Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 13:51
Et d'abord, un point pour les distraits : Eclipse Phase est un jeu de rôles de SF hardscience  développé par la même équipe que celle de Shadowrun 4 et qui sortira prochainement en VO chez Catalyst game labs. Il a pour ambition de brasser toute la SF la plus récente (canal Richard Morgan) sur fond de transhumanisme et d'intelligence artificielle. Un jeu très ambitieux dont on vous a déjà parlé à plusieurs reprises dans ces pages.

Bon, là, il semble que, après un retard accumulé qui n'a rien de postmoderne, on finisse par en voir le bout. Le livre de base de EP est parti à l'imprimeur. Il devrait voir le jour à la rentrée, précédé, postmodernité oblige !, de la version PDF et, espérons durant l'été, d'un kit de démo, PDF gratuit pour nous teaser vilement.

On sait désormais que, en plus d'être beau (voir billet précédent sur ce sujet), le manuel de EP sera gros. Enorme même : 400 pages au garot ! Les plus cocoricos d'entre nous feront remarquer que c'est encore 32 pages de moins que Polaris 3 mais quand même, ça fera un beau bébé.

En voici les grandes lignes du sommaire, révélé depuis peu par l'équipe de développement :
  • Survol : présentation résumée de l'univers, qu'est-ce qu'un jeu de rôles, glossaire -- 10 pages
  • Présentation détaillée de l'univers de jeu -- 80 pages   (se décomposant comme suit :)
  •      Histoire -- 6 pages
  •      Société et Culture -- 32 pages
  •      Factions -- 16 pages
  •      Atlas du système (solaire ?) --  26 pages
  • Mécanismes de jeu -- 16 pages
  • Création de personnages -- 26 pages
  • Personnages prétirés -- 16 pages
  • Description des compétences -- 16 pages
  • Résolution des actions et Combat -- 30 pages
  • Pouvoirs PSI (?) -- 18 pages
  • Le réseau : systèmes informatiques, recheche d'infos en ligne, hacking, IAs, etc. -- 32 pages
  • "Futur accéléré" : présentation de technologies diverses, dont les changements de corps,  la nanofabrication, etc -- 28 pages
  • Matos -- 56 pages
  • Infos pour le MJ -- 40 pages
  • tables et annexes
La suite de la gamme sera composée d'un écran de jeu et de son livret avec scénario (absent du livre de base, donc) puis de Sunward sur le système solaire et, enfin (pour ce qui est programmé dès maintenant), de Gatecrashing sur les exoplanètes et les moyens d'y accéder.

Avec un peu de chance, tout ça sera suffisamment bon et aura assez de succès pour mériter une belle et rapide traduction en français ? Espérons.
Repost 0
Published by Narbeuh - dans TAZ
commenter cet article
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 09:20
Alalala, les périodes de mercato, c'est toujours la folie ! Dragon Rouge qu'est mort. Dragon Rouge qui est ressuscité. Jdr Mag 7 qui sort le 6 Juillet. Jdr Mag qui pourrait passer trimestriel. Bob'zine disponible en boutiques spécialisées. Black Box qui... ah bah non, pas de rumeur sur Black Box.

Si vous ne savez plus à quel saint vous vouer, vous pouvez vous tourner vers l'organe de presse rôliste qui est en train, gentiment mais sûrement, de devenir une valeur de référence : les Carnets de l'Assemblée, bien sûr.

Depuis hier soir, le n°5 est disponible en PDF et à la commande. Il atteindra les boutiques les plus dynamiques et au goût le plus sûr d'ici quelques jours. Vous l'aurez donc pour bouquiner dans le train ou sur la plage. C'est là que ça se tient : http://www.lassemblee.org/

Pour info, voici le sommaire de ce n°5. Ah, si vous êtes comme moi allergique aux gens qui mettent leur slip par dessus leur pantalon, n'oubliez pas qu'il y a de nombreuses pages hors-dossier dans chaque numéro.

encres inspirations, littérature
Le JDR expliqué à ma copine 3 - L'ÉPÉE+2
HOLMES - SHERLOCK IS DEAD !
L'HÉRITAGE DU DIABLE - LE PULP À LA FRANÇAISE
GLEN COOK - LES INSTRUMENTALITÉS DE LA NUIT

à l’épreuve previews, tests et découvertes
CTHULHU LIVES !    PANORAMA
L'APPEL DE CTHULHU - 6È ÉDITION
ITW ÉDITIONS SANS DÉTOUR - UN ÉDITEUR EN PLEINE LIGNE DROITE
AMI - DU PULP EN PROFONDEUR
CRIMES - BOMBYX, L'EFFET PAPILLON
DONJONS LOUFORCS - CARAMBAR SALÉ
TRINITÉS - LIVRE IV
ETHERNE - LE GRAND CLOAQUE
PRAETORIA PRIMA - L'ÉCRAN
JOUER AVEC L'HISTOIRE - ESSAI TRANSFORMÉ

dossier Super Heros : Mutants, vigilantes, justiciers : Bas les masques !
MORGANE    BD
SUPER HÉROS - MODÈLES D'UN IDÉAL SUSPECT ?
CONNAIS-TOI TOI-MÊME - LE VISAGE SOUS NOTRE MASQUE D'HUMANITÉ
SOUS LE MASQUE : WATCHMEN
HERO CORP - LES HÉROS SONT DANS LE PRÉ
ITW SIMON ASTIER
HÉROTOMANIE - QUAND LES HÉROS ENVAHISSENT L'ÉCRAN
WANTED - LES SUPER HÉROS SONT MORTS
BATMAN DEATHBLOW - LES CENDRES D'UN JUSTICIER
FREAKS' SQUEELE    T2 : LES CHEVALIERS QUI NE FONT PLUS "NI"
THE TWELVE - DÉSILLUSIONS POUR HÉROS CONGELÉS
SWARM OF HEROES - PRÉSENTATION
AVEC OU SANS COLLANTS - PANORAMA JDR
ITW ULTIME JUSTICE
ITW HUMANYDYNE/HUMANYZYNE
MARVEL VS - HÉROS À LA CARTE
MARVEL HEROES - LA TÊTE DE MAGNETO… SUR UN PLATEAU
YES WE CAN ! - SCÉNAR OFFICIEL MANGA BOYZ : Officiel !
SPIDERS - SCÉNAR HUMANYDYNE : Officiel !

à l’épreuve previews, tests et découvertes
NOTRE TOMBEAU - PARIS IN UTERO
BRAIN SODA 2 - VITAMINE Z
MIDNIGHT : LE LIVRE DES TOURMENTS
ANIMA :    DOMINUS EXXET
BARBARIANS OF LEMURIA - DE L'OR ET DES FEMMES !
CONTRÉES SECRÈTES - CHAINMAIL RELOADED !
RON & BONES - LES PIRATES ONT TOUJOURS LA CÔTE
MAD ARENA - TOUS LES COUPS SONT PERMIS
BLOOD BOWL BETA - PIXELS VIOLENTS

boussoles aides de jeu & scénarii
EFFETS DU KHAOS - AIDE DE JEU KHAOS 1795
LA MAISON AUX POUPÉES - SCÉNARIO BARBARIAN OF LEMURIA

Longue vie aux Carnets et, en ce qui nous concerne, nous autres MeC, rendez-vous dans le n°6.
Repost 0
Published by Narbeuh - dans Presse rôliste
commenter cet article
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 09:22

Ahlala, MeC chaud sur l'info ! Voilà l'article empreint de sagesse et de lucidité que David venait d'envoyer et que je m'apprêtais à mettre en ligne...

 


Dans un article publié sur ce blog en août 2008 à propos de la presse rôliste (Ceux qui vont mourir te saluent : http://mondesenchantier.over-blog.com/article-22248426.html ), je m’esbaudissais (le mot n’est pas trop fort) qu’il y ait soudain pléthore de titres disponibles en kiosques. Mais je prophétisais aussi (et là le mot est faible) que beaucoup ne passeraient pas l’hiver (« Qui se souvient encore du magazine Magnus (bon titre ça, qui évoque la puissance et se termine comme Casus) en kiosques en l’an de grâce 2005, me disais-je à moi-même il y a quelques jours alors que j’en trouvais tout à fait par hasard un vieil exemplaire couvert de la poussière du temps et qui avait échappé au retour à l’envoyeur qui sait comment dans une petite Maison de la Presse du fin fond du Roussillon. Alors même s’il y a actuellement pléthore, ne nous emballons pas (surtout sous cellophane, merci pour ceux qui aiment feuilleter en kiosque) : nous verrons à la rentrée, et plus sûrement encore début 2009 lesquels de ces titres auront survécu. L’hiver est terrible pour les petits oiseaux… »). J’étais un peu pessimiste : il aura fallu attendre l’été 2009 pour voir s’amorcer la décrue.


Voici le communiqué de l’éditeur : Playfactory est malheureusement contraint d'arrêter la  publication de Dragon Rouge en kiosque. Le numéro 7 est donc le dernier numéro qui paraîtra sous cette forme. Notre équipe réfléchit actuellement à une nouvelle version disponible exclusivement sur internet pour la rentrée de septembre. Etant donné que la nature même du magazine va changer, les abonnés actuels seront remboursés au prorata des magazines déjà reçus. Dès que nous en saurons plus, nous vous tiendrons informés de l'évolution du projet.


Ma première réaction lorsque j’ai lu ça (juste après « tiens, quelqu’un vient de se faire un gros paquet de pex ») a été de me dire qu’à parier sur le premier à décaniller je n’aurais pas misé sur celui-là. Puis j’ai vu qu’on a beaucoup causé sur les forums rôlistes autorisés à propos des problèmes rencontrés par la Presse rôliste, et tout y est passé, depuis l’opportunité de payer  ou pas ses pigistes jusqu’à la mort annoncé de notre passion. J’allais avancer que pour ma part je crois que le passage en numérique est une évolution inévitable étant donné qu’un média de la demande comme internet sera toujours plus fort qu’un média de l’offre comme la Presse papier, parce que par définition il ne vous apporte que ce que vous voulez.

Mais qu’il est aussi plus faible, JUSTEMENT parce que vous n’allez chercher que ce que vous voulez. Or pour qu’il y ait une communauté rôliste active, un joueur devrait s’intéresser à ce qui lui plait certes, mais aussi à ce qui ne lui plait pas forcement, sortant ainsi de ses intérêts personnels pour aller vers la communauté. Non seulement les deux sont complémentaires mais plus il y a de médias de la demande individualisés, plus les médias de l’offre sont nécessaires, simultanément et même préalablement. Internet satisfait la logique de réseaux et de communautés, mais en fractionnant toujours davantage et il se trouve plus faible pour créer du lien social et de l’animation dans la vraie vie, au-delà de toutes les identités. La Presse rôliste me semble mieux garantir ce lien social que tout ce qui se fait sur le net (lien social sans lequel, à mon avis, il ne peut pas y avoir de loisir repéré par le grand public au-delà des communautés), mais elle est certainement moins satisfaisante sur le plan des goûts individuels.

Furetant de droite et de gauche sur les mêmes forums j’en ai d’ailleurs entendu quelques uns (dans le fond près du radiateur) déclarer qu’ils ne se sentaient pas la mission d’évangéliser des masses de nouveaux rôlistes, qu’ils avaient déjà de quoi jouer et faire jouer pour des siècles, et que le JdR pouvait bien retourner à l’anonymat dont il n’est peut être jamais vraiment sorti sans que ça les dérange plus que ça. En bon chevalier blanc j’étais sur le point d’enfiler mon casque pour leur rappeler qu’avant qu’il y ait de l’individualisme, il faut préalablement qu’il y ait eu du collectif. L’individualisme ne peut se développer que lorsqu’il y a eu suffisamment de lien et si ce lien se délite ce n’est plus les délices de l’individualisation qui nous sont promis mais l’anomie de notre loisir qui nous pend au nez.

Et puis finalement le rédac’ chef de Dragon Rouge est venu expliquer à tout le monde que c’est l’annulation de la commission paritaire qui a provoqué l’arrêt du magazine et son passage en version numérique, et là je me suis ravisé avant de me mettre en frais. L’aspect un peu improbable de cette nouvelle me fait d’ailleurs penser à un célèbre test stupide de Facebook : Quelle sera ta mort atroce et stupide ? La réponse est : révocation de ta commission paritaire.



Or, voilà-t-y-pas qu'à la minute même où je m'occupais des délices techniques de la mise en page à la Overblog, j'apprends qu'en fait si quand même Dragon Rouge continue. Et même pas en vague PDF mais sous forme papier.

La seule contrainte est que cela ne sera plus en kiosque mais en boutiques spécialisées ou par correspondance. C'est bien sûr regrettable mais c'est un moindre mal appréciable, d'autant que le magazine a eu tout de même 7 numéros pour se faire connaître du grand public en kiosques.

Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, Playfactory nopus offre du coup en téléchargement le hors-série n°1 au format PDF. Enjoy ! http://www.playfactory.fr/dragonrouge/telechargement.php
Repost 0
Published by David & Narbeuh - dans Presse rôliste
commenter cet article
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 10:14
Pour le prochain scénario Terra Incognita (et aussi pour le prochain prochain d'ailleurs...), je vais avoir besoin de présenter une ville dans laquelle les PJs vont passer quelques temps. Exercice de style des plus classiques en jeux de rôles. Dans l'absolu, un de mes préférés. A lire en tout cas. Que de bons souvenirs lors de la découverte virtuelle de Night City, Pavis ou Laelith.

En même temps, c'est un exercice très difficile. Nous sommes tous influencés, d'une part, par notre expérience de la Vraie VieTM où on utilise des guides de villes pour nos vacances. D'autre part, les grands anciens du jdr nous ont habitué au modèle de la présentation "maison par maison", exhaustive quoi. Or, ni l'un ni l'autre ne sont adaptés à l'usage de la ville en jeux de rôles. Savoir qu'il y a une boulangerie au numéro 2Fb est inutile. Savoir que le musée des Beaux-Arts ferme à 18 h 30 et que Chez Dédé fait de très bonnes coupes glacées est modérément utile également. Dans une description de jdr, il faut à la fois répondre à l'exigence d'ambiance (les joueurs ne voient pas la ville comme ce serait le cas s'ils la visitaient réellement avec un guide de voyage dans les mains) et aux spécificités du jeu de rôles.

Je ne suis visiblement pas le seul à me demander comment bien présenter une ville en jeux de rôles. Ainsi, Xaramis avait initié une discussion sur la Cour d'Obéron que l'on peut encore lire ici :
http://couroberon.com/Salon/index.php/topic,758.0.html

Dans cette discussion, j'ai eu la confirmation du très grand intérêt qu'il doit y avoir à lire le "Kaiin Player's Guide" qui décrit, donc, une ville pour le monde de Cugel (le personnage de Jack Vance) dans le cadre de l'excellent jeu de rôles Dying Earth. Bon, je n'ai toujours pas franchi le pas ; l'âge aidant, je me sens de moins en moins enclin à lire du jdr en anglais. Pour les curieux modérément anglophone, la fiche du GROG est déjà instructive :
http://www.legrog.org/detail.jsp?id=5160

De manière plus concrète, j'ai aussi en tête les bons exemples fournis par la très en avance sur son temps Laelith, par les rapides et efficaces descritpions de villes des scénarios Rêve de Dragon ou encore, dans le même esprit, celles contenues dans "Les Venn'dys" pour Guildes, dont j'ai souvent eu l'occasion de parler dans ces pages.

Ceci dit, j'ai décidé de réinventer l'eau tiède en repartant de 0. Je me suis donc demandé, sur la foi de ma propre expérience de rôliste, ce qu'un personnage et, partant de là, ce qu'un joueur attend de la ville. C'est ceci et uniquement ceci que l'on proposera aux Maistres, sous la forme de courts outils pratiques à retrouver en cours de jeu (la partie "Historique", longue et classique, étant en quelque sorte l'exception à la règle). Voici, en avant-première, le texte qui introduira ce format de présentation de ville :



"Pour vous y retrouver dans le texte ci-dessous et, nous l’espérons, dans les autres descriptions de villes que nous vous proposerons plus tard pour le contexte de Terra Incognita, voici quelques indications sur le rôle de chacun des petits développements formant cette description.


La partie Historique ne joue pas un grand rôle, en jeu, sur l’utilisation de ce texte. Il s’agit plutôt d’un développement du contexte général du jeu. Il est donc à lire avant ou en marge du scénario. Il n’y a pas vraiment de raison, à moins d’avoir des joueurs très curieux autour de la table, de l’utiliser en cours de jeu.

La partie suivante, formée des entrées Première visite, Services et opportunités, Lieux et personnes ressources sont au contraire les passages du texte que le Maistre a le plus de chances de solliciter en cours de scénario :

comme son nom l’indique, Première visite est un texte descriptif que le Maistre peut lire tel quel ou adapter à son style afin de donner aux joueurs un image superficielle mais suffisante de ce qu’est la ville qu’ils traversent. Est-elle pauvre ou riche ? Industrieuse ou endormie ? Richement ornée ou boueuse ? …

Services et opportunités répond de manière simple aux sollicitations des personnages qui, à n’en pas douter, voudront venir en ville pour s’équiper, se soigner ou encore trouver de l’argent. Le début du texte donne un aperçu général du prix et de la disponibilité de ces biens et services. La suite du texte décrit plus en détails les spécificités de la ville dans ce domaine.

Lieux et personnes ressources regroupe tout ce qui peut concerner une enquête ou, plus largement, l’évolution d’une intrigue : contacts, informateurs, bibliothèques et archives… C’est bien entendu dans ce passage que sont également précisées les dispositions de police et de sécurité sur place. Cela sera utile aux personnages qui auraient besoin de rencontrer des représentants de l’ordre mais aussi au cas où ils prendraient quelques libertés avec la loi pour s’emparer des renseignements qu’ils sont venus chercher.

La dernière partie du texte ne trouvera d’utilité que si les personnages résident quelques temps dans la ville. Le Maistre n’a nul besoin de s’en encombrer l’esprit si le rôle de la ville ne consiste qu’à, servir de lieu de passage où si les personnages n’ont rien d’autre à y faire que d’y rencontrer brièvement un PNJ. Si par contre, leurs occupations les amènent à y résider plus longuement, on aura recours aux parties suivantes :

Déplacements livre les quelques renseignements nécessaires pour décrire les va-et-vient des personnages dans la ville : transports, état de la voierie, distances entre les différents quartiers…

Six anecdotes donne quelques pistes pour animer ces déplacements ou pour meubler un temps mort prenant place dans la ville. Ces anecdotes s’attardent sur les spécificités de la ville ou du quartier et permettent au Maistre, à moindre frais, de distiller un peu de son ambiance.

Six lieux d’habitude nomme et décrit brièvement quelques endroits dans lesquels le Maistre peut situer une action comme une discussion entre PJ ou une rencontre avec un PNJ. Un cabaret chaleureux est un bon exemple de « lieu d’habitude ».

Six habitants typiques décrit, donc, quelques PNJ dont le destin n’est pas forcément de partager les aventures des PJ mais qui seront leurs voisins et, peut-être, leurs amis durant leur séjour dans cette ville."



Suivant ce canevas, la présentation de cette première ville est désormais rédigée et sera inclus en annexes du scénario. Eventuellement, pour prolonger ce billet, je l'extrairai du PDF pour vous la proposer sur le blog.

En attendant, moi, ça me donnerait presque envie de me lancer dans la présentation du Paris de 1720...

Repost 0
Published by Narbeuh - dans Terra Incognita
commenter cet article
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 09:30

L'association Vae Soli organisait les samedi 6 et dimanche 7 Juin 2009 son second tournoi à l'occasion du Festival des jeux de Saumur. Cette manifestation un peu à l’étroit l’an dernier avait migré cette année vers le Gymnase Delessert.


Je tiens à remercier dès le début de ce compte rendu le service de la Petite enfance de la ville qui fait un travail formidable et m’a permis de pouvoir aller faire mon petit reportage l’esprit tranquille car il y avait largement de quoi occuper les enfants ! Voir de petites têtes blondes courir partout donne tout de suite une ambiance joyeuse à l’événement. Au bout d’un moment ça a évidement eu tendance à devenir bruyant, mais les jeux de figurines s’étant réfugiés au fond de la salle à l’abris derrière de nombreuses tables de jeux en bois, le calme nécessaire à la concentration des compétiteurs tentant de mettre en place des tactiques aussi finement pensées que le « flanc refusé », « l’écran de tirailleurs », « la fuite simulée » ou encore « le demi tour sur la carpette » et « le petit train japonais », était à peu près préservé.

 


Les 5 parties prévues se sont déroulées sur de belles tables (prêtées par l'inter région) avec une rangée à l’ambiance campagnarde et l’autre au thème désertique. De nombreuses armées chamarrées se sont affrontées, dont plusieurs armées de démons très colorées et une proportion forte de bretonniens (de la cavalerie blindée à Saumur, quoi de plus normal ?).

 


Chaque joueur devrait présenter une liste d’armée de 2500 points maximum respectant le schéma d’armée du livre dont elle est issue, avec quelques restrictions de bon aloi. L’ensemble des rencontres a eu lieu entre le samedi matin et le dimanche en milieu d’après-midi, selon le très classique et éprouvé système des rondes suisses.

 


Après avoir fait le tour des tables ma préférence à moi question esthétique mais aussi respect du background de l’armée et équilibre de composition est allée à une armée d’elfes sylvains. Aligner une armée de ce genre est d’autant plus méritoire que les elfes sylvains sont très difficiles à diriger, vu que déjà ils s’appellent tous Sylvain, et même souvent Sylvain Dubois, sauf les filles qui peuvent s’appeler Sylvie, Sylvaine, Sylviane ou Galadrielle. C’est vraiment une armée paradoxale en ce sens que plus ses hommes-arbres sont vénérables plus c’est sur leurs adversaires que va peser le poids des ents. En plus ils ont tendance à s’enterrer en fond de table au prétexte qu’ils répondent ainsi à la pelle de la forêt. Ceci dit ça peut se révéler pratique puisque pour les trouver alors il suffit de suivre les flèches en sens inverse des flèches…


Heu, hum… Sur ce je crois qu’il est temps de féliciter cette année encore les membres du club Vae Soli pour ce moment de convivialité bien agréable. Merci les gars !

Repost 0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 16:26
Lire Terra Incognita sur son écran en PDF, c'est bien. Lire Terra Incognita sur les tirages laser faits en loucedé sur l'imprimante du boulot, c'est encore mieux (sauf pour votre patron, bien sûr...). Lire Terra Incognita en beaux livrets reliés, papier de qualité et impression numérique, c'est l'extase (si, si, essayez, vous verrez ).

C'est donc désormais possible puisque nous venons d'ouvrir, pour parachever en beauté ce mois-anniversaire de Mondes en Chantier, un espace sur le fameux site Lulu. Pour mémoire, il s'agit d'un site d'autopublication : vous commandez, ils impriment et façonnent puis vous envoient l'exemplaire de vos rêves. Le tout pour une somme finalement assez modique.

C'est là : http://stores.lulu.com/mondesenchantier


Comme pour les goodies, nous avons bien entendu testé ce service pour vous (heureusement d'ailleurs mais ça, c'est une autre histoire ). Franchement, ça le fait carrément. Le résultat est bien au-delà de mes attentes. Le papier est épais avec un petit effet glacé, l'impression est nickel et, surtout, les reliures font vraiment pro. Le Grand Prélude est en dos carré collé. L'Isle aux Marmousets, plus bref, est agraphé. Le tout est pleines couleurs puisque la mise en page du PDF a été prévue comme cela. Les tarifs me semblent raisonnables : 24,90 euros pour le Grand Prélude et 14,90 euros pour L'Isle aux Marmousets
. Evidement, comme pour les goodies, il s'agit de prix coûtants qui ne couvrent que le prix du service d'impression à la demande proposé par Lulu. L'envoi postal, lors des essais, était nickel, emballage très rigide.


Une dernière précision. Il ne s'agit en rien d'une "édition" ou même d'une "autoédition". Les fichiers imprimés sont exactement similaires aux fichiers PDF librement téléchargeables sur le site : rien n'a été ajouté ou retranché et aucune modification de la forme n'a été opérée. Il s'agit simplement de vous offrir ce service d'impression à la demande : si vous avez aimé ce que vous avez parcouru à l'écran mais que vous répugnez (comme moi) à lire longtemps en PDF, cette solution est faite pour vous.

Bonne lecture et, j'espère, bon jeu !
Repost 0
Published by Narbeuh - dans Terra Incognita
commenter cet article
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 10:28
Cédant une à une à toutes les sirènes enchanteresses de la postmodernité, Mondes en Chantier rejoint en ce mois-anniversaire la cohorte des blogs vous proposant de passionnants articles "out of the box" à la gloire des délires consuméristes de leurs administrateurs. Il faut dire que, à titre personnel, j'arrive à l'âge canonique où on vous offre pour votre anniversaire des choses comme un blender ou une machine à café. Ah, il est loin le temps où mes petits doigts tremblotants déchiraient fièvreusement le papier cadeau pour découvrir, au comble de l'excitation, un manuel de base de Cyberpunk 2020 ou de Pendragon (soupir)...

Heureusement, Ludikbazar, la célèbre boutique ludique en ligne (qui, d'ailleurs, David vient de racheter à Rackham ses stocks de Confrontation pour les liquider... si cela peut t'intéresser ), est venue à mon secours et, crac, je me suis fait plaisir à moindre frais pour fêter dignement, en vrai geek, cette date mémorable.

Donc, out of the box.



Bon, comme on le voit, une boîte bien garnie où il y a un peu de tout et même un peu de n'importe quoi. Le mot d'ordre, c'était : les soldes, les soldes, les soldes. Du coup, il ya un peu de jeu de plateau, un peu de vieux jdr (des suppléments à vil prix pour Vermine, un jeu qui m'intrigue mais à côté duquel j'étais passé complètement à côté) et même des écrans pour des jeux que je ne pratique pas histoire de concurrencer David sur le créneau...

Mais il y a surtout deux produits qui motivaient ma commande et qui méritent que je vous présente un peu plus.

D'abord, déjà vu dans ces pages, j'ai profité de l'aubaine d'une grosse promo pour craquer sur Androïd, le fameux jeu de plateau dans une ambiance d'enquêtes postcyber. Outtabox, ça a l'air très bien. Ouaaaaaah !


Bon, bien sûr, c'est aussi très en anglais et ça a l'air pas mal complexe. Trouver des opportunités de jouer ne sera pas si facile qu'avec un Trivial Pursuit, j'en ai peur. Par contre, dès que possible, je vous parle des mécanismes de jeu.

L'autre truc sympa était dans ma ligne de mire depuis des mois mais jusqu'ici je me retenais grâce à un bon génie qui, de sa petite voix, ne cessait de me répéter : "mais kess tu vas bien pouvoir en foutre, bordel de Dieu ?!". Cette fois-ci, j'ai fait taire cet empêcheur de consommer en rond et j'ai pris les floor plans de Rackham pour Cadwallon (20 euros les 60 dalles recto-verso !!).


De fait, je n'en ai pour le moment strictement aucun usage mais je trouve cela superbe et potentiellement très pratique (à supposer que vous jouiez à du med-fan un peu tactique... ce qui n'est pas mon cas ). Sans compter que cela me rapelle des souvenirs émus des "accessoires " en carton de L'Oeil Noir. A vil prix, vous disposez de décors essentiellement urbains mais aussi d'un peu de végétation, d'intérieurs, de souterrains... en tout, si on excepte les recto-verso jour/nuit du même décor, cela vous fait environ 80 décors différents. Le tout joliment dessiné (notamment les intérieurs).
Repost 0
Published by Narbeuh - dans Quel chantier !
commenter cet article
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 10:00
Histoire de se remonter le moral après l’annonce de l’arrêt d’Hell Dorado je vous propose un petit billet d’inspi (voir de ruse) concernant différentes façons de se procurer des décors à bas prix et quasi utilisables en l’état pour nos tables de jeux. Il inaugure une nouvelle série d’articles pour notre rubrique « Du plomb dans la tête » qui s’intéressera davantage aux figurines et aux décors en eux-mêmes qu’aux règles ou aux aléas économiques que rencontrent les différentes maisons d’édition, comme c’était essentiellement le cas dans les textes précédents. A l’instar du « Cyberpunk reload » cette série devrait être assez longue, j’espère qu’elle rencontrera autant de succès et qu’elle pourra permettre à Mondes en Chantier d’intégrer la caste très enviée des blogurinistes !

(... la suite)

Petit papa noël


Il y a aussi les décors de noël qui peuvent se révéler les amis des figuéristes. On en trouve à très bas prix dans les deux derniers mois de l’année dans différentes boutiques de soldeurs. Vous pouvez par exemple regarder du côté des photophores en forme de temple ou d’église. J’ai par exemple acquis pour trois fois rien un temple tout à fait à la bonne échelle pour du 20/25 mm qui nécessite juste quelques petites retouche de peinture et peut-être un lavis pour s’approcher d’un rendu tuffeau, et encore, c’est vraiment pour être perfectionniste.

 


Dans le même genre j’ai aussi trouvé quelques petites maisons photophores que j’ai intégrées dans un quartier médiéval. Là encore quelques retouches de peinture et un peu de mastic pour colmater les trous d’aération en forme d’étoiles et l’affaire est dans la hotte !

 


Dans cette même catégorie des décors de noël - mais pas du tout bon marché en revanche, on trouve aussi les décors et accessoires de type Lemax et compagnie. C’est franchement hors de prix mais c’est parfois très beau, pile poil à l’échelle et déjà très bien peint. Comme ça coûte bonbon je me suis contenté d’un joli pont couvert et d’une boite qui propose deux pontons en bois qui me permettront d’ajouter une touche de réalisme au quartier du port dont je vous parlais au début de l’article. Et ce n’est qu’un (petit) début !


Repost 0
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 10:00

Histoire de se remonter le moral après l’annonce de l’arrêt d’Hell Dorado je vous propose un petit billet d’inspi (voir de ruse) concernant différentes façons de se procurer des décors à bas prix et quasi utilisables en l’état pour nos tables de jeux. Il inaugure une nouvelle série d’articles pour notre rubrique « Du plomb dans la tête » qui s’intéressera davantage aux figurines et aux décors en eux-mêmes qu’aux règles ou aux aléas économiques que rencontrent les différentes maisons d’édition, comme c’était essentiellement le cas dans les textes précédents. A l’instar du « Cyberpunk reload » cette série devrait être assez longue, j’espère qu’elle rencontrera autant de succès et qu’elle pourra permettre à Mondes en Chantier d’intégrer la caste très enviée des blogurinistes !

 

Ca va dans le fond

 

Mon premier filon concerne les décors pour aquariums. Pour exemple voici une sorte de petit immeuble dans le style pueblo qui fera sans aucune retouche un décor pour un quartier portuaire dans une ville médiévale ou encore  pour des orks à WH40K ou dans un environnement désertique. J’y ai placé un pirate Wargame Foundry ainsi qu’un Officier impérial et un Répurgateur GW pour que vous puissiez vous faire une idée de l’échelle du décor.

 

 

J'ai aussi pu me procurer ce sympathique petit pont en bois (en résine en fait) sous lequel coule une rivière...



...et ce beaucoup plus grand pont en ruine d'apparence futuriste qu’on peut poser directement sur la table si on joue à 40K, mais qu'on peut facilement transformer en viaduc ou en pont médiéval avec quelques rapide retouches pratiquées à l’enduit de rebouchage (visible en blanc sur la photo).

 


Je souhaiterais aussi mentionner quelques décors que je n'ai pas encore acquis mais qui sont sur ma wish list pour très vite : un phare qui rejoindra mon quartier du port de Cadwallon, là encore sans retouches, et une tour de guet.

 

Et il y a ceux que je n'envisage pas d'acquérir dans l’immédiat mais qui à mon avis pourraient rendre service à bien des figuéristes, comme par exemple ce magnifique temple grec en ruine pour ceux qui jouent des Guerriers d’Héraklyn au Retour des dieux...


...ou encore pour des aventures pulpesques dans la jungle orientale un temple à l’allure birmane, et – toujours dans la jungle - pour ceux qui jouent des Hommes Lézards une pyramide Maya de tout de même 28 cm de haut (tu m’as conquis je t’adore). De même il existe de nombreux décors de type égyptien (Louxor, j’adore aussi).

 

En plus de cela vous avez la possibilité d’utiliser la végétation synthétique en tous genres – particulièrement indiquée pour simuler une végétation extraterrestre luxuriante par exemple pour les jeux futuristes, mais ça c’est tellement connu que je n’en parle même pas.

(à suivre...)
Repost 0
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 10:46
Bon, voilà, 'fait chier.

Mais vraiment.

J'espérais énormément pouvoir vous faire un compte-rendu détaillé de cette exposition parisienne mais ce n'est plus la peine d'espérer : pas de créneau disponible pour m'y rendre avant le 21 Juin, date de fin de sa programmation au site Arsenal de la tentaculaire Bibliothèque Nationale.


Cela restera une tache indélébile pour quelqu'un qui comme moi aime justement tout autant l'Histoire que les jeux. Ah oui, au fait, comme vous l'aurez sans doute deviné grâce au titre, il s'agit d'une exposition retraçant l'histoire des jeux en France du Moyen-Age à la Révolution Française.


Je comptais notamment sur cette exposition pour en savoir enfin un peu plus sur ces mystérieux dés médiévaux polyèdriques qui parlent au coeur de tout rôliste digne de ce nom.


J'espérais aussi en apprendre un peu plus sur les jeux en vogue vers 1720 afin de pouvoir les mettre en scène dans un scénario ou une description pour Terra Incognita. Tant pis...


Bon, tout n'est pas perdu quand même ! D'abord, VOUS, vous pouvez peut-être encore y aller d'ici 15 jours. De mon côté, je vais peut-être me rabattre sur le catalogue de l'exposition ou, déjà, commencer par explorer l'exposition virtuelle en ligne sur le site de la BNF et qui a l'air, à première vue, absolument fantastique tant dans l'iconographie très riche qu'elle mobilise que dans les informations qu'elle nous apporte (a priori, tous els textes lisibles dans l'expo s'y trouvent) sur la pratique du jeu à travers les siècles.

Bonne visite : http://expositions.bnf.fr/jeux/index.htm
Repost 0
Published by Narbeuh - dans Echangeurs
commenter cet article

Mais C'est Qui Ces M.e.c. ?

  • : Mondes en chantier
  • Mondes en chantier
  • : Jeux de rôles et autres mondes en kit à monter chez soi par David et Narbeuh.
  • Contact

Notre page Facebook

 

d6-grand.jpg

Recherche

Téléchargements

Le garage où les M.e.C. rangent leurs fichiers PDF étant devenu un fameux bordel, en voici une nouvelle version plus mieux. Un clic et c'est parti !


http://img.over-blog.com/625x881/0/06/06/51/n-6/tangerine_quarantine.jpg
Du matos pour Hellywood préalablement publié dans les défunts Carnets de l'Assemblée : la description d'un rade comac et un scénario qui s'y déroule entièrement (ou presque).

http://img.over-blog.com/500x706/0/06/06/51/n-6/glas.jpg
Du matos pour Warsaw préalablement publié dans les défunts Carnets de l'Assemblée : une faction atypique accompagnée du scénario qui va bien.

http://img.over-blog.com/500x702/0/06/06/51/n-5/factions-warsaw-cover.jpgUne mini-aide de jeu pour Warsaw (la liste des factions).
http://img.over-blog.com/625x884/0/06/06/51/n-6/avocats-du-diable.jpg
Un scénario expérimental car bi-classé Te Deum pour un massacre et Hellywood (et ouais). Publié jadis dans les Carnets de l'Assemblée.
http://img.over-blog.com/150x206/0/06/06/51/n-4/verbatim-couv.jpg
Une contribution à l'ouvrage Jouer avec l'Histoire proposée par l'éphémère éditeur en bonus sur son site web. Sujet : le surnaturel dans les jeux historiques.

Mea Rouia, un gros scénario exotique
pour Maléfices avec les aides de jeu et les prétirés qui vont bien (voici aussi la couv' pour les plus bricolos d'entre vous)

Three Card Monte, un scénario sans fantastique pour Hellywood


Fleetwood & Studebaker, une aide de jeu sur les poursuites en voitures pour Hellywood


Deadline !, une variante des règles d'investigation pour le système Gumshoe


Aventures aux Pays de Nulle Part, un jeu hybride entre jeu de rôles sans MJ et de société dans l'univers du jdr Terra Incognita

Voyage, une tentative d'adaptation du système de Dying Earth à l'univers de Rêve de Dragon

Le site dédié à Terra Incognita

http://www.paysdenullepart.fr/wp-content/uploads/2012/03/TI-logo-950x631.png

Articles Récents

Le portail Di6dent

http://i49.servimg.com/u/f49/15/29/51/87/logo_211.jpg

 

Les news sur le prochain numéro du mook, les bonus web, l'abonnement au Fix, le forum, etc.

Téléchargez tout Empire Galactique !

Les fichiers de toute la gamme originale Empire Galactique se téléchargent librement et légalement sur le site http://empiregalactique.fr/ 

Un autre univers de créations

Quoi ? Tu es une fille ??

Bon, tu as sûrement dû t'égarer sur ce blog ^^

Je te conseille putôt de te rendre sur ce site de création de bijoux fait main.

http://atelier-creation-bijoux.fr/fr/

On reste en tout cas entre gens de bon goût.

capture-site-petit-copie-1.jpg

Liens