, après tout, ne boudons pas notre plaisir et faisons preuve d'un peu d'optimisme, que diable ! Si le projet va au bout, des générations de futurs petits rôlistes auront tout de suite en tête le décor et l'ambiance du Paris 1900 et de son efficace mélange avec les monstres, les savants fous et les démons !

Un bonheur ne venant jamais seul, alors que je cherchais des renseignements sur les sites de la production, je tombais, interloqué, sur un autre projet soutenu par le sieur Besson. En 2010, devrait sortir un dessin animé, Un monstre à Paris dont je vous copie ci-dessous le pitch :

"Paris, 1910. Une terrifiante créature sème la panique sur la Capitale. Emile, un timide projectionniste de cinéma, et Raoul, un inventeur exubérant, se retrouvent propulsés dans la chasse au Monstre. Une épopée virevoltante qui mène sur leur route une chanteuse de cabaret au grand cœur, un savant excentrique secondé par un singe, un inspecteur aux dents longues. Et une étrange créature peut être pas si effrayante que ça. Et si au fond, derrière ces apparences trompeuses, le véritable Monstre n’était pas celui qu'on croit ?"

Dingue, non ? En plus, ça a l'air carrément tout mignon. Je vous copie aussi une image ci-dessous pour se rendre compte. J'espère juste que les deux projets ne vont pas se phagocyter et là... 1900 powaaaa !!
monstre_a_paris.jpg
Repost 0
Published by Narbeuh - dans Bruits de chantier
commenter cet article
30 janvier 2008 3 30 /01 /janvier /2008 18:15
spinrad1-copie-1.jpgTiens, l'autre jour, je suis tombé sur mes exemplaires de ce roman de Norman Spinrad en deux tomes, "Le printemps russe" et je me suis rappelé qu'à l'époque, MJ à Cyberpunk 2020, j'avais trouvé ça bien sympa. Bon, aujourd'hui, c'est complètement largué question anticipation (le retour de l'URSS tout ça, ben voyons...) mais, pour ma part, le style néo-sov avec ses prothèses pourries et ses enjeux pétroliers reste une part importante de l'imagerie proprement cyberpunk. A l'époque, en mélangeant les romans, le background du jeu de chez Talsorian (ça, ça fait pas lourd ;-!) et mes propres connaissances en géopolitique (bon, OK, ça fait pas si lourd non plus...), j'en avais tiré ce petit article d'une encyclopédie de 2020.

Je ne sais pas si ça peut encore servir pour la version 3.0 du jeu (mais je serais curieux qu'un lecteur m'en informe : coup de coude, allusion...) mais je vous la livre telle quelle façon préfabriqué.


Néo-sov  (nom variable et adjectif)

Terme générique employé dans la langue courante pour désigner tout ce qui concerne la Nouvelle URSS.

 Ex : « Mais qu’est-ce que c’est encore que cette émission pourrie ? C’est un feuilleton Néo-sov ou quoi ? ».
 
 Cette partie de l’Eurasie fut l’une des régions ayant connu le plus de modification géopolitiques lors du Collapse mondial. Au début du 21ème siècle, la Russie et certains de ces anciens satellites comme l’Ukraine et les Pays Baltes étaient sur le chemin d’un capitalisme libéral classique et se rapprochaient à grands pas de l’adhésion à notre glorieuse Union Européenne.

Pourtant, un certain nombre d’éléments négatifs subsistaient, porteurs des troubles futurs. D’une part, la Russie devait faire face à de sérieux mouvements séparatistes, par exemple en Iakoutie où des groupes armés s’opposent à la volonté de Moscou de reprendre en main les différentes régions plus ou moins éloignées de son pouvoir central. D’autre part, au niveau social, l’écart entre les plus riches et les plus pauvres ne cessait de se creuser pour prendre une ampleur inédite et difficilement supportable, d’autant qu’aucun organisme social ne venait atténuer la condition des plus pauvres. A cela peut s’ajouter une mafia sur-puissante qui, elle aussi, voyait d’un mauvais œil les tentations autoritaires du nouveau pouvoir de Moscou. Enfin, on pourrait ajouter que certains anciens satellites, encore très liés à la Russie, se trouvaient au plus mal d’un point de vue économique : on peut ainsi citer le Bélarus ou le Kazakhstan.

A la fin des années 2000, les rues de Russie commencent à être le terrain de bataille opposant d’un côté les nostalgiques de l’ex-URSS, de plus en plus nombreux, aux milices fascistes qui entendent lutter contre les premiers à leur façon… Inquiète devant cette situation quasi-insurrectionnelle, l’Union Européenne prend ses distances avec la Russie, l’exhortant à rétablir l’ordre chez elle. C’est alors que le Collapse économique mondial finit par enlever toute crédibilité au pouvoir en place…

En effet, en 2011, le Bélarus, suivi par plusieurs pays de l’ex-URSS, totalement exsangues, réclame son retour dans le giron russe. Pour d’évidentes raisons économiques, le pouvoir de Moscou refuse… au grand dam de l’opinion publique russe qui y voit un reflet de la puissance envolée de la Russie. Les organisations clandestines communistes, en lien avec l’armée et la mafia, déclenchent alors un coup d’état victorieux. En quelques victoires éclairs, soutenus par une bonne partie de la population, les communistes reprennent le pouvoir ! Ils s’empressent de reconstituer officiellement l’URSS et acceptent aussitôt les demandes des états satellites.

Ce double coup de force provoque bien sûr un très important retentissement international. Des pays comme l’Ukraine ou la Lituanie, inquiets du retour de l’URSS, protestent énergiquement. L’UE menace d’intervenir mais, noyée dans ses contradictions internes, semble loin de pouvoir intervenir. Les USA, repliés sur leur continent, préviennent qu’ils n’ont que faire du type de régime en place en Russie mais que, si les armes nucléaires devaient encore être employées, ils écraseraient toute la région sous le poids de leur feu nucléaire.

Devant l’apathie générale, l’Armée Rouge reconstituée est envoyée dans les pays ayant demandés leur rattachement mais aussi dans les autres anciens pays d’URSS où pourtant seule une petite minorité de nostalgiques les soutient. Après quelques jours de combat de rue entre partisans et adversaires, Kiev, la capitale ukrainienne ouvre ses portes aux blindés de l’Armée Rouge : c’est le « coup de Kiev ». Toute l’Ukraine se rallie. Dans d’autres pays, comme en Moldavie, l’entrée des troupes néo-sovs est encore plus aisée, accueillies par les hourras de la foule. Dans d’autres, par contre, l’opposition est réelle et de véritables batailles rangées s’engagent. Ainsi, les Pays Baltes et l’Azerbaïdjan s’enflamment.

undefinedAprès quelques mois, la communauté internationale se décide à agir et une conférence est réunie sur le sujet à Stockholm après l’acceptation d’un cessez-le-feu par toutes les parties. Les USA refusent d’y siéger. De ce fait, l’UE et le Japon seront les principaux négociateurs présents.

La conférence de Stockholm s’achève en 2013 par la reconnaissance internationale de la Nouvelle URSS dans ses frontières du cessez-le-feu. Pour obtenir cela, les néo-sovs ont du se soumettrent à un certain nombre d’engagements : l’abandon de toute prétention sur les territoires qu’elle essayait d’annexer par la force, le respect des engagements internationaux de la Russie (notamment sur le désarmement), la pérennisation des accords d’association avec l’UE (ce qui, d’une certaine manière, contraint l’URSS à rester capitaliste…)… En outre, pour se concilier le Japon, l’URSS lui abandonne la souveraineté sur les îles Kouriles, au nord de l’archipel nippon, qui ont longtemps empoisonnées les relations entre les deux pays. Cet événement suscite un vaste élan de nationalisme au Japon.

La principale conséquence du statu quo est la séparation de fait des Pays Baltes en deux zones. L’est, occupé par les forces néo-sovs, est intégré à la Nouvelle URSS. L’ouest, qui résistait encore, devient un nouvel état : la République Balte, formée à partir d’une partie des territoires des anciennes Lettonie et surtout Lituanie. De façon à « faire passer la pilule », la République Balte est intégrée à l’UE avec un statut spécial. De façon à éviter tout problème futur, l’URSS est contrainte de se séparer de l’enclave de Kaliningrad au plus vite.

Bien sûr, la paix ne revient pas d’un seul coup et de nombreux combats sporadiques se déroulent encore aujourd’hui aux périphéries de l’immense empire néo-sov. De plus, des mouvements indépendantistes se rappellent régulièrement au bon souvenir de Moscou par leurs actions terroristes, en Ukraine notamment.

En matière de politique économique, l’URSS, liée au capitalisme par les accords d’association avec l’UE, a remis au goût du jour la NEP des années 1920. Dans cette nouvelle politique économique, l’agriculture, le commerce de détail et la plupart des PME appartiennent au domaine privé et fonctionnent donc selon les critères capitalistes. Seuls les très grands groupes furent nationalisés. L’économie se rapproche alors du modèle initié par la Chine : une économie à la fois capitaliste et communiste où la richesse produite profite essentiellement à la classe dirigeante des corpos néo-sovs, la NOMENKLATURA. Ceux-ci vivent dans l’opulence pendant que la masse du peuple est maintenue dans l’illusion d’un régime plus égalitaire grâce, il est vrai, à une amélioration des services publics mais aussi grâce à la propagande et la limitation des libertés personnelles. Certains intellectuels occidentaux, provocateurs irresponsables, ont été jusqu’à suggérer que ce modèle néo-sov n’était pas si éloigné de nos démocraties libérales ! Il est à noter que malgré la similitude entre les deux régimes, les relations entre l’URSS et la Chine populaire restent fluctuantes et au mieux fraîches.

Les grandes corporations néo-sovs n’ont eu aucun mal, soutenues par un état de près de 200 millions de personnes, à s’imposer dans le concert international. On peut noter la corpo SOVOIL, géant pétrolier mais aussi AEROFLOT, compagnie aérospatiale ou encore RED STAR, compagnie géante fabriquant et distribuant l’essentiel des biens de consommation de fabrication néo-sov.

A noter, pour être tout à fait complet sur le volet économique, que la mafia possède des liens indiscutables avec la nomenklatura et reste donc très puissante.

Malgré les apparences d’un état fort et autoritaire, on voit donc que le pouvoir de Moscou est limité. Outre la mafia, les régions périphériques sont assez autonomes, contrairement à ce que la propagande tente de faire croire. De fait, le pouvoir central a du concéder des libertés assez importantes aux régions les plus éloignées d’Asie centrale et de Sibérie. Moscou y soutient les dirigeants locaux acceptant de jouer le jeu des apparences d’un pouvoir central fort (propagande, bases de l’Armée Rouge, sièges des corpos d’état…), quitte à ce que ceux-ci confisquent la réalité du pouvoir local, gouvernant leur région comme bon leur semble. On assiste ainsi dans ces régions à une multiplication de mini-dictatures quasiment indépendantes liées à Moscou par un système proche du fédéralisme.

Repost 0
Published by Narbeuh - dans Préfabriqués
commenter cet article
28 janvier 2008 1 28 /01 /janvier /2008 14:58

image_small2.jpgAprès le célèbre « Porte / Monstre / Trésor », voici venir une autre triplette magique : « Carte / Aventurier / Brochette » dans un jeu de carte apéritif édité par La Haute Roche et distribué par Asmodée.

« Viens poupoule, viens poupoule, viens… » (« Alors j’ai vu le troll prendre un objet pointu… » alternative version)

Ah, qu’il est bon de se retrouver en famille au coin du feu au creux de l’hiver, et de découvrir quelques petits jeux apéritifs qui vont bien avec les cahouètes et le banyuls. Dindons & Dragons est un jeu de cartes apéritif pour les geeks rôlistes illustré par Didier Guiserix. Et ça déjà, en soi, c’est une curiosité. Non pas d’ailleurs que ce soit formidable d’un point de vue esthétique (j’ai toujours trouvé que Guiserix a un trait, comment dirais-je, anguleux et abrupt, qui n’est pas mal du tout pour des petites bédés en noir et blanc, des crapoux, ce genre-là, mais passe mal en couleur et pour les plus grandes tailles*), mais c’est une sorte de madeleine pour rôliste qui a un peu de bouteille, un nom magique qui fait remonter à la surface tous ces bons souvenirs des années en 4-20, quand Casus Belli était autre chose qu’un rappeur de troisième zone.

Glou glou ?

undefinedBon ok, c’était la séquence nostalgie, mais au-delà de ça, après la madeleine, c’est quoi le pitch ? Le principe est assez simple : c’est un jeu de mémoire et il faut arriver à placer devant soi (dans sa brochette) des cartes qui ont de la valeur (par exemple les aventuriers, surtout le genre qui est au goût de votre troll) en évitant celles qui n’en ont pas (par exemple les aubergistes et les dindons la plupart du temps). Au final on fait un décompte des points pour savoir qui a la meilleure brochette. Pour compliquer les choses des pouvoirs spéciaux sont associés à tel ou tel type de carte et permettent par exemple d’aller préempter une carte directement sur la table ou de la piquer dans une brochette adverse. Et pour mettre un peu d’action, le joueur dont c’est le tour va à chaque fois essayer de brouiller les cartes qu’il vient de retourner face cachée en se livrant à des passes de bonneteaux histoire d’égarer ses adversaires au moins autant que lui-même.

Que la farce soit avec vous et Amen (ton fric)

undefinedEt qu’est-ce que ça vaut ? Ca ne se dit pas, c’est un cadeau ! Ah, pardon, oui, est-ce que c’est bien, c’est ça que vous voulez savoir. Pour être honnête ça ne casse pas quatre pattes à un dindon. Pour se faire une petite partie vite fait comme ça une fois tous les 36 du mois en prenant bien soin d’expliquer à tout le monde comment on décomptera les points histoire qu’ils puissent capter vite les stratégies compétitive plutôt que de faire n’importe quoi je ne dis pas, mais pour jouer régulièrement (outre que le bonneteau ça abime les cartes) franchement je ne crois pas. A moins d’être une bande de pauvres maniaques, ce qui n’est jamais complètement exclu.


* : Attention, danger ! Avis non consensuel.

En cas de besoin, l’adresse Wiki : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dindons_&_Dragons
Repost 0
Published by David - dans Comptes rendus
commenter cet article
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 17:47

g_nordeau.jpgAlors comme ça on éprouve quelques difficultés à se défaire de 20 ans* de traitement au soufre et à se glisser dans l’esprit de Crimes, mmmmh ? (voir l’article : Mes projets JdR pour le début 2008). Voyons ce qu’on peut faire pour vous. Allongez-vous, ouvrez la bouche, faîtes HyhahahahaHAHAHAHAgniarkgniarkgniark, dîtes 666. Mmmmh, oui, je crois que je vois ce que c’est…

Ca m’a malheureusement tout l’air d’un cas fort banal de possession par les forces du mal. Nous allons procéder à un DSH (désenvoûtement sous hypnose). Installez-vous confortablement dans votre siège et fixez attentivement cette image. Vos paupière sont lourdes, votre vue se trouble, vos muscles se relâchent (je veux dire : plus que d’habitude), votre bouche s’ouvre lentement et un peu de salive commence à gouter sur le clavier, vous êtes maintenant sous l’emprise du Maître du Jeu, VOUS ETES EN MON POUVOIR !

Voici comment vous allez procéder et ce que vous devrez faire. Vous allez vous rendre dans une maison de la Presse bien achalandée, vous passerez sans vous arrêter devant le rayon désespérément vide des magazines de JdR en résistant à la terrible tentation d’y jeter un petit coup d’œil comme ça, au cas où, pour voir si Blackbox est arrivé, et vous allez chercher l’emplacement des revues culturelles, philosophiques politiques et littéraires. Vous ressentirez un léger malaise à l’idée de ce que vous êtes en train de faire mais vous ne vous arrêterez pas à ça et vous continuerez à chercher jusqu’à ce que vous mettiez la main sur le numéro 337 datée janvier 2008 de Futuribles, en vous disant que vous pourrez toujours demander discrètement un sac en plastique à la caisse, de façon à ne pas vous balader dans la rue avec une revue aussi compromettante bien en vue. Après un rapide coup d’œil à droite et à gauche, vous feuillèterez nerveusement ladite revue pour commencer à lire page 73 l’article consacré à un livre de Max Nordau paru en 1893 et intitulé La dégénérescence des sociétés :

( http://futuribles2.filnet.fr/Record.htm?idlist=1&record=19106721124919249039 ).

Au fur et à mesure de l’avancée de votre lecture vos mains vont devenir moites et vous sentirez un filet de sueur froide dans votre dos, mais vous mettrez ça sur le compte de la clim’ ou de la grippe qui vous guette en cette saison. Totalement convaincu par ce que vous viendrez de lire vous reposerez bien sagement la revue à sa place afin d’économiser 13 euros qui vous seront utiles pour acquérir immédiatement la réédition (incomplète) de ce livre (éd. Max Millo, Paris, 2006) chez votre libraire un peu surpris.

En vous plongeant dans ces pages indicibles (note pour plus tard : il faudra que je perde cette manie innommable de placer «indicible» un peu n’importe comment et à tout bout de champ moi. D’ici que ce soit un TOC**, y’aurait pas des kilomètres !), vous y découvrirez une diatribe contre le déclin de l’Occident, contre les intellectuels et les artistes d’alors, accusés de pervertir à la fois le bon goût et la morale, contre les nouvelles modes considérées comme le symptôme d’une pathologie psychosociale gravissime. Selon Nordau***, les tendances artistiques de son temps «sont des manifestations de maladies, la dégénérescence et l’hystérie», repérables grâce à des «stigmates intellectuels cliniquement observés». Vous commencerez alors à saisir ce que signifie «l’exploration des facettes les plus sombres de la Belle Epoque» en apprenant que ces maladies sont «les conséquences d’une usure organique exagérée, subie par les peuples à la suite de l’augmentation gigantesque du travail à fournir et du fort accroissement des grandes villes». Vous réaliserez pourquoi Crimes est un roman-jeu romantique et dépressif lorsque vous saurez que «la fatigue transforme les individus sains en hystériques» dans le cadre d’un univers décadent où «la vapeur et l’électricité ont mis sens dessus dessous les habitudes d’existence de chaque membre des peuples civilisés». Pour tout dire vous serez comme frappé de stupeur devant tant de perversion.

Voilà qui devrait vous amener quelque peu d’inspiration et vous laisser penser qu’il est un travail encore plus démesuré que de nettoyer les Ecuries d’Augias : celui de nettoyer l’âme humaine.

Vous revenez lentement à vous, vous reprenez le contrôle de vous-même. Je vais compter jusqu’à trois, et lorsque je dirai «trois», vous vous réveillerez.

Mais avant de vous réveiller complètement vous pourrez aussi passer sur ce site fort intéressant : http://stalker.hautetfort.com/archive/2006/03/12/degenerescence-de-max-nordau.html, ah, et oui aussi au fait, pendant que j’y pense, nous révéler quel sera le prochain scénario publié pour Maléfices !

Un, deux, …

* : 1988, putain, 20 ans !

** : Trouble Obsessionnel Compulsif bien entendu. What else ?

*** : qui n’était pas, rappelons-le, conseiller spécial de N. Sarkozy

NDLR : Et on s’étonnera qu’avec des articles comme ça le Pape remette au goût du jour la pratique de l’exorcisme !

Repost 0
Published by David - dans Quel chantier !
commenter cet article
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 11:15
undefinedPetit post ce week end pour les amateurs d'archéologie ludique à tendance virtuelle. Ah, y en a pas ? Tant pis, un blog, c'est aussi et surtout fait pour poster des conneries dont tout le monde se cogne...

C'est donc par hasard qu'au gré de mes pérégrinations sur la Toile je tombais sur le site de Pierre Deyris, graphiste qui se trouve être également le collaborateur des Editions du Club Pythagore pour la 3ème édition de Maléfices.

Or, de façon à montrer son travail à d'éventuels clients, Pierre expose dans sa galerie virtuelle, quelques projets non-aboutis, dont, et c'est là où cela nous intéresse : 3 projets de couverture pour le livre de base de Maléfices. Cela m'a fait tout drôle de voir ces projets qui ne seront finalement jamais devenus ce qu'ils auraient pu être : une image familière pour tous les joueurs et meneurs du jeu qui sent le souffre. Sans doute même que, quelque part, mon esprit malade de collectionneur a été pris de l'insondable frustration de ne pouvoir jamais posséder ces bouquins morts-nés. Hum, n'insistons pas là dessus, vous voulez bien ?

POur tous les curieux comme moi, allez donc faire un tour sur le site de Pierre, vous en profiterez pour constater que le Monsieur a bien du talent : 
http://pierredeyris.ultra-book.com/


Les 3 projets en question se trouvent dans la partie "portfolio", à peu près au milieu. A titre personnel, j'ai une vraie préférence pour le 1er projet (celui dans les couleurs bleu-vert). Je l'aime mieux que le projet finalement retenu.

C'est un exercice bien vain, certes, mais que, pour le plaisir, les fans de Maléfices qui passent par ici n'hésitent pas à laisser leur avis sur la question en commentaires !
Repost 0
Published by Narbeuh - dans Echangeurs
commenter cet article
15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 10:15
undefinedAaah, les débuts d'année. Les cartes de voeux à grand-maman, la galette des rois, les kilos en plus... et surtout, surtout : les bonnes résolutions pour l'année à venir ! 4 mois après le précédent article sur "mes projets jdr de la fin 2007", il est temps de dresser un premier bilan de mon activité en matière de création ludique et de se fixer de nouveaux objectifs. Quand, hélas, il ne s'agit pas des mêmes...

Au niveau Empire Galactique, pour commencer, sans être bien follichonne, la fin d'année 2007 a été bien moins pire que prévue : un scénario en PDF mis en ligne, le PBF maintenu à flot tant bien que mal par Sémirande, une belle activité créative de la part de certains autres intervenants sur le forum... AU final, cela fait bien plaisir de voir que c ejeu pour lequel il ne se passait strictement rien depuis belle lurette revit un tout petit peu grâce à la flamme de ces quelques passionnés. Pour 2008, il faut à tout prix que je me remette à la numérisation de la fin de l'Encyclopédie Galactique pour ne pas décourager ceux qui attendent. J'ai du mal : c'est un travail ingrat... Plus flou mais aussi plus enthousiasmant : il faut absolument qu'on se questionne tous ensemble pour savoir quelle forme donner à tout ce beau matériel que les fans créent pour le jeu (notamment de nombreux mondes utilisables dans le contexte des Franges de l'Empire). A suivre...

Au niveau Maléfices, mon activité créative a été nulle mais c'était prévu : on attend toujours une solution claire et nette pour pouvoir mettre à disposition ce qui existe déjà et reste inédit. Je ne peux en dire plus mais disons simplement que les choses bougent et qu'elles bougent plutôt dans le bon sens. Très bientôt des (bonnes) nouvelles, j'espère... Du coup, tout ça m'a donné envie de me remettre au taf et j'envisage de réécrire du scénario Maléfices, par exemple celui qui se déroule dans les brumes de Venise. Miam ! 

Chez les cousins de Crimes, l'activité a là aussi été plus intense que prévue. De la seule relecture, je suis passé à (un peu) d'écriture pour le supplément à venir, "Paris, Ombres et Lumières", c'est-à-dire le fameux guide du Paris 1900. N'étant pas spécialiste de ce jeu et de son ambiance sombre, j'ai donné un coup de main au 1er chapitre, très fortement utilisable avec Maléfices. Avec les Crimeux, je suis un peu en stand-by. Je manque d'idée pour leur proposer quelque chose : on ne se défait pas comme ça de près de 20 ans d'influence souffrée !

Pour Terra Incognita, maintenant. Bon, c'est un peu le coup de la bouteille à moitié vide, à moitié pleine. Indiscutablement, cela n'avance pas assez vite à mon goût et cela commence à ressembler à l'arlésienne. Ecrire un jeu de rôles de A à Z est un truc de malade et je ne demande même pas que tout soit fini nickel carré comme ça immédiatement mais il me tarde d'avoir des documents lisibles par autrui. C'est l'objectif numéro un des  prochains mois : j'ai une synthèse, un glossaire... il reste à reprendre et à simplifier la chronologie, finir le who's who et quelques autres petits textes afin d'avoir une présentation utilisable de l'univers. J'ai correctement avancé sur les règles, notamment sur l'astrologie et la création de persos. Surtout (ça, c'est la bouteille bien pleine), comme prévu, le deuxième gros scénario (une soixantaine de pages avec annexes) est fini de chez fini. Il s'appelle toujours "Monsieur de Quatre Pattes" et, en toute immodestie, il me plait bien. Je pense, AMHA, que c'est ainsi que l'on forge un jeu : par ses scénarios. Et hop, du coup, on ne lâche rien : je me documente et je prends des notes en ce moment même sur un 3ème scénario dont les mots-clefs devraient être Leibniz, Egypte, Vauban, "mummie", mondes souterrains... A bien agiter avant de servir ;-!

A propos de Terra Incognita, il y a eu la bonne surprise (pour moi !) de la création tout à fait inattendue, sur un coup de tête, de mon jeu hybride (mi-rôle, mi-société) : Aventures aux Pays de Nulle Part, que j'ai bien entendu placé dans le même univers baroque que mon jdr. Les retours sont anémiques mais je suis bien content, à titre personnel, d'avoir fait cette incursion sur les chemins de l'expérimentation ludique : ça aère la tête et met les idées au clair. Il faudra que je retripatouille tout ça pour proposer de nouvelles cartes plus variées. J'ai aussi commencé à bidouiller le jeu pour en faire un mini-système à utiliser avec le vrai Terra Incognita pour ceux qui, vraiment, s'en cognent des règles en jdr. Ca tiendra en 5-6 pages max. En attendant, que les curieux n'hésitent pas à télécharger le jeu dans notre Garage (lien en haut à gauche).

Signe que quand même cette fin 2007 aura été assez fructueuse, même le projet TAZ (jeu d'anticipation post-cyber) a avancé ! Oh un peu, bien sûr mais quand même... Déjà, grâce à l'aide de David et à ses bons conseils, j'ai avalé une bonne dose de documentation et ça continue en ce moment même (voir article précédent du blog). Surtout, on a arrêté avec David un cadre de développement collaboratif sous forme d'un wiki qui épousera le même concept que l'excellente encyclopédie de CyberAge. Je suis ent rain de définir le cadre et les diverses entrées à renseigner. Après ? Bah, y aura plus qu'à remplir !

En vrac, j'ai été heureux de participer à l'aventure des "Carnets de l'Assemblée" en leur livrant un article sur Guildes pour le prochain numéro du zine. J'espère pouvoir continuer car il reste
à écrire tout le deuxième volet de ce panorama consacré au jeu de Multisim. Avec David nous n'avons pas pu nous rendre au contact de notre lectorat en délire depuis notre descente à Provins fin Septembre mais j'espère que l'on pourra viser une ou deux conventions d'ici la fin de l'année, notamment celle de Rennes en Mars ? Enfin, je guette mes dealers habituels pour découvrir, toujours, j'espère, avec passion et enthousiasme : Black Box 3 et suivants (raaaah !), Chtulhu Gumshoe, Kuro Tensei, Hellywood... et sûrement plein d'autres bonnes surprises d'ici la fin 2008 !
nti_bug_fck
Repost 0
Published by Narbeuh - dans Work in progress
commenter cet article
13 janvier 2008 7 13 /01 /janvier /2008 10:31
svmrobots.jpgAprès une vue d'ensemble du monde en 2020 puis les mondes virtuels, continuons notre revue de presse consacrée aux univers d'anticipation en général (et celui, en construction, de TAZ en particulier...) avec le 1er Grand Dossier du magazine Science & Vie Micro : "Le grand show des robots". Eheh, cette fois, j'ai bien grillé David en profitant lâchement qu'il n'ait pas à passer plusieurs fois par jour devant les maisons de la presse avant de prendre son train. N'a qu'a pas être en vacances, na.

Alors, qu'avons-nous cette fois-ci à nous mettre sous notre dent de petit futurologue en herbe. Tout d'abord, ce "grand dossier" n'est pas si grand qu'il l'annonce fièrement sur sa couverture. 66 pages assez aérées, ce n'est pas vraiment une bible.  A cela s'ajoute des choix éditoriaux vraiment étranges (ou, au contraire, trop lucides ?) qui m'ont fait longuement hésiter avant de prendre ce magazine malgré son prix modeste (3,5 euros). En effet, au milieu de la revue, on trouve 10 pages (quand même...) consacrées à un vague panorama des sorties hi-tech du moment (tout y passe : l'Iphone, PES, la Wii...) dont le lien avec le thème des robots laisse pour le moins songeur. SVM pense-t-il que son lectorat potentiel est uniquement composé de geeks technophages ?? Eho, y a aussi les geeks rôlistes !

Alors, on enlève ça. On enlève aussi les quelques pages techniques pour apprendre à faire soi même son robot (huh ?). Rien à redire sur leur place dans le zine mais je me vois mal bricoler un clone de R2D2 dans ma salle à manger quand même. Alors, bref, il ne reste pas grand chose mais ce qui reste est quand même bien utile pour faire un panorama synthétique et accesible sur l'état de la recherche en robotique. Après tout, c'était mon but en achetant le zine.

Les premières pages du canard (de Vaucanson ? aha...) sont consacrées à un historique rapide mais intriguant de la robotique en commençant par les automates du 18ème siècle. Voilà une piste pour Terra Incognita dont je vais justement reprendre l'exploration dans les jours qui viennent (de la doc et les règles sur le sujet n'attendent que mon courage). Viennent ensuite des portraits détaillés des robots actuellement sur le marché du style Roomba, le robot aspirateur ou encore les jouets style Robosapien.

bearobot.jpgLa dernière partie du dossier (après les 10 pages de daube donc) est de loin la plus intéressante : un panorama assez complet des perspectives offertes par la recherche en robotique pour les prochaines années. Notre regard perverti de rôlistes est bien sûr attiré par les projets militaires comme par exemple ce Bear, un robot-ours destiné à aller chercher avec ses petits bras mécaniques les soldats US blessés au combat. Vivement que les recherches aboutissent pour voir enfin des rambos armés jusqu'aux dents serrés bien forts par un Bisounours mécanique. Le monde du futur s'annonce plus poétique qu'on ne l'imagine au premier abord...

Les articles consacrés à la sécurité, à la médecine, aux voitures robotisés, à l'IA... sont tous certes très courts (1 ou 2 pages) mais intéressants et donnent des pistes pour approfondir sur le web les cas les plus prometteurs.

Au bilan, ce n'est certes pas "Le monde en 2020", véritable supplément post-cyber clef en mains, mais c'est un achat honnête dans la même veine.
Repost 0
Published by Narbeuh - dans TAZ
commenter cet article

Mais C'est Qui Ces M.e.c. ?

  • : Mondes en chantier
  • Mondes en chantier
  • : Jeux de rôles et autres mondes en kit à monter chez soi par David et Narbeuh.
  • Contact

Notre page Facebook

 

d6-grand.jpg

Recherche

Téléchargements

Le garage où les M.e.C. rangent leurs fichiers PDF étant devenu un fameux bordel, en voici une nouvelle version plus mieux. Un clic et c'est parti !


http://img.over-blog.com/625x881/0/06/06/51/n-6/tangerine_quarantine.jpg
Du matos pour Hellywood préalablement publié dans les défunts Carnets de l'Assemblée : la description d'un rade comac et un scénario qui s'y déroule entièrement (ou presque).

http://img.over-blog.com/500x706/0/06/06/51/n-6/glas.jpg
Du matos pour Warsaw préalablement publié dans les défunts Carnets de l'Assemblée : une faction atypique accompagnée du scénario qui va bien.

http://img.over-blog.com/500x702/0/06/06/51/n-5/factions-warsaw-cover.jpgUne mini-aide de jeu pour Warsaw (la liste des factions).
http://img.over-blog.com/625x884/0/06/06/51/n-6/avocats-du-diable.jpg
Un scénario expérimental car bi-classé Te Deum pour un massacre et Hellywood (et ouais). Publié jadis dans les Carnets de l'Assemblée.
http://img.over-blog.com/150x206/0/06/06/51/n-4/verbatim-couv.jpg
Une contribution à l'ouvrage Jouer avec l'Histoire proposée par l'éphémère éditeur en bonus sur son site web. Sujet : le surnaturel dans les jeux historiques.

Mea Rouia, un gros scénario exotique
pour Maléfices avec les aides de jeu et les prétirés qui vont bien (voici aussi la couv' pour les plus bricolos d'entre vous)

Three Card Monte, un scénario sans fantastique pour Hellywood


Fleetwood & Studebaker, une aide de jeu sur les poursuites en voitures pour Hellywood


Deadline !, une variante des règles d'investigation pour le système Gumshoe


Aventures aux Pays de Nulle Part, un jeu hybride entre jeu de rôles sans MJ et de société dans l'univers du jdr Terra Incognita

Voyage, une tentative d'adaptation du système de Dying Earth à l'univers de Rêve de Dragon

Le site dédié à Terra Incognita

http://www.paysdenullepart.fr/wp-content/uploads/2012/03/TI-logo-950x631.png

Articles Récents

Le portail Di6dent

http://i49.servimg.com/u/f49/15/29/51/87/logo_211.jpg

 

Les news sur le prochain numéro du mook, les bonus web, l'abonnement au Fix, le forum, etc.

Téléchargez tout Empire Galactique !

Les fichiers de toute la gamme originale Empire Galactique se téléchargent librement et légalement sur le site http://empiregalactique.fr/ 

Un autre univers de créations

Quoi ? Tu es une fille ??

Bon, tu as sûrement dû t'égarer sur ce blog ^^

Je te conseille putôt de te rendre sur ce site de création de bijoux fait main.

http://atelier-creation-bijoux.fr/fr/

On reste en tout cas entre gens de bon goût.

capture-site-petit-copie-1.jpg

Liens